samedi 24 octobre 2015

The Hunter de Christelle Mercier - Editions Sang d'Encre

Chronique de Jess


4ème de couverture :

Le corps d'une fillette de sept ans est retrouvé. Elle a été sauvagement assassinée et enterrée dans les sous-bois près de Fort Knox au Kentucky. Les sévices sont au comble de l'horreur : torturée, violée, brûlée sur certaines parties de son corps. Aaron Wilson, chargé de l'enquête, craint que ce crime soit les prémices d'une longue série. Récemment divorcé et père d'une petite fille du même âge, il va mener une traque de ce tueur sanguinaire dans une chasse à l'homme éprouvante sans se douter que la prochaine victime s'appelle Sydney. Sa chair, son sang, sa fille. Il devra assister au procès où la vérité des faits macabres sera dévoilée. Et vous, êtes-vous prêt à l'entendre ? Un roman fort et profond explorant l'intimité d'une famille dont le quotidien est ébranlé, où le rire se confond harmonieusement avec les peines, écrit dans un style plein de sensibilité.




Mon avis :

En général je ne suis pas trop sensible au polar mais dans ce livre attention âmes sensibles s’abstenir ! En effet le sujet a de quoi faire peur, des fillettes (entre 5 et 7 ans) disparaissent et sont retrouvés dans un état lamentable. Les scènes sont tellement bien décrites que la lecture en devient parfois éprouvante. Mais le style de l’auteure est concis, fluide, on sent qu’elle connait son sujet.

Ici pas de cachotterie on sait tout de suite : qui est qui et qui a fait quoi. L’histoire donc du flic qui enquête sur des disparitions et des meurtres d’enfants et qui commence à avoir peur pour sa propre fille qui rentre dans les critères du psychopathe. Mais ce qu’il ignore c’est que sa femme et sa fille habite justement à côté du monstre et que la dernière victime sera donc sa propre fille.

En plus du monstre, il y a bien sûr un chef d’orchestre qui manipule tout le monde.
S’ensuit ensuite le dur moment du procès et des différentes plaidoiries.
Mais jusqu’au bout nous somme pris dans l’histoire et qui fait que ce thriller est impossible à lâcher.

Il se lit très vite car il n’est pas bien long (176 pages).

Je le recommande mais attention comme je le dis plus haut âmes sensibles s’abstenir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire