mardi 7 mars 2017

Nuit de Bernard Minier - Editions XO

**** Chronique de  Jess ****


NUIT de tempête en mer du Nord.
Secoué pas des vents violents, l’hélicoptère dépose KIRSTEN NIGAARD sur la plate-forme pétrolière.
L'inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d'une technicienne de la base off-shore.

Un homme manque à l'appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de MARTIN SERVAZ.

L'absent s'appelle JULIAN HIRTMANN, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années.
Etrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.

Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d'un enfant. Au dos, juste un prénom: GUSTAV

Pour Kirsten et Martin, c'est le début d'un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.
 
 
Voici donc le retour de Martin Servaz que nous attendions depuis pas mal de temps maintenant. J'avais vraiment hâte de lire ce livre en sachant que depuis Glacé, l'auteur nous avait habitué à un suspens et une intrigue allant crescendo de livre en livre.
 
Dans ce nouvel opus, l'histoire commence par la découverte du corps d'une femme particulièrement mutilé dans une église en Norvège.
Une inspectrice d'Oslo, Kirsten Nigaard se rend sur place pour enquêter. Le déroulement de l'enquête l'amène sur une plate-forme pétrolière. Un coupable est vite identifié, il s'agit de Julian Hirtmann, le célèbre tueur en série qui hante Martin Servaz. Dans ses affaires, l'enquêtrice retrouve des photos de Martin et d'un petit garçon nommé Gustav.
Elle va donc se déplacer à Toulouse et faire équipe avec Martin pour retrouver la trace de l'enfant et surtout de Julian.
 
Martin va vivre l'enquête de sa vie. Mais tout ne va pas se passer comme prévu, et il va devoir se plier de nouveau aux exigences du tueur. A ses risques et périls, il va aller toujours plus loin. De la Norvège, à Toulouse en passant par l'Autriche, Bernard Minier va nous faire voyager au fil de l'enquête.
 
Malheureusement pour moi, ce polar est une vraie déception. Autant j'avais adoré le dernier "N'éteins pas la lumière" autant j'ai été déçu par ce dernier opus. Peut-être en attendais-je trop? J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de longueurs dans la première moitié du livre au point où j'ai failli arrêter ma lecture plus d'une fois. Trop de descriptions, de statistiques détaillées qui ne servent à rien dans l'histoire. Seulement l'impression que l'auteur écrit pour remplir des pages. Un livre de plus de 500 pages qui aurait je pense pu en faire que 300.
Le style de Bernard Minier est par contre particulièrement fin et brillant. On sent une réelle évolution dans le style. Ces personnages sont toujours très bien travaillés que ce soit sur le plan psychologique que sur leur passé.
 
En ce qui concerne l'intrigue, il n'y a rien qu'on ne voit pas venir à des kilomètres. En tout cas je n'ai pas été  surprise durant ma lecture. A part un rebondissement en fin de livre auquel on ne s'attend pas. Et nous comprenons à la fin qu'il y aura encore une suite aux aventures de Martin Servaz. Etait-ce bien nécessaire? En ce qui me concerne pas sûr que je lise la suite.

C'est donc une grosse déception en ce qui me concerne. Mais je sais que les fans de Bernard Minier ont adoré ce dernier livre donc si vous avez lu les trois premiers je ne peux que vous dire de le lire et de vous faire votre propre opinion.
 

Détails sur le produit

  • Broché: 525 pages
  • Editeur : XO (21 février 2017) que je remercie pour cette lecture.

2 commentaires:

  1. En effet, je vais peut être attendre un peu avant de le lire vu que je dois lire Glacé et que c'est sa suite :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. faut lire les 3 en fait. Glacé, le cercle et n'éteins pas la lumière ;-)

      Supprimer