dimanche 16 octobre 2016

La chute du cafard - Jeux dangereux en Berry de Denis Zott - Editions Le Geste Noir

4ème de couverture
Le Mendiant l’avait prévenu à son arrivée dans le Berry où il venait d’être muté. « Fais gaffe à ne pas rester trop longtemps, mon pote ! Et fais gaffe aussi aux jeunes ! Ici ils s’emmerdent. Mortellement…»
Lorsque, en pleine période électorale, « Celui qui regarde à travers les murs » vole une photo dans une banque d’images ultra sécurisée et l’expédie par mail aux élèves du collège Colbert à Châteauroux avec le message « Vous la reconnaissez ? », c’est une bombe qui tombe sur la ville.

En découvrant la photo, Anita, « le cafard », veut disparaître de la surface de la Terre, mais non sans faire payer les responsables de son humiliation. Elle les entraînera tous dans sa chute. L’effet domino sera dévastateur. Et gare aux dommages collatéraux. 
Le commandant Yann Lespoir, qui mène l’enquête, ne sera pas épargné. Le Mendiant l’avait prévenu.

Mon avis

Je remercie Denis Zott ainsi que les Editions Geste pour cette lecture :)

Tout commence par le suicide d'Anita, fille du député en pleine campagne de réélection. Anita saute du studio du commandant Lanson, mais pourquoi ? Qu'est-ce qui l'a poussé à commettre un tel acte ? Une photo compromettante et humiliante mais est-ce la seule raison ? Qui est le fameux "Greg" qui a signé ? Est-ce le tagueur de la ville qui porte le même nom ? Quel est le lien entre ces deux faits bien distincts ?
Cet "incident" n'est que le début d'une vague de violence, force 10 qui va s'abattre en Berry ! 

Le commandant Lespoir et son équipe sont sur l'affaire qui ne va pas cesser d'aller toujours plus loin, et toujours plus fort. La commissaire Declercq va débarquer et semer la zizanie. 
Lespoir était prévenu, en Berry les jeunes s'ennuient mortellement... 

La chute du cafard avec son sous-titre "Jeux dangereux en Berry" est tout aussi important que son titre principal. A mon sens, ils sont même indissociables. Vous comprendrez son sens lorsque vous le lirez :) 

Un premier polar de 593 pages (pour un premier jet, le Monsieur avait de l'inspiration, et quelle inspiration !) 

L'auteur nous embarque d'entrée de jeu dans une histoire complexe avec beaucoup de personnages aux fortes personnalités (ce qui aurait pu le perdre doublement, mais non ! :)) Ces personnages sont minutieusement travaillés tel un travail d'horloger. Au fil de ma lecture, je me suis prise d'affection pour certains que j'ai fini par détester...

Denis Zott aborde tous les domaines : sexe, alcool, drogue, mais aussi vengeance, culpabilité, violence, adultère, rivalité, flics véreux, abus de pouvoir et j'en passe !

Le scénario est brillamment orchestré avec une écriture soignée qui s'adapte à chaque thème, tantôt douce, violente ou nerveuse. L'auteur ne cherche pas à nous épargner, au contraire il s'amuse avec nos nerfs et s'ingénie à nous semer sur de fausses pistes. Plusieurs fois, j'ai cru avoir démêlé cet écheveau d’énigmes et au final, j'ai été scotché par cette chute plus qu'inattendue. Une chute pleine de rebondissements et qui éclabousse tout le monde au passage.

Enfin de belles descriptions de la contrée Berrichonne se mêlent à l'intrigue et ont dû demander un gros travail de recherche à l'auteur. 

Un polar plus qu'abouti réunissant tous les éléments d'un bon roman ! Je tire mon chapeau à Denis Zott pour cette totale réussite.
Ici pas de héros, ou si l'auteur ! :)

# By Aurélie :) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire