jeudi 17 mars 2016

L'amante d'Etretat de Stanislas Petrosky - L'atelier Mosésu

**** Chronique de Jess ****

4ème de couverture :

Isabelle et Frédéric vivent une des plus belles histoires d amour qui soit, passionnée et fusionnelle. Mais un jour où Frédéric part s'adonner à sa passion, la planche à voile, il disparaît escorps et bien en mer. Isabelle va doucement mais sûrement sombrer dans la folie sans l homme qu'elle aime. Stanislas Petrosky nous entraîne dans les méandres de la dépression. Jusqu'où le manque de l être aimé peut-il mener ? Mais l auteur venant du monde du polar, il se pourrait que L Amante d Étretat ne soit pas qu'une simple histoire d amour tragique.


J'ai connu les écrits de Stanislas Petrosky (M. Sébastien Mousse) grâce à son livre Ravensbrück mon amour, lu aussi ce mois-ci qui a été un gros coup de coeur. 
Merci à lui de me faire connaître ce livre.

C'est donc les yeux fermés que je suis rentrée dans son 2 ème roman "L'amante d'Etretat". Malgré la taille de ce roman (120 pages), l'auteur nous fait rentrer directement dans le sujet, pas de temps morts, pas de longueurs, nous sommes tout de suite plongé dans l'histoire.

L'histoire d'Isabelle, au passé compliqué, un père alcoolique et violent envers sa mère dépressive. Elle ne croit  plus à l'amour et se méfie des hommes. 
Tous ses principes vont tomber à l'eau quand elle va rencontrer Frédéric, jeune thanatopracteur.
Elle va donc poursuivre sa vie avec lui que ce soit professionnelle et amoureuse pendant 10 ans. 
Mais le malheur va la rattraper et Frédéric va disparaître en mer à la suite d'un accident de planche à voile. 
Commence alors pour Isabelle une descente en enfer causé par la douleur de perdre l'amour de sa vie. 

L'auteur décrit très bien les sentiments que l'on peut avoir et par lesquels nous pouvons passer suite à la disparition d'un être aimé. Et la route qu'il faut faire pour s'en sortir.

L'histoire est très prenante, on s'attend à une fin surprenante, on espère même, pour finir sa lecture en apothéose. 
Je n'aime pas les coups mais là je dois vous avouer que j'ai adoré la claque magistrale que m'a décollé Stanislas Petrosky ! J'aime être maltraitée comme çà.

Un roman à lire absolument.
Et si vous n'avez pas lu son premier livre, je vous le conseille également. 
Vous retrouverez ma chronique ici

 


2 commentaires: