samedi 29 octobre 2016

La repasseuse de Bénédicte Lapeyre - Editions Albin Michel

4ème de couverture
De sa mère, Mone a appris les gestes minutieux du métier de repasseuse. Manipuler le linge délicat et les fers est une voie toute tracée pour cette jeune femme discrète qui n’a jamais quitté Senlis. Pourtant, Mone sait tout. Elle sait tout grâce au linge qu’on lui apporte chaque jour. Car si les gens parlent, le linge aussi, des problèmes financiers de l’aristocratie aux secrets d’alcôve, l’intimité se dévoile à travers les étoffes. L’élégante et digne repasseuse traversera les deux guerres, découvrira l’héroïsme et la collaboration, mai 68 et Rachmaninov. Elle connaîtra des amitiés cruelles et des amours éphémères. Mais c’est à l’automne de sa vie que son destin prendra des détours insoupçonnés…

Le portrait émouvant et tendre d’une femme en avance sur son temps, chronique subtile des bouleversements du XXe siècle.



Mon avis
Je remercie les éditions Albin Michel pour cette lecture :)

J'ai découvert Bénédicte Lapeyre avec "La repasseuse", un roman court mais une très belle lecture pour une magnifique pause polar.

L'auteure nous comte la vie de Mone née en 1900, fille de repasseuse qui deviendra à son tour "la repasseuse de Senlis" mais également une couturière hors pair. Mone est une fille intelligente et discrète qui apprend à travers les revues, et la radio. Elle se dévoue entièrement à sa mère et sa soeur autiste. Lorsque celles-ci disparaissent, elle continue à travailler malgré tout. Mone connaîtra aussi Etienne, un jeune homme qui la courtisera, osera-t-elle s'aventurer dans cette histoire ? Et qu'adviendra-t-il de son amitié avec Marthe, son unique amie ?

Tout au long du roman, nous avons un bref historique de la France, mais surtout du métier de repasseuse avec les évolutions du linge, des étoffes... mais aussi des fers qui avant pouvaient peser jusqu'à 8 kilos ! J'ai adoré être la spectatrice de la vie de Mone. J'ai pris plaisir à découvrir l'art du métier de repasseuse, révélateur de l'évolution de la femme, mais qui était aussi très épuisant. 

Une phrase m'a particulièrement marqué, car je pense qu'elle est entièrement vraie : 
C'est très intéressant, le linge. Vous savez tout sur tout le monde. Les gens parlent, le linge aussi. (page 193)
Je pense qu'en effet, on apprend beaucoup sur les personnes et leurs habitudes quand on repasse leurs affaires. On rentre dans leur intimité.

Bénédicte Lapeyre a une plume sensible et agréable qui m'a fait vibrer à travers Mone via son art du repassage qui n'a plus rien à voir avec maintenant. Un très beau livre qui nous fait voyager à travers le temps, les étoffes et le progrès du repassage.

# By Aurélie :) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire