samedi 25 février 2017

Un cri sous la glace de Camilla Grebe - Editions Calmann Lévy

4ème de couverture
Avez-vous déjà perdu la tête par amour ?
Emma, jeune Suédoise, cache un secret : son patron Jesper, qui dirige un empire de mode, lui a demandé sa main. Mais il ne veut surtout pas qu’elle ébruite la nouvelle.
Deux mois plus tard, Jesper disparaît sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée. Personne ne parvient à l’identifier.
Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul problème, ils ne se sont pas reparlé depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret : elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés.
Dans un Stockholm envahi par la neige, un double récit étourdissant prend forme. Chaque personnage s’avère cacher des zones d’ombre. À qui donc se fier pour résoudre l’enquête ?


Mon avis
Je remercie les éditions Calmann Lévy pour cette lecture glaciale.

Emma a noué une relation intime secrète avec Jesper qui est le PDG de l’entreprise où elle travaille. Le jour de leurs fiançailles, Jesper disparaît brutalement sans donner de nouvelles…
Emma va chercher par tous les moyens à rentrer en contact avec Jesper afin de comprendre son silence. Jusqu'où ira-t-elle par amour ?
En parallèle, un meurtre a eu lieu dans la maison de Jesper qui reste toujours introuvable… et quel meurtre ! Une femme décapitée avec la tête tournée vers la porte d'entrée de la pièce. Quel présage cela laisse-t-il penser ?
Peter, flic émérite, et Hanne, profileuse, vont devoir travailler ensemble afin de résoudre cette enquête. Tandem de choc qui 10 ans auparavant était lié par une histoire d’amour qui s’est terminée sans vraies explications.

Comme vous le savez, les écrivains nordiques et moi c'est une grande histoire d'amour qui je pense, ne se terminera jamais. Je ne pouvais pas passer à côté de ce premier roman écrit en solo par Camilla Grebe qui promet d'être une star du polar suédois.

Camilla Grebe commence son thriller lentement, style typique des écrivains nordiques. Le thème de cet opus est l'Amour sous toutes ses formes jusqu'à en perdre la tête ! ;) L'amour malsain, l'amour imaginaire, l'amour destructeur et le grand Amour, mais n'y voyez rien de niais là-dedans.

Au début de ma lecture, je ne savais pas trop où l'on voulait me faire aller mais une chose est sûre c'est que j'y allais ! Au fur et à mesure des interstices se sont faites, on les voit ou pas. J'aurais pu deviner la fin car des indices sont semés avec parcimonie par-ci par-là. Mais je ne les ai pas pris en considération. J'ai continué ma lecture en me laissant porter par les personnages qui restent attachants chacun à leur façon. Et sur les cinquante dernières pages, tout s'éclaire et s'emboîte parfaitement tel un rubik's cube. Nous comprenons enfin tous les tenants et aboutissants, un éclairage cru sur les comportements psychologiques après des chocs émotionnels.

Avec "Un cri sous la glace", l'auteure sort des sentiers battus de part la construction de l'histoire. Tout d'abord, nous avons trois personnages principaux : Emma, Hanne et Peter qui prennent la parole tour à tour. Chacun exprime son point de vue, explique son présent et son passé par de nombreux flash-back. Ces flash-back sont d'autant plus importants qu'ils contribuent à la compréhension de l'histoire et de l'enquête tout aussi bien du point de vue de l'enquête en elle-même que du point de vue vie personnelle. Chaque chapitre représente donc un personnage et nous dévoile sa personnalité, son intimité, son histoire personnelle. L'enquête prend forme uniquement grâce aux personnages. J'irais même plus loin en disant que l'enquête est secondaire et les personnages mis au premier plan. Des personnages merveilleusement façonnés avec cet effrayant psychologisme ! Nous apprenons à connaître des personnages qui sont assez torturés psychologiquement.

"Un cri sous la glace" est LE roman psychologique de l'année ! Je ne peux que vous le conseiller !

# By Aurélie :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire