jeudi 12 septembre 2019

Lésions intimes de Christophe Royer - Taurnada Editions

**** Chronique de Jess ****



Nathalie Lesage, capitaine au caractère bien trempé, travaille au sein de la brigade de répression du proxénétisme. Une des branches de l'organisation « Gorgona », spécialisée dans un certain genre de soirées parisiennes, va l’amener à côtoyer un milieu où règnent la perversion et les pratiques extrêmes.

Victime d’un banal accident, son enquête va prendre une tournure inattendue. Dans le même temps, le décès de son frère va l’obliger à renouer avec son passé.

Tout va alors se mélanger et entraîner Nathalie vers l’inimaginable…




Plus je lis de polars et plus je trouve que la femme est à l'honneur. De nouveau, je lis un polar avec une femme en tant que personnage principal et j'avoue que j'aime ça.

Nathalie Lesage, la petite trentaine, travaille à la BRP. Célibataire, aimant son boulot et le faisant bien. Elle suit en général les règles de sa hiérarchie mais parfois elle dépasse les limites. Elle va vivre l'enquête de sa carrière en essayant de démanteler l'organisation "Gorgona". Cette organisation a plusieurs branches et notamment le proxénétisme avec ses soirées très particulières. Des soirées trash catégorisées de 1 à 4 en fonction du type de pratiques sexuelles. 
Elle prend tellement à cœur son boulot que même quand elle est en repos elle essaie d'arrêter les petites frappes. Ce qui lui vaudra un bel accident qui va la chambouler. 
Elle va penser perdre la tête quand elle va commencer à entendre une voix de jeune fille dans sa tête. Nathalie va donc, en plus de son enquête, essayer de comprendre pourquoi elle entend et arrive à avoir une conversation mentale avec la jeune fille. Bon pour le coup j'avais compris cette partie de l'intrigue. Et par conséquent j'avais une idée du pourquoi elle entendait ces voix.
Nathalie va devoir aussi renouer avec son passé suite à un message de sa mère à qui elle n'a pas adressé la parole depuis 7 ans. Pourquoi ne parle-t-elle plus à sa famille? Et pourquoi n'a-t-elle plus aucun souvenir de son enfance avant ses 12 ans? C'est une double intrigue que l'auteur nous propose.

L'auteur, à travers Nathalie et son enquête, va nous emmener dans les pires perversions sexuelles. Même notre enquêtrice va tomber sur des pratiques qu'elle n'avait encore jamais rencontré lors de ses précédentes enquêtes. Certaines scènes sont franchement à gerber. L'auteur ne nous épargne pas, et ça rend son histoire réaliste au possible. Le sujet a pourtant été traité de nombreuses fois dans le monde du polar mais Christophe Royer a su se l'approprier et en faire un thriller prenant. Il a su aussi créer un personnage féminin attachant. Dans cette enquête, elle va aller là où jamais elle ne pensait aller. D'autres personnages seront présents pour l'épauler dans ses enquêtes (qu'elles soient personnelle ou professionnelle). Certains attachants et d'autres imbuvables au possible. 

Malgré le fait que j'avais compris où l'auteur voulait nous emmener j'ai passé un super moment de lecture. Christophe Royer signe un premier thriller prenant, qui ne vous laissera pas une seconde de répit. Thriller très visuel grâce aux nombreuses descriptions, j'ai eu l'impression de vivre cette histoire de l'intérieur. J'espère vraiment retrouver Nathalie dans de nouvelles enquêtes car je pense que Christophe Royer a encore de belles surprises à nous offrir en matière de polar.

Je remercie les Editions Taurnada et plus particulièrement Joël pour sa confiance et pour m'offrir de formidable thriller. 






dimanche 8 septembre 2019

Les refuges de Jérôme Loubry - Editions Calmann-Levy


**** Chronique de Jess ****


Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d'aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.

Lorsqu'elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d'habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l'image que Sandrine en a.
Pourtant, l'atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu'un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d'entre eux ne quitte-t-il jamais l'île ?
Qu'est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d'un sang qui n'est pas le sien.




J'avais découvert Jérôme Loubry en lisant Les chiens de Détroit (mon avis ici) que j'avais beaucoup aimé. J'avais adoré l'atmosphère qui se dégageait de ce polar dont je pensais à l'époque qu'il était dû à la ville où se situait l'histoire. Mais en fait je pense que Jérôme Loubry est doué pour nous emmener loin et créer une atmosphère particulière à une histoire.

Comment vous parler de ce livre et vous donner envie de le lire sans spolier l'histoire. Heureusement que la 4ème de couverture en dit le moins possible car ça gâcherait le plaisir de la lecture et la découverte des points forts de l'histoire. Un peu comme si on vous avait spolié le film Le 6ème sens . En commençant ce polar jamais je n'aurais pensé lire un livre pareil ! Jamais j'aurais pensé que l'auteur se jouerait de moi à ce point. Moi qui aime les thrillers psychologiques je viens de découvrir un autre genre et j'en suis plus que ravie.

J'ai bien sûr essayé de comprendre cette histoire de malade. J'ai essayé de trouver des relations entre les personnages. Mais je me suis plantée (tout comme les autres lecteurs) en beauté. Je pense que personne ne peut imaginer le dénouement de l'histoire ni le scénario. En fait ce bouquin est comme un match de boxe entre le lecteur et l'auteur. Un match en 3 rounds. Chaque fin de round vous laisse sur un KO pour vous porter l'estocade finale. 
J'ai finalement compris le titre à la fin de ma lecture. 

Le choix de nous raconter une histoire entre passé et présent est aussi très addictif. J'adore cette façon d'écrire car je la trouve addictive. Le fait aussi que l'histoire se déroule à une autre époque (entre 1949 et 1986 pour cette histoire) donne une atmosphère particulière. Par contre, attention aux anachronismes quand on écrit à une autre période que la notre ;-) 

Jérôme Loubry signe un troisième thriller qui est une pure réussite. Il me reste Le douzième chapitre à lire et j'en suis ravie. Je suis toujours épatée du travail imaginatif et rédactionnel d'un auteur quand je lis un tel chef d'oeuvre. J'ai eu du mal à me remettre de ma lecture et j'ai du mal à écrire cette chronique qui sera bien en deçà de ce que l'auteur m'a offert. 

Un conseil ne passez pas à côté de ce thriller ! 



vendredi 6 septembre 2019

Vaste comme la nuit d'Elena Piacentini - Fleuve noir Editions

**** Chronique de Jess ****

La capitaine Mathilde Sénéchal n'aurait jamais imaginé retourner sur les lieux de son enfance, un petit village non loin de Dieppe. Mais quand Lazaret, son ancien chef de groupe, lui fait parvenir une lettre sibylline, elle comprend qu'elle va devoir rouvrir une enquête vieille de trente ans. Qu'elle le veuille ou non, le passé ne meurt jamais. Il a même des odeurs, ces odeurs qu'elle sait identifier comme personne et qui sont aussi son talon d'Achille. Il est temps pour elle de sonder sa mémoire défaillante et d'affronter la vérité.



Premier roman d'Elena Piacentini que je lis et c'est pourtant pas faute d'en avoir entendu parler. Je me lance donc avec son dernier livre Vaste comme la nuit. Je me rends compte rapidement que le personnage de Mathilde Sénéchal et quelques autres ont été créés dans son roman Comme de longs échos. Mais pour ma part cela ne m'a pas dérangé du tout dans ma lecture.
Première découverte et premier point dont je souhaite parler est le style d'Elena Piacentini. Je ne m'attendais pas du tout à ça. Et pour ceux qui me lisent vous savez que  pour moi le style est très important. Mais pour une fois, après avoir été un peu déroutée, je me suis forcée à continuer car l'histoire me plaisait vraiment. Et puis je me suis faite à la façon d'écrire de l'auteure, cette façon poétique de décrire les lieux et les personnages, leurs sentiments, leurs façons d'être. C'est donc un roman qu'il faut prendre le temps de déguster,  avec un style qui s'apprivoise. 

Mathilde Sénéchal va vivre une enquête plus que personnelle dans ce roman car elle va devoir replonger dans son passé. Un passé qu'elle a oublié ou occulté suite à une chute de vélo à l'âge de 9 ans où elle a oublié une grande partie de son passé. Le même jour, la voisine de Mathilde qui était aussi sa prof de musique a disparu mystérieusement. Aucune trace, aucun indice, aucun corps, l'enquête en est resté au point mort et jamais personne n'a ouvert la bouche concernant cette affaire. 

Mathilde va donc retourner dans sa maison de famille à Arcourt accompagnée de son compagnon Pierre Orsalhier et Adèle, la jeune ado qu'elle a prise sous son aile. Elle va essayer de savoir ce qu'il a pu se passer 30 ans auparavant et surtout tenter de faire parler les gens du coin ce qui ne va pas être chose facile. Mais il faut qu'elle y arrive pour enfin trouver la paix qu'elle cherche depuis ce fameux accident. 

Pour une fois je suis contente d'être passer outre le style car j'ai finalement beaucoup apprécié comment l'auteure nous raconte cette histoire. L'atmosphère qui se dégage de ce roman est tout simplement sublime et mystérieuse. L'histoire est prenante du début à la fin. Les noeuds de l'histoire vont se démêler petit à petit, passé et présent vont se percuter pour nous offrir un final qu'on n'a pas vu venir ! Pour moi c'est une totale réussite. 

lundi 2 septembre 2019

L'affaire Perceval de Pascal Martin - Editions Jigal

**** Chronique de Jess ****


Perceval est au top, adulé, reconnu, jalousé ! La Grande Tchatche, son émission en prime time, est un succès colossal. Le public adore, l'audimat est au sommet, la productrice est comblée...

Pourtant quelqu'un veut la peau de Perceval et s'acharne sur lui. Pourquoi ?
Pauvre clown effrayé sur la piste du grand cirque médiatique, Perceval se voit contraint de quitter la scène et de prendre la fuite.
Mais son persécuteur le traque. Perceval, pétrifié, découvre alors que la télé réalité est devenu pour lui... réalité.
Il est au bord du gouffre mais ne veut pas être éliminé, quitter les sunlights et sortir du jeu. Ce serait pire que mourir !
Alors, à l'heure des fake news, du complotisme et de la victimisation triomphante, il n'a plus qu'une seule solution pour survivre : se lancer dans le vide.


Avant de commencer ce livre je ne connaissais pas du tout l'auteur Pascal Martin. Pourtant honte à moi j'ai La reine noire dans ma bibliothèque (je pense qu'il va vite être sorti d'ailleurs!). Et je peux vous dire en finissant ce polar que c'est une très chouette découverte. 

Perceval est l'animateur vedette d'un talk-show où il descend avec humour les hommes politiques. Un beau matin son scooter ne répond pas lorsqu'il veut freiner et il s'encastre dans un camion. Plus de peur que de mal mais Perceval commence à cogiter et à devenir un chouille parano. Surtout lorsque quelques jours plus tard il se retrouve à moitié chauve et qu'il s'aperçoit qu'on a trafiqué son shampoing. Pour Perceval cette fois c'est sûr quelqu'un lui veut du mal. Son seul et unique ami, un journaliste d'investigation va partir à la recherche de la vérité sans en avertir Perceval. Ce sera donc une enquête en deux temps et en deux points de vue différents que l'auteur nous offre. 

J'ai mis 2 secondes et demi à m'attacher au personnage de Perceval et à être accroc à cette histoire. Tout y est bien dosé pour en faire une excellente lecture : un personnage principal attachant, des "coupables" en veux tu en voilà, de la manipulation ou pas, et un style drôle et percutant. Je pense que j'aurais pu le lire d'une traite tellement j'étais dans l'histoire. L'auteur nous parle du monde télévisuel et il le fait bien. J'ai essayé tout au long de ma lecture de connaître la vérité, de me poser la question : est-ce que quelqu'un lui veut vraiment du mal ou Perceval est-il tout simplement en train de perdre la raison ? Mais jamais je n'aurais pu deviner un tel dénouement.

Voici une très belle découverte que m'offre les Editions Jigal, je vais vite lire La reine noire afin de retrouver les mêmes sensations de lecture !

dimanche 1 septembre 2019

Une proie idéale d'Helen Fields - Editions Black Lab

**** Chronique de Jess ****


Bienvenue à Édimbourg, capitale européenne du crime. Au cours d'un festival de rock, un travailleur social est éventré d'un coup de lame. Personne n'a vu son meurtrier. La semaine suivante, le corps d'une maîtresse d'école, étranglée avec sa propre écharpe, est retrouvé sur un tas d'ordure. Les inspecteurs Ava Turner et Luc Callanach ne trouvent aucun lien entre les meurtres, aucun mobile, jusqu'à ce qu'apparaissent, en ville, des graffiti décrivant les victimes... Ils comprennent alors que ceux-ci sont réalisés avant et non après les assassinats et que le meurtrier annonce sa prochaine victime. 


L'été dernier je découvrais Helen Fields avec La perfection du crime (mon avis ici) qui avait été une super découverte et il me tardait de retrouver les personnages de Luc Callanagh et Ava Turner. Si vous n'avez pas lu La perfection du crime pas de soucis, vous pouvez commencer par celui-ci car l'auteur revient sur les points cruciaux de la vie des personnages. 

Lors d'un festival de musique, un jeune homme est éventré au milieu de la foule sans que personne ne voit quoique ce soit. Ce jeune homme faisait partie de plusieurs associations caritatives. Le même jour c'est une infirmière dévouée qui trouve la mort d'une façon ignoble puis une jeune maîtresse d'école. Que se passe-t-il à Edimbourg? Un vent de panique s'abat sur la population. Luc et Ava se partagent les différentes enquêtes. La pression de leur hiérarchie est à son paroxysme. 

Côté vie privée, Luc et Ava vont s'éloigner de plus en plus. Ava va lui cacher des choses et l'arrivée d'un de ses anciens fiancés Joe, chef de l'équipe de cyber-criminalité, ne va pas arranger leur relation. Surtout quand Luc va se mêler involontairement de son enquête. J'ai détesté le personnage de Joe. 
De nouveaux personnages vont apparaître et vont aider Luc dans son enquête, Lance Proudfoot, un journaliste indépendant et Ben Paulson, un jeune prodige informatique. J'ai adoré ces deux personnages. 

L'auteure nous plonge une fois de plus dans l'horreur et le pire que l'on peut trouver chez l'homme. Elle va nous emmener dans le Dark Net et nous en expliquer les règles. Je connaissais déjà le Dark Net pour avoir lu plusieurs polars dont on en parlait. Mais je n'aurais pas pu imaginer un tel scénario dans ma tête ni le pourquoi des meurtres ! 
J'ai retrouvé les scènes de meurtres ignobles comme dans le premier opus. Helen Fields a une imagination machiavélique en ce qui concerne la façon de tuer les gens !

Encore une fois j'ai adoré ma lecture! C'est pour moi un sans faute et il me tarde une fois de plus de retrouver les personnages.

mardi 27 août 2019

Le gang des rêves de Luca Di Fulvio - Pocket Editions

**** Chronique de Jess ****

New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d'Européens, la ville est synonyme de " rêve américain ". C'est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L'espoir d'une nouvelle existence s'esquisse lorsqu'il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l'amour ? 



Depuis le temps que j'entends parler de ce livre et qu'il est dans ma PAL il fallait absolument que je remédie à ce problème. Je me suis enfin lancée dans la lecture de ce pavé de 900 pages qui m'a totalement immergé au début du XXème siècle à New-York. Il m'aura fallu quasiment 10 jours pour en venir à bout, mais je ne le regrette pas une seule seconde car ce livre se déguste et se vit à 100%. J'ai quand même trouvé qu'il y avait beaucoup de longueurs dans ce livre, ce qui rend la lecture peu fluide par moment. Et d'un autre côté les pages se tournent à toute vitesse.

J'ai enfin fait la connaissance de Christmas et de sa mère Cetta, une jeune immigrée italienne qui décide de partir d'Italie pour vivre le rêve américain à tout juste 14 ans avec son bébé dans les bras. Mais tout ne va pas se dérouler comme elle l'imaginait et pour survivre avec son bébé, elle va devoir se prostituer. Mais elle souhaite que son fils soit un vrai "américain" et fera en sorte pour que ce dernier devienne quelqu'un de bien. Nous allons donc grandir avec le petit Christmas et suivre pas à pas le déroulé de sa jeunesse.
J'ai aussi fait la connaissance de Ruth, cette jeune fille de bonne famille, qui va vivre l'enfer avant de rencontrer Christmas. 

Ce roman va nous retracer la vie des protagonistes sur une période de 20 ans. Et en une aussi longue période, nous apprendrons à nous attacher à eux, à vivre leurs expériences heureuses et douloureuses. L'immersion dans le début du siècle est totale. Le travail qu'a fait l'auteur est admirable. Les descriptions de New-York (ville de mon cœur) sont parfaites. Il nous fera découvrir aussi la côte ouest et la Californie avec les débuts du cinéma. 
Et puis entre deux, il y aura une grande histoire d'amour voir même deux. Mais comme toute histoire d'amour, il y aura la perte, la recherche de l'autre, la douleur, l'espoir et peut-être des retrouvailles. 
Roman chorale, nous aurons le point de vue de chaque personnage. Cette façon de faire nous donne un panel d'émotions, de sentiments et de descriptions de l'histoire tout simplement bouleversant. Nous connaîtrons parfaitement tous les personnages. Certains sont tout simplement abjects quant à d'autres on les aimera dès les premières lignes. 

L'auteur a su nous plonger aussi dans le monde des gangsters dans les années 20. Les guerres de territoires, la difficulté pour les immigrés de faire leur trou dans ce monde impitoyable. Les logements insalubres, les métiers peu recommandables que certains sont obligés de faire. 

Je comprends maintenant tout l'enthousiasme autour de ce roman. Je ne regrette qu'une seule chose : l'avoir laissé aussi longtemps en attente dans ma bibliothèque. Un coup de cœur ! 


SMEP 2018





lundi 19 août 2019

UK Serial killer d'Emily Tibbatts - Editions Ring


**** Chronique de Jess **** 


Pour la première fois en librairie : les dix plus effroyables tueurs en série de Grande-Bretagne.
Si les tueurs français et américains ont largement nourri la littérature criminelle et le cinéma, les serial killers d'outre-Manche restaient, jusqu'à ce livre noir, inconnus du grand public. 
Dans l'ombre de Jack l'Éventreur, ce sont des hommes et des femmes noyés dans la masse, cannibales, nécrophiles, éventreurs, empoisonneurs, pédophiles et prédateurs qui ont tué et massacré en nombre durant des décennies. 

La conférencière Emily Tibbatts, fondatrice du site francophone de référence tueursenserie.org et auteur de dizaines de biographies en ligne de serial killers, fait son entrée en librairie avec les longs portraits immersifs et passionnants des dix plus terrifiants tueurs en série de Grande-Bretagne. UK Serial Killers vous plonge dans leur histoire intime et leur traque, le détail de leurs crimes qui vous fera frémir d'horreur, leurs motivations macabres, les progrès des techniques médico-légales, d'enquêtes... 

Et l'ampleur de ces chasses à l'homme.


J'aime énormément les histoires de faits divers et en particulier les tueurs en série. Ce n'est pas pour rien que je suis fan de Stéphane Bourgoin et de ses ouvrages sur les tueurs en série (dont certains livres ont été édité chez Ring). Je ne suis pourtant pas très au fait des tueurs en série anglais à part le célèbre Jack L'éventreur. J'ai donc été plus que ravie de recevoir ce livre-documentaire qui retrace le parcours de 10 tueurs et tueuses en série.

Certains documentaires peuvent parfois être ennuyeux à lire mais celui-ci est très bien fait. L'auteure va dresser un portrait édifiant de chaque tueur en série. Elle va nous raconter leur enfance et comment tout a débuté pour finir par la traque du tueur par les différents services de police d'Angleterre et parfois même d'Irlande. Certains ont tué pendant des dizaines d'années avant d'être enfin arrêté ! Il faut dire que certaines histoires remontent au XIXème siècle où la science n'était pas encore trop au fait de la police.
Chaque tueur est différent des autres, entre la veuve noire, le pédophile, les tueurs de femmes ou des couples de tueurs, le pire de l'humain est bien décrypté. L'histoire d'un des couples de tueurs m'a particulièrement choqué ! 
Je me demande comment il est possible qu'un être humain fasse autant de mal à un autre être humain. Je n'arrive pas à comprendre certaines actions et l'horreur de certaines histoires.

Emily Tibbatts nous offre son travail remarquable dans cet ouvrage. Un documentaire percutant, effrayant, qui ne vous laissera pas de marbre. J'ai découvert une nouvelle auteure que je vais suivre de près. Elle reprend ces faits divers en s'appuyant sur les faits et rien que les faits, pas d'extrapolation ni de faits romancés ou imaginés. Et elle nous livre aussi le "Pourquoi" des meurtres ce qui est vraiment passionnant. 

Si vous aimez les faits divers, les histoires vraies et surtout les tueurs en série ce livre doit absolument rejoindre votre bibliothèque !