vendredi 24 mai 2019

L'inconnue de l'équation de Xavier Massé - Editions Taurnada

**** Chronique de Jess ****



Quatre heures. La police n'a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu'un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol.

Deux salles d'interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes.
Accident, meurtre, ou vengeance ?
Une toile d'araignée va se tisser peu à peu et d'une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.



Il y a deux ans maintenant j'ai fait la découverte de Xavier Massé et de son thriller Répercussions (mon avis ici). J'avais été bluffé par ce bouquin et cette histoire. Donc quand j'ai reçu le mail de Joël pour savoir si j'étais intéressée pour lire son nouveau thriller ma première pensée a été "C'est drôle ce livre est justement dans ma wishlist". Donc un grand merci à Joël et aux Editions Taurnada.

Que s'est-il passé dans la famille Conut? Pourquoi ont-ils été retrouvé tous tués dans leur maison secondaire? C'est ce que vont essayer de découvrir les enquêteurs en interrogeant, Mireille la mère de François et l'inspecteur Binger, les deux seules rescapées. Le fils de la famille étant entre la vie et la mort à l'hôpital. 

La vie de François est plutôt atypique. Marié, père d'un jeune garçon, chef d'entreprise ayant commencé au bas de l'échelle il est redevenu manutentionnaire lorsque sa société s'est cassé la gueule à cause de la crise. Chute ascensionnelle donc pour cette famille. Et puis un jour, lorsqu'ils n'y croyaient plus, François touche le gros lot à l'Euromillions. Mais par malchance le jour où il se rend à la Française des Jeux, il se fait agresser et fini à l'hôpital dans le coma. 

Dès le prologue, Xavier Massé pose la pierre d'une construction machiavélique ! Nous allons être pauvres lecteurs perdus autant que les enquêteurs dans un labyrinthe de doutes et de questionnements. Le déroulement de ce livre est drôlement bien fichu et très addictif. Nous allons suivre les enquêteurs, l'un interrogeant Mireille, l'autre l'inspecteur Binger. Nous allons donc revivre la vie de François et sa famille de deux points de vues différents. 

Un conseil ne cherchez pas à comprendre vous allez vous y casser les dents. En tout cas, j'ai essayé et je me suis plantée en beauté. Pourtant j'ai l'esprit tordu mais jamais je n'aurais pensé à un scénario pareil.

Une fois de plus je suis scotchée par le talent de Xavier. Cette maîtrise de son scénario, les ficelles qu'il va dérouler petit à petit pour nous offrir un final incroyable. On pense qu'il s'égare parfois mais ce n'est que pour mieux nous flouer et nous tromper. Un thriller parfait ! Foncez et ne passez pas à côté.

jeudi 23 mai 2019

La fille aux yeux d'or de Christine Navarro - Editions De Borée

**** Chronique de Jess ****


Dans une époque à laquelle les sixtes ont apporté une liberté jamais connue, Camille Saint-Vallier, grand reporter au célèbre quotidien Les Eclairs, profite à fond de l'indépendance conquise par les femmes, collectionnant les scoops et les conquêtes masculines. Son talent sa beauté et une bonne dose d'audace l'ont vite rendue célèbre, si bien qu'elle est envoyée sur les reportages les plus sensibles. Aussi est-elle furieuse lorsqu'en ce matin d'octobre 1970, son rédacteur en chef lui demande de se rendre dans un village perdu du centre de la France pour couvrir l'affaire d'une voyante assassinée. Elle ignore encore que cette enquête va la mener de surprise en surprise, et que derrière ce banal fait-divers se trame quelque chose de plus obscur...


J'ai découvert la plume de Christine Navarro avec son roman l'Impossible oubli qui était le troisième tome d'une trilogie. J'avais donc enchaîné les deux premiers tomes tellement j'avais aimé l'histoire (retrouvez mes avis en fin d'article). Donc quand j'ai vu une nouvelle parution, je me suis jetée dessus sans même lire le résumé.

J'ai été très surprise quand je me suis rendue compte que ce roman n'était pas du tout comme les précédents ouvrages de l'auteure. Cette fois-ci Christine Navarro nous offre un polar d'un autre genre. Un polar qui se déroule fin des années 70 et une enquête qui sera menée non pas par un flic mais par une journaliste. 

Camille Saint-Vallier revient à peine de 2 mois de reportage au Cambodge quand son rédacteur en chef l'envoie dans un petit patelin de France pour enquêter et faire un article sur le meurtre d'une voyante. Dès le départ, Camille peste, car pour elle, elle n'a rien à faire là-bas, elle mérite mieux. Mais n'ayant pas le choix elle embarque dans sa mini Cooper et décide de faire le boulot. 
Une fois sur place elle va être ravie de revoir un de ses confrères et concurrent Adam. Il faut dire que la belle Camille n'a pas froid aux yeux et vit à une époque où l'on n'a pas contraintes et pas trop d'attaches sentimentales. Camille est belle, elle le sait, et elle sait surtout jouer de ses charmes pour obtenir des scoops que personne d'autre ne peut avoir. C'est simple, elle hypnotise tout le monde et surtout les hommes.
Apparemment, pour tout le monde l'affaire est pliée, ils savent qui est la coupable, une certaine Jacqueline Dussan. Cette dernière est introuvable et tous les gendarmes du coin sont à sa recherche. Mais à peine arrivée, Camille se doute que c'est trop simple. Elle va donc causer pas mal de zizanie dans l'enquête en cours. Car pour elle, ce meurtre cache autre chose. 

J'ai beaucoup aimé ce polar. Il change de ce que je peux lire habituellement. Le fait que ce soit une journaliste qui mène l'enquête. Le fait que les faits se déroulent en 1979 donne une touche hors du temps. L'auteure a connu les sixties et ça se sent. Pas de téléphone portable, ni d'internet à l'époque, du coup on apprend comment les nouvelles arrivaient aussi vite et comment les journalistes faisaient leur boulot. 
J'ai aimé le côté frivole de Camille. Elle aime les hommes et ils le lui rendent bien. Cette enquête ne va pas l'empêcher de se faire plaisir et pas qu'un peu et surtout pas qu'avec un seul homme.

Le scénario est bien ficelé. On ne se doute pas une seconde du nom du vrai coupable, ni du pourquoi. J'ai tout simplement dévoré ce livre en 2 jours.
C'est pour moi encore une réussite. J'aimerais beaucoup retrouver Camille dans d'autres reportages. 

Je remercie les Editions De Borée pour cette lecture.

Autres chroniques :





mardi 21 mai 2019

La clé du cœur de Kathryn Hughes - Editions Calmann-Levy

**** Chronique de Jess ****



Années 50
Amy, une jeune femme désespérée, tente de se noyer suite à la mort de sa mère. Le lendemain, son père n’a pas le choix : il l’envoie à Ambergate, austère hôpital psychiatrique.
Pour Amy, qui est loin d ’être folle, ce sera le théâtre de terribles drames, et d’amours interdits.

50 ans plus tard…
Sarah se met à fouiller les vestiges d ’Ambergate dans le but d ’écrire un livre. L’asile abandonné va alors livrer ses plus sombres secrets. Et si tout commençait par une simple clé ?



J'avais besoin d'une petite pause polar, et rien de mieux que le dernier roman de Kathryn Hughes pour cela. 

Kathryn Hughes ne change pas de style et continue dans sa lancée de nous offrir des romans dont les histoires se découpent en deux périodes et se rejoignent pour n'en former qu'une. Elle met toujours en scène deux femmes séparées par deux époques. 
Cette nouvelle histoire ne fait pas exception à la règle. Sarah, bibliothécaire, fait des recherches pour écrire un livre sur l'ancien asile de fous Ambergate. Son père y a travaillé mais il ne veut absolument plus parler de cette période. Sarah part dans la vieille bâtisse pour chercher quelque chose de concret sur lequel écrire. Elle va finir par trouver dans une salle un stock de valises appartenant à d'anciens patients et découvrir une lettre dans l'une d'elle. 

Nous remontons ensuite en 1956, lors de l'hospitalisation d'Amy. Elle a tenté de se suicider et son père la fait interner à Ambergate. Nous suivrons sa vie dans l'établissement et nous  comprendrons quels sont les liens entre ce que Sarah a trouvé et sa vie de l'époque. 
Un personnage important commence aussi sa vie à Ambergate, Ellen Crosby, qui est élève infirmière et qui va se prendre d'affection pour Amy. Elles ont le même âge et elle va s'identifier à cette dernière. Malheureusement elles n'auront pas la même vie.

Kathryn Hughes dénonce les conditions de vie de ces établissements psychiatriques dans les années 50. Certains patients n'étaient pas "fous" et n'avaient que comme problème de déranger leurs proches. Je me suis prise d'affection pour Amy. Elle savait très bien qu'elle ne sortirait pas facilement d'Ambergate. Surtout en voyant comment les patients finissaient institutionnalisés et ne pouvait plus vivre en dehors de l'établissement. 
L'auteure a fait un travail de recherche considérable sur les instituts de cette époque. 

J'ai aimé chercher à comprendre le lien entre Sarah et Amy. Sarah est également un personnage fort qui vit aussi son lot de problèmes personnels. J'ai aimé la construction de ce roman qui fait la force des romans de Kathryn Hughes. Chaque livre est une petite pépite et celui-ci en est une nouvelle. Je suis totalement fan de ses romans. Je n'ai encore jamais été déçue et cette auteure fait partie désormais des auteurs dont je lirais chaque nouvelle parution. Les bonds entre passé et présent ont sur moi un effet totalement addictif. Elle créé toujours des personnages forts dont on ne peut pas être insensibles.

Si vous ne connaissez pas encore cette auteure, que vous aimez les belles histoires, les tranches de vie, je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur ses romans. Croyez moi vous ne serez pas déçu une seule seconde.

Autres chroniques :



dimanche 19 mai 2019

Mon ombre assassine d'Estelle Tharreau - Editions Taurnada


**** Chronique de Jess ****


En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.

Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine



Il y a quelques mois j'ai entendu beaucoup parler de ce livre. Je n'ai vu que des bons avis et ça m'a donné envie de le lire et de découvrir cette auteure que je ne connaissais pas encore.

Il existe très peu de tueuses en série. Et lorsque des meurtres sériels sont commis, il est rare que les policiers s'imaginent qu'une femme puisse être la coupable. Par conséquent, les femmes tueuses en série tuent plus de personnes et se font arrêter moins rapidement qu'un homme. J'ai rarement lu des histoires de tueuses en série. Estelle Tharreau va nous raconter l'histoire de Nadège Solignac, institutrice. L'histoire commence lors de l'arrestation de Nadège suite à la mort de Fabien Bianchi, un policier. 
Nadège Solignac va donc nous relater sa vie, de sa naissance à son arrestation. S'ensuivra des chapitres qui reprennent les interrogatoires des proches de Nadège. 
Nadège est née mais n'était pas désirée. Sa mère l'a délaissé à cause d'une dépression post-partum, son père l'ignorait totalement, son frère est à l'image de son père, et sa sœur est un monstre. Dès le départ, Nadège commençait mal sa vie. 
Nous allons découvrir au fil des chapitres, comment une gamine va petit à petit devenir une psychopathe. Mais nait-on psychopathe ou le devient-on? Si Nadège avait eu une autre enfance, serait-elle devenue ce qu'elle est aujourd'hui.

C'est bizarre, car j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour Nadège. J'ai compris pourquoi elle a commencé à tuer et pour certaines de ses victimes j'ai trouvé que c'était bien fait pour eux. Pour d'autre par contre il en sera différemment. 
J'ai beaucoup aimé les retours en arrière sur la vie de Nadège. Les interrogatoires où l'enquêtrice va essayer de prouver que Nadège est coupable malgré le fait qu'elle a tout d'une victime. Car comment prouver qu'une femme qui donne l'image d'une personne que tout le monde aime, qui est une maîtresse admirée des parents et que les enfants adorent. Car Nadège a su se fondre dans la masse. 

J'ai beaucoup aimé la plume d'Estelle Tharreau, j'ai aimé qu'elle nous livre ce récit glaçant, qu'elle nous raconte la vie de cette femme machiavélique. J'ai aimé lire un thriller différent de ce que je peux lire habituellement. Un récit sous forme de témoignage qui rend la lecture plus réelle et moins fictif. 
Je ne connaissais pas du tout Estelle Thareau, je vais me pencher sur ses autres livres. 



Je remercie les Editions Taurnada pour cette lecture.

vendredi 17 mai 2019

Dans la toile de Vincent Hauuy - Editions Hugo Thriller

**** Chronique de Jess ****


Isabel Gros est une miraculée. Seule survivante d'une fusillade, elle a passé deux semaines dans le coma. Contrainte d'abandonner sa carrière de critique d'art et ne supportant plus la vie citadine, elle quitte Paris avec son mari, pour s'installer dans leur nouveau chalet, au coeur des Vosges. Souffrant de graves séquelles, Isabel pense se reconstruire grâce à la peinture. Mais le malaise qu'elle ressent dès son arrivée va rapidement se transformer en terreur.


Je connais Vincent Hauuy avec son polar Le tricycle rouge mais je n'avais pas été convaincu par cette lecture. Je n'avais d'ailleurs pas pris la peine d'en faire une chronique. Mais quand on m'a dit que son nouveau était plus psychologique, je n'ai pas pu résister étant donné que c'est un genre que j'affectionne particulièrement.

Isabel Gros a survécu a une fusillade et souffre de stress post-traumatique et de problèmes de mémoire suite à la balle qu'elle a reçu dans la tête. Elle ne travaille plus et vit dans une crainte et une angoisse constante. Son mari médecin, décide de quitter Paris pour vivre dans les Vosges, dans un chalet isolé de tout.
Mais plus les jours vont passer plus Isabel va sentir ses angoisses l'envelopper au point de la rendre complètement folle. Chaque jour elle va recevoir de drôles d'emails, et apprendre des choses qu'elle pensait ne pas savoir. Ses pertes de mémoire lui laisse des vides dans ses journées qu'elle n'arrive pas à combler. Le chalet ne va pas avoir l'effet escompté sur son état mental. 
D'ailleurs le lieu est particulièrement bien choisi pour cette histoire, on imagine très bien, ce chalet au milieu des bois, dans la montagne, avec pour seul voisin une demeure froide et glauque. 

Nous aurons certains chapitres avec des passages de son passé dans le Maine, d'où elle est originaire. Nous allons apprendre qu'elle a une sœur jumelle Camille, et qu'elle avait un frère Eliot. On sent dès le départ qu'il s'est passé un drame dans son enfance. Il y a beaucoup de zones d'ombre dans son histoire.
Alors psychose, ou harcèlement ? J'avoue m'être posé une tonne de questions pendant ma lecture. J'avais bien 1 ou 2 hypothèses mais elles étaient à vérifier.
Le livre est découpé en plusieurs parties et arrivée à la fin de la deuxième, BAM une grosse claque. Tout ce que j'avais pu imaginer me pète à la tronche. Envie de reprendre ma lecture depuis le début en me disant non pas possible j'ai raté un détail. 

Vincent Hauuy, nous emmène dans le brouillard le plus complet, sème des pièces de puzzle, je dirais même que plusieurs puzzles sont mélangés! Les événements et les révélations vont s'enchaîner et sortir de nulle part sans que l'on s'y attende le moins du monde. Et pourtant à la moitié de ma lecture, je me suis dit "bon OK rien de nouveau dans ce scénario, la femme est faible psychologiquement, elle devient de plus en plus confuse, c'est sûr son mari est derrière tout ça." Et puis, tout s'embrouille et je me rends compte que je me suis fait flouer en beauté.

Cette fois-ci je ne suis pas du tout déçue de ma lecture, bien au contraire. Le sujet était très bon, le scénario machiavélique, et les histoires de jumeaux / jumelles me passionnent. Tous les ingrédients étaient donc réunis pour que je passe un excellent moment de lecture ;-)


mardi 14 mai 2019

De si bonnes amies d'Amy Gentry - Editions La Bête Noire

**** Chronique de Jess ****



Dana Diaz est comédienne de stand-up à Austin, Texas. Lorsqu'elle se lie d'amitié avec Amanda Dorn, programmeuse informatique, toutes deux se confient leurs terribles expériences dans des milieux presque exclusivement masculins  et notamment l'abus sexuel que Dana a récemment subi à Los Angeles. Amanda échafaude alors un plan parfait pour se venger de ceux qui les ont humiliées : chacune se chargera de punir l'agresseur de l'autre.

Mais, rapidement, Dana s'interroge : jusqu'où peut-on aller dans la vengeance sans y perdre son âme ?


J'avais beaucoup d'appréhension en commençant ce livre, car le premier n'avait pas été un coup de cœur loin de là. Mais comme vous le savez je n'aime pas me faire une opinion sur un seul livre et je persévère toujours. 
Et premier essai de lecture, j'ai fait une pause car je n'arrivais pas à rentrer dans l'histoire. J'ai finalement repris ma lecture quelques jours plus tard, et passer les 150 pages on rentre enfin dans l'histoire. Un long démarrage donc pour ce thriller. 

L'histoire c'est celle de Dana Diaz, humoriste à Austin, qui souhaite percer dans ce métier. Elle a vécu une grosse déconvenue à Los Angeles où elle a laissé son meilleur ami Jason pour retourner dans sa ville natale. Un soir après son stand up elle fait la connaissance d'Amanda, qui a assisté à son show. Les deux jeunes femmes vont se lier d'amitié. Elles ont un lien en commun, le fait d'avoir été agressé sexuellement par un homme. Et à l'heure des #balancetonporc, le sujet est plus d'actualité. Sauf qu'au lieu de balancer leurs porcs, Amanda a une autre idée, se venger en piégeant le porc de l'autre. Dana ne sait pas encore dans quel guêpier elle va se fourrer. Elle ne connaît pour ainsi dire pas du tout Amanda, et elle va s'en mordre les doigts. 

Alors l'idée de départ est bonne. Le petit bémol est vraiment que l'histoire met un temps fou à démarrer et à se mettre en place. La manipulation psychologique est plutôt bonne. Et les retournements de situation donnent du peps à l'histoire. Je ne m'attendais pas du tout à une fin pareille. 

Donc pour un deuxième thriller psychologique je l'ai trouvé beaucoup mieux que le précédent. Je me ferais un avis définitif en lisant son troisième quand il sortira. 


Autre chronique :


lundi 13 mai 2019

Le jour de ma mort de Jacques Expert - Editions Sonatine


****Chronique de Jess ****


Charlotte est une jolie jeune femme sans histoire. Elle a un travail qui lui plaît, un petit ami avec qui elle s'apprête à se marier, un chat. Elle se dit heureuse. Cependant, cette nuit d'un dimanche d'octobre, elle se réveille en sueur, tremblante de peur, à l'affut du moindre bruit. Elle est seule chez elle, il est minuit passé. On est le 28 octobre. Le jour de sa mort.

Trois ans plus tôt à Marrakech, Charlotte et trois copines sont allées consulter un voyant. Toutes les prédictions faites à ses amies se sont avérées exactes. Qu'en sera-t-il de Charlotte à qui il avait annoncé une mort violente le 28 octobre.

Commence alors un suspense de tous les instants.
La jeune femme est-elle victime d'une paranoïa alimentée par l'effrayant souvenir ou est-elle réellement en danger alors que rôde dans la ville un tueur psychopathe ? 
Une fois de plus Jacques Expert joue avec les nerfs du lecteur dans ce récit implacable, aux retournements aussi nombreux qu'imprévisibles.


Je remercie Babelio et les Editions Sonatine pour cette lecture.

Jacques Expert est un auteur que j'affectionne beaucoup depuis que j'ai commencé à lire ses livres. Ils nous embarquent toujours dans des faits divers qui nous dérangent et utilise la psychologie pour nous emmener loin dans un récit. 

Charlotte est jeune femme active de 28 ans, intelligente, en couple depuis quelques mois à l'homme parfait, elle a tout pour être heureuse. Un dimanche à minuit elle se réveille en sursaut après avoir fait un cauchemar. Impossible pour elle de se rendormir, une angoisse la tient éveillée et elle réalise soudain qu'aujourd'hui est le 28 octobre, le jour où elle doit mourir d'une mort violente. Trois ans auparavant, lors d'un week-end à Marrakech, un voyant lui avait prédit le jour de sa mort soit aujourd'hui le 28 octobre.
Malheureusement pour elle son petit-ami est en voyage d'affaires à Dubaï et elle se retrouve seule à gérer ses angoisses. Et en plus, elle apprend sur BFM qu'un tueur en série sévit sur Paris, et qu'il s'en prend à des jeunes femmes qui lui ressemblent en tout point : blonde, entre 25 et 30 ans, ayant un chat. Pour elle, il ne fait aucun doute qu'un tueur en série va essayer de la tuer aujourd'hui. 

S'ensuit une journée de 24h haletante pour notre héroïne, qui va passer par tous les stades de la paranoïa et d'angoisse. Est-ce qu'elle est vraiment la proie d'un tueur en série? Va-t-elle réellement mourir aujourd'hui et si oui comment? Est-elle folle?
Et puis nous avons entre certains chapitres, le tueur en série qui nous livre ses états d'âme. Un être particulièrement pervers, et méthodique qui nous raconte comment il recherche ses victimes et pourquoi il fait ça. Nous comprendrons que ce qu'il a vécu dans sa jeunesse en a fait l'homme qu'il est devenu. 

Jacques Expert nous offre un huis clos angoissant. Charlotte peut paraître très godiche dans sa façon d'appréhender sa "future mort". Elle va prendre des décisions parfois stupides mais que ferions-nous à sa place ? Elle va se mettre à douter de tout et de tout le monde. Elle va se retrouver dans des situations parfois très cocasses. Mais le choix de cette blonde un peu sotte est pour moi une réussite. C'est totalement le style de personnage que l'on trouverait dans un film d'horreur à se faire zigouiller dès les premières minutes. 
Nous allons nous même douter de l'identité du tueur ou de sa fin prochaine mais une fois le final tant attendu, on se rend compte de notre méprise. 

J'appréhendais un peu cette lecture, car certains amis blogueurs ont écrit des retours très négatifs. Et finalement, j'ai passé un très bon moment de lecture. J'ai aimé le côté psychologique de ce huis clos. J'ai aimé me poser des questions tout du long. Me demander si Charlotte n'était finalement pas névrosée et ne se faisait finalement pas que des films. Jacques Expert a joué avec mes nerfs pendant deux soirs. 
Un conseil lisez-le et faites-vous votre propre opinion ;-)

Mes autres chroniques :




La femme du monstre 

rencontre Babelio pour la sortie du livre le 13 mai 2019