samedi 15 juillet 2017

Un sac de Solène Bakowski - Milady Thriller

**** Chronique de Jess ****

En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'abominable, l'Affreuse Rouquine, la marginale.
Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l'insu du reste du monde, l'éducation de la petite Anna-Marie, fille d'un suicidé et d'une folle à lier, elle n''imagine pas encore le monstre qu'elle abrite sous son toit et que, lentement, elle fabrique. La petite fille, poussée par ses démons, hantée par son histoire, incapable de distance, tue, un peu, beaucoup. Elle sacrifie, règle ses comptes, simplement.
Mais que fait-elle là, cette jeune femme agenouillée en plein Paris, au beau milieu de la nuit ? Et que contient ce mystérieux sac qui semble avoir tant d'importance ?
Voici l'histoire d'Anna-Marie Caravelle.

Après avoir lu et adoré Une bonne intention (ma chronique ici) je me suis dit qu'il fallait absolument que je lise Un sac au vu des très bonnes critiques que j'avais lu.
Et bien déception! Encore une ce mois-ci! Je ne sais vraiment pas quoi penser de ce livre une fois avoir lu la dernière page.

C'est une histoire noire, très noire. L'histoire d'Anna-Marie qui commence alors qu'elle est encore dans le ventre de sa mère. Fille d'un père suicidé et d'une mère qui va perdre la raison. Elle va se retrouver élevée par la voisine qui va la cacher au reste du monde. Mais le mal est ancré en elle. A 13 ans elle fuit l'appartement et se retrouve à la rue. Elle va rencontrer Camille, un jeune marginal de 20 ans avec qui elle va passer les 10 prochaines années. Ils vont vivre de prostitution et d'un semblant d'art. Mais le mal qui ronge Anna-Marie va finir par revenir plus violent qu'auparavant.

J'ai ressenti un malaise tout au long de ma lecture. La noirceur y est tellement présente qu'elle nous encercle nous lecteur. Le style de l'auteur est très bon voir même un peu pompeux à mon goût. J'ai largement préféré son dernier livre.
La fin par contre est étonnante et vraiment très triste. Rien de gai dans ce livre. Il n'y a que du négatif dans cette histoire. On souhaiterait un happy end pour Anna-Marie mais malheureusement pas de bonheur en prévision pour elle.
Une histoire à la Zola, qui dépeint la décadence et la déchéance d'une vie dans la rue et les conséquences psychologiques d'une enfance malheureuse.

Un avis donc mitigé en ce qui me concerne. Au vue des commentaires élogieux je m'attendais à aimer voir adorer ce livre. Il me laisse un sentiment bizarre, un mal être.
J'avais eu le même ressenti quand j'ai lu Sa vie dans les yeux d'une poupée d'Ingrid Desjours.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire