mardi 7 février 2017

Police d'Hugo Boris - Editions Grasset

**** Chronique de Jess ****

Ils sont gardiens de la paix. Des flics en tenue, ceux que l'on croise tous les jours et dont on ne parle jamais, hommes et femmes invisibles sous l'uniforme.

Un soir d'été caniculaire, Virginie, Érik et Aristide font équipe pour une mission inhabituelle : reconduire un étranger à la frontière. Mais Virginie, en pleine tempête personnelle, comprend que ce retour au pays est synonyme de mort. Au côté de leur passager tétanisé, toutes les certitudes explosent. Jusqu'à la confrontation finale, sur les pistes de Roissy-Charles-de-Gaulle, où ces quatre vies s'apprêtent à basculer.

En quelques heures d'un huis clos tendu à l'extrême se déploie le suspense des plus grandes tragédies. Comment être soi, chaque jour, à chaque instant, dans le monde tel qu’il va ?


 

 
J'avais pas mal entendu parler de ce livre sur les différents groupes Facebook. J'ai profité de ma rencontre avec Hugo Boris au salon de Nemours pour lui acheter son livre.
Curieusement je n'ai pas attendu beaucoup pour le lire car j'étais curieuse de m'en faire ma propre opinion.
 
Nous allons suivre 3 flics en mission particulière, celle d'aller chercher un réfugié en centre de rétention et de l'emmener à l'aéroport Charles de Gaulle pour qu'il soit reconduit dans son pays. Une mission qui à la base n'est pas dans leur attribution et qui n'a rien de compliqué mais qui va prendre une tournure assez inattendue.
 
Pendant cette mission, chaque protagoniste de l'histoire va remettre en question ses valeurs, ses opinions. Virginie, la seule femme du groupe, mariée, un jeune enfant et enceinte de son collègue Aristide est bien déterminé à mettre un terme à sa grossesse. Aristide s'est greffé à la mission pour être avec Virginie. Et Erik chef de groupe, qui est un peu le papa des deux jeunes, c'est lui la morale.
Chacun va nous décrire sa vie, ce que représente la police. Mais tout va changer avec la rencontre de leur réfugié.
 
C'est un livre qui curieusement est bourré de sentiments. Virginie décide de lire le rapport de la personne qu'ils doivent reconduire à la frontière, chose qu'elle n'avait pas le droit de faire. Mais quand elle va voir qu'il est menacé de mort dans son pays, tous ses principes vont voler en éclats.
Je me suis identifiée au personnage de Virginie, car je pense qu'à sa place j'aurai réagi de la même façon envers cette personne. Et elle va avoir le pouvoir de mettre ses co-équipiers dans sa poche aussi ce qui n'est pas une mince affaire.
Une remise en question donc pour ces trois policiers face à leur conscience.
 
Un livre qui se lit rapidement, tout en style et en finesse mais malgré tout percutant grâce aux chapitres courts qui donne du rythme.  
 
*****
 
L'Avis d'Aurélie :


"Police" c'est l'histoire trois personnages forts :
- Virginie, mariée et maman d'un bébé de quelques mois. On la découvre d'entrée de jeu en mauvaise posture, elle est déterminée à avorter car ce petit être qui grandit en elle, est l'œuvre de son infidélité avec son collègue Aristide...
- Aristide, c'est celui qui ne se prend pas la tête et prend tout à la rigolade mais derrière cette barrière, il est nu, n'a aucune personnalité et est sans attache. Mais est-ce une liberté ou un poids ?
- Erik, le "vieux" flic qui applique les procédures à la lettre mais au fond de lui qu'attend-il de toutes ces années ? N'est-il pas temps pour lui de penser à lui ?

Ces trois personnages sont liés par un réfugié qu'ils doivent amener à l'aéroport Charles de Gaulle pour être expulser de la France. Virginie ouvre l'enveloppe (alors qu'ils en ont l'interdiction) qui reprend l'affaire de leur réfugié et tout bascule en un quart de seconde. Tout n'est jamais aussi simple qu'on le pense et rien ne se passe jamais comme cela devrait l'être... Qu'est-ce qui peut pousser des hommes et des femmes à l'encontre de leur règles ? Peut-on sauver une personne contre son gré ? Est-ce que tout est écrit d'avance ? Et enfin, les choses peuvent-elles vraiment s'inverser ?

"Police" c'est aussi un huis-clos infernal qui a lieu dans une voiture !!! Oui, oui, vous m'avez bien lu, dans une voiture. Un lieu original pour un huis clos, un lieu tout petit et concentré sur lui-même. Dans cette voiture, il s'en passe des choses et pas les plus belles, nous sommes envahis par les traces de vie de chacun des personnages. On découvre leurs secrets inavoués, leurs fantasmes mais aussi leurs craintes et parfois même leur désespoir.

L'auteur excelle dans le psychologique de ses personnages. Tout son livre est concentré sur ses personnages, à tour de rôle, ils nous donnent une partie d'eux-mêmes ou plutôt l'auteur leur vole une partie d'eux. Les sentiments sont omniprésents et donnent vie à ce livre. Pour ma part, j'ai adoré la mise en scène du psychologique des personnages. Par exemple : pour l'avortement de Virginie, j'ai trouvé incroyable que l'auteur (qui est un homme) nous fasse ressentir les sensations/contractions d'un début d'avortement, il fallait l'oser ! Tous les sentiments sont mis en lumière, sont bruts, et parfois font mal. Il y a une vraie remise en question de soi. Toutefois, un petit bémol pour l'histoire du réfugié qui ne m'a pas transcendé mais il fallait bien trouver l'élément déclencheur de ce tsunami d'émotions. Car cet élément porte ce livre afin d'exacerber les sentiments des uns et des autres.

Un polar psychologique abouti avec un réalisme effrayant. Les chapitres sont denses et éprouvent le lecteur à souhait.

# By Aurélie :) 

Biographie de l'auteur

Hugo Boris est l’auteur de quatre romans très remarqués aux éditions Belfond, Le Baiser dans la nuque (2005), La Délégation norvégienne (2007), Je n’ai pas dansé depuis longtemps (2010) et Trois grands fauves (2013). Tous sont disponibles chez Pocket. Il a été assistant réalisateur sur plusieurs documentaires à la télévision, travaille dans une école de cinéma le jour et écrit la nuit.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire