lundi 28 janvier 2019

Une clinique si accueillante de Waldeck Moreau - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****


Brest. Les réseaux sociaux diffusent en boucle une vidéo pour le moins saisissante : on y voit un sein découpé, échoué sur la plage du Petit Minou. Violette, interné depuis 8 ans à la clinique Sainte-Bernadette visionne la séquence et s'échappe. Quelques minute après cette évasion, un médecin découvre le cadavre d'une infirmière mutilée... le sein tranché. S'ensuit une série de meurtres. Le mode opératoire est toujours le même : les victimes sont retrouvées nues, les seins arrachés, une fleur de camélia reposant sur la plaie. Détail lyrique : le chant des bohémiennes est diffusé à plein volume sur chaque scène de crime. Le commandant Mathias Croguennec, fraîchement arrivé de Montpellier (lire Cavale Hongroise) est chargé de l'affaire. On lui adjoint le lieutenant Manon Leguellec. Tous deux s'intéressent rapidement à un notable qui semble tenir d'une main de fer toute la région. On raconte même à nos enquêteurs qu'il organiserait des soirée très chaudes pour certains de ses obligés...


Je remercie les Editions Lajouanie pour cette nouvelle lecture.

Mathias Croguennec, vient à peine d'arriver à Brest suite à sa mutation lorsqu'une drôle de découverte a lieu sur la plage. Des jeunes gens y ont trouvé un sein tranché. Au même moment à la clinique psychiatrique de la ville, une jeune femme internée depuis 8 ans, Violette, s'échappe en mutilant et tuant une infirmière. S'ensuit une série de meurtres sanglants qui touchent des notables de la ville et surtout leurs femmes.
Dès le départ, nous savons qui est la coupable. Mais elle ne sera pas la seule à semer la mort sur son passage. Un homme influent, surnommé le Boss, règne sur la Bretagne et rien ne se met en travers de sa route. Il sera aidé par ses sbires pour faire le ménage et ainsi qu'on ne remonte pas à lui dans certaines de ses affaires.

Quel est le lien entre Violette, et cet homme puissant? Pourquoi Violette part dans une quête de vengeance? 
Un roman policier mais pas que, qui nous embarque dans les hautes sphères politiques de la ville avec ses travers pas toujours reluisants. 
Je me suis énormément attachée à Violette, et j'ai souhaité du fond du cœur qu'elle arrive au bout de sa mission, une fois avoir compris le pourquoi du comment. 

La Bretagne est aussi à l'honneur dans ce polar, les descriptions y sont les bienvenus pour égayer un peu cette histoire bien noire.
La plume de l'auteur est très agréable à lire et l'histoire bien que "banale" m'a tenu en haleine tout du long. 
Politique, secret de famille, sexe, argent, un combo gagnant pour ce polar original. 

Laissez-vous tenter par ce polar, bon moment de lecture garanti !



samedi 26 janvier 2019

L'étranger dans la maison de Shari Lapena - Editions Presse de la Cité

**** Chronique de Jess ****


" Comment te sens-tu ? " Elle voudrait répondre " terrifiée ". À la place, elle dit, avec un faible sourire : " Heureuse d'être à la maison. "

Mariés depuis deux ans, Karen et Tom ont tout pour être heureux : un train de vie confortable, un pavillon coquet, des projets d'avenir. Un soir, quand Tom rentre à la maison, Karen s'est volatilisée. Alors qu'il commence à paniquer, Tom reçoit une visite de la police : son épouse a été victime d'un grave accident de voiture, dans un quartier malfamé où elle ne met d'ordinaire jamais les pieds. À son réveil à l'hôpital, la jeune femme a tout oublié des circonstances du drame. Les médecins parlent d'amnésie temporaire. En convalescence chez elle, Karen est décidée à reprendre le cours de sa vie. Sauf que quelque chose cloche. Elle sait que, depuis quelques mois, quelqu'un s'introduit en leur absence dans la maison.

Après l'immense succès du Couple d'à côté, la nouvelle reine du thriller domestique revient avec un roman toujours aussi addictif, qui raconte les faux-semblants de la vie conjugale ou comment, à force de grands secrets ou de petites trahisons, un geste malheureux peut faire voler en éclats un bonheur de façade.


Je remercie babelio et sa masse critique pour cette lecture ainsi que les Editions Presse de la cité. 

J'avais entendu parler du Couple d'à côté le précédent thriller de Shari Lapena. Quand j'ai lu le résumé de l'Etranger dans la maison j'ai vite été tentée. Je suis très friande des thrillers psychologiques, des histoires de manipulation, d'harcèlement. 
Dans ce polar, Karen, jeune trentenaire se réveille à l'hôpital après un accident de la route. Elle ne se rappelle pas du tout ce qui l'a conduit à l'hôpital. Quand on lui dit qu'elle a eu un accident dans un quartier mal famé de la ville, elle ne comprend pas du tout ce qu'il l'a amené là-bas. Son mari, Tom, ne comprend pas non plus ce qui a pu conduire sa femme à partir aussi vite de chez elle en laissant tout en plan, même la porte d'entrée n'était pas fermée. 
Quand peu de temps après, un homme est retrouvé assassiné dans un restaurant abandonné proche du lieu de l'accident, les enquêteurs ne mettent pas longtemps à comprendre que Karen et le mort ont un lien en commun. Mais lequel?
Tom va commencer à douter de sa femme, et à se rendre compte que finalement il ne la connait pas si bien que ça. Elle ne lui a jamais parlé de son passé et les doutes s'accumulent. 
Il y a aussi Brigid, la voisine et meilleure amie de Karen, qui semble cacher pas mal de choses.
Mais chacun a ses secrets bien cachés qui vont être étalés au grand jour. Est-ce que Karen est vraiment coupable du meurtre? Si non qui est derrière tout ça ? 

J'ai trouvé le début très plat. Je voyais très bien où l'auteur voulait en venir. Et plus l'histoire continuait et tout me semblait cousu de fil blanc. Aucune surprise sauf un petit rebondissement sur la fin mais qui pour moi n'a pas relevé du tout l'intrigue et l'histoire.
Je ne me suis attachée à aucun des personnages, aucun n'a eu grâce à mes yeux, que ce soit Karen ou Tom. 

J'ai quand même voulu connaître le fin mot de l'histoire et voir où voulait en venir l'auteur. 
Une histoire qui se lit bien mais qui ne restera pas en mémoire bien longtemps je pense. Dommage, car il y avait là de quoi, je pense, faire un bon thriller psychologique si le côté manipulation, harcèlement avait été un peu mieux développé. 

Je vous laisse vous faire votre propre opinion sur ce livre ;-) 

mercredi 23 janvier 2019

Le tombeau d'Appolinaire de Xavier-Marie Bonnot - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****

" Que la guerre est belle ! Mensonges, tout ça. " Dans les tranchées de la Grande Guerre, le sergent Philippe Moreau dessine les horreurs qu'il ne peut dire. Son chef, le sous-lieutenant Guillaume de Kostrowitzky, écrit des articles, des lettres et des poèmes qu'il signe du nom de Guillaume Apollinaire. La guerre, comme une muse tragique, fascine l'auteur d'Alcools. Pour Philippe Moreau, jeune paysan de Champagne, elle est une abomination qui a détruit à jamais son village. Blessés le même jour de mars 1916, les deux soldats sont évacués à l'arrière et se perdent de vue. Philippe Moreau va tout faire pour retrouver son lieutenant. Une quête qui l'entraîne jusqu'à Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, où il croise Cendrars, Picasso, Cocteau, Modigliani, Braque... Guillaume Apollinaire est mort il y a tout juste cent ans. À travers le regard attendri et critique d'un sacrifié de la Grande Guerre, Xavier-Marie Bonnot raconte avec puissance les dernières années de la vie de l'auteur du Pont Mirabeau.

Xavier-Marie Bonnot est un auteur que je suis depuis maintenant quelques années et dont j'apprécie les livres à chaque lecture. Que ce soit du polar ou de la littérature blanche (ou noire selon comment l'on ressent cette lecture) il arrive à toucher son lecteur et à lui faire découvrir des personnages qu'il connaît peu (en tout cas en ce qui me concerne).
Dans le tombeau d'Appolinaire, il retrace une partie de la Grande guerre de 14-18 où nous rencontrons Philippe Moreau, un jeune sergent d'une vingtaine d'années, obligé de partir défendre son pays alors qu'il aurait préféré continuer sa petite vie tranquille avec sa famille en Champagne. Dans les tranchées, il va faire la connaissance de son nouveau supérieur, Guillaume de Kostrowitzky, dit Guillaume Appolinaire. Cet étranger, venu faire la guerre en France par esprit patriotique à une autre vision du combat que celle du jeune Moreau. Mais dans les tranchées, parfois naissent de drôles d'amitiés. Jamais ces deux-là n'auraient pu se rencontrer dans une autre vie. Moreau, est un artiste dans l'âme, son petit secret est de dessiner la guerre, de la retranscrire à sa manière. Quant à Appolinaire, lui écrit pour expurger toutes les horreurs vécues. Ils vont donc sympathiser grâce à leur amour pour l'art.


Je dois dire que je ne suis habituellement pas fan des histoires qui se passent durant la première guerre mondiale. J'en ai lu très peu et j'avais peur en commençant ce roman de vite être lassée par les tranchées, les combats, et les différentes batailles. Mais connaissant la plume magnifique de Xavier-Marie Bonnot, je devais me douter que ce roman allait être une merveille. Il a su retranscrire les horreurs de cette guerre et en faire une beauté grâce à ses mots.  

Ce roman se découpe en 2 parties. Tout d'abord la guerre à l'état brut, les tranchées, le front en première ligne. La peur qui suinte de tous les pores des soldats. La douleur de perdre les camarades de régiment est aussi un coup dur. Ne pas savoir si sa famille est en vie aussi.
Et puis la démobilisation suite à une grave blessure. Appolinaire et Moreau vont se retrouver avec la même blessure de guerre et être démobilisé. Moreau décide de partir pour Paris pour retrouver son ami. Mais c
omment arriver à se remettre de la guerre, des traumatismes subit ?
J'ai énormément été touché par Moreau, ce jeune homme à peine adulte envoyé au front sans même avoir connu l'amour. J'ai été touché par l'amitié qu'il a ressenti pour Appolinaire. Son côté artistique m'a également beaucoup plu, moi qui aime aussi peindre et dessiner.

Ce livre ne se lit pas rapidement, il se lit lentement pour apprécier la plume, la poésie, le style  de l'auteur, pour pouvoir en apprécier chaque ligne. 
Xavier-Marie Bonnot est un auteur de grand talent qui excelle autant dans la littérature blanche que le polar. Il arrive à adapter son style à l'époque avec talent. 
Un roman que je vous conseille grandement.

Je remercie les Editions Belfond pour cette lecture.

Autres chroniques :


Le violon de Menuhin
La dame de Pierre
La vallée des ombres

mardi 22 janvier 2019

Le cimetière des mots doux d'Agnès Ledig - illustration Frédéric Pillot - Editions Albin Michel Jeunesse

**** Chronique de Jess ****


Une petite fille, Annabelle est amoureuse de Simon un jeune garçon atteint de leucémie. Après sa mort et pour faire face au deuil, elle lui écrit des mots doux qu'elle dépose dans la forêt qu'il aimait tant.


Cette chronique sera une première car il est rare que je donne mon avis sur un livre jeunesse. Mais c'est avec plaisir que j'ai découvert ce magnifique livre écrit par Agnès Ledig. 
Dans ce livre jeunesse, l’auteure traite d'un sujet sensible qu'on ne sait pas forcément comment aborder avec nos enfants : la mort d'un proche. Elle reprend deux personnages de ces précédents romans pour nous conter cette bien triste histoire. 
L'histoire d'Annabelle qui est amoureuse de Simon. Mais Simon est atteint d'une leucémie et va malheureusement décéder.
Grâce à sa plume magnifique, Agnès Ledig évoque la mort, le deuil, la peine de manière sensible et juste. 
Les mots sont simples, compréhensibles pour les tous petits. Les illustrations de Frédéric Pillot sont magnifiques et illustrent parfaitement l'histoire d'Agnès.

Un livre que tous les parents devraient avoir chez eux pour pouvoir atténuer la peine d'un enfant quand celui-ci est confronté à la mort d'un parent ou d'un ami. 
Je ne l'ai pas encore lu à mon fils de 6 ans mais une fois que ce sera fait je rajouterais son avis d'enfant qui peut être très différent de mon avis de maman. 


jeudi 17 janvier 2019

Enfermé.e de Jacques Saussey - Editions French Pulp

**** Chronique de Jess ****

Les premiers papillons ont éclos derrière ses paupières. Elle en avait déjà vu de semblables, enfant, un été au bord de l'océan, jaunes et violets contre le ciel d'azur.
Elle était allongée au soleil, l'herbe souple courbée sous sa peau dorée. Le vent tiède soufflait le sel iodé de la mer dans ses cheveux. Aujourd'hui, l'astre était noir. Le sol dur sous ses épaules. Et l'odeur était celle d'une marée putride qui se retire. Les papillons s'éloignaient de plus en plus haut, de plus en plus loin. Et l'air lui manquait. Lui manquait... Elle a ouvert la bouche pour respirer un grand coup, comme un noyé qui revient d'un seul coup à la surface. Les papillons ont disparu, brusquement effrayés par un rugissement issu du fond des âges...


Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu de livre de Jacques. J'avais un peu été déçue du dernier que j'ai lu 7/13 mais au vu des excellents retours de Enfermé.e je n'ai pas attendu longtemps pour m'en faire mon avis.

Jacques nous conte l'histoire de Virginie, née garçon, elle vit depuis sa naissance un enfer que personne ne semble vraiment comprendre. Son père au lieu de l'écouter, lui tapait dessus. Sa mère ayant peur de son père n'a jamais vraiment pris sa défense. Elle a donc fui le domicile parental dès qu'elle l'a pu. Mais une fois à la rue, les ennuis n'ont fait que continuer : prostitution, vol, et cambriolage qui va mal tourner et qui va l'envoyer pendant 12 ans en prison où elle va tout simplement vivre l'enfer.


L'histoire commence de nos jours quand Virginie est embauchée en tant qu'aide-soignante  au Centre (une maison de retraite). La spécificité du Centre est que tous les employés sont des repris de justice.
Jacques va alterner les chapitres entre le passé et le présent. Nous allons vivre avec Virginie de sa naissance à ce qu'elle vit actuellement.
Pourquoi fait-elle ce qu'elle fait au Centre? N'en a-t-elle pas marre de subir des horreurs à longueurs de temps? Je me suis posée la question tout au long du livre. D'ailleurs je dois avouer que j'avais commencé ce livre puis stoppé, pour le reprendre après ma petite discussion avec Jacques le week-end dernier. Pour moi c'était trop, trop de violence envers Virginie, trop de viols à répétition, trop de "sodomie". Mais je voulais comprendre où Jacques voulait en venir en nous racontant le calvaire de Virginie.

Le style de Jacques se bonifie de plus en plus. L'écriture est belle, poétique parfois malgré la noirceur qui s'en dégage. Il a pris un virage à 360 avec ce roman. J'ai été époustouflée par son écriture et la façon dont il va nous raconter cette histoire.
Le fait que l'héroïne du livre soit transgenre est bien évidemment un plus. Il a su décrire le calvaire que vivait ces personnes au quotidien (avec ou sans prison). Le regard des autres, l'incompréhension, le dégoût et la non reconnaissance. J'ai eu beaucoup d'empathie pour Virginie.
Seul petit défaut par contre, j'ai trouvé beaucoup d'incohérences temporels dans les retours en arrière.

Jacques Saussey nous prouve une fois de plus qu'il fait partie des grands, il n'a plus rien à prouver. Je pense qu'il peut tout se permettre dorénavant et qu'il peut tout oser. Ce livre en est la preuve. Un livre à découvrir.

Mes autres chroniques :


Nemours 2019

mercredi 16 janvier 2019

L'erreur de Susi Fox - Editions Fleuve Noir

**** Chronique de Jess ****


Sasha a toujours voulu un bébé. Sa grossesse se déroule à merveille, jusqu'au jour où elle se retrouve à l'hôpital pour subir une césarienne d'urgence. À son réveil, elle demande à voir son enfant. Alors qu'elle s'attend à vivre un moment magique, Sasha plonge dans un cauchemar bien réel. Le nourrisson qu'on lui amène n'est pas le sien. La jeune mère n'a aucun doute, même si personne ne la croit. Ni les infirmières qui évitent ses questions, ni son mari qui essaie de la convaincre, ni sa meilleure amie, appelée au secours. Pour tous, Sasha souffre d'un stress lié aux circonstances de la naissance. Mais ce serait oublier combien l'instinct d'une mère est profondément ancré en elle, en dépit des apparences. Si le bébé devant elle n'est pas le sien, où est passé son enfant ? Et qui a pu faire cette erreur ?

Quand Sasha accouche par césarienne prématurément suite à un accident, ce n'est pas du tout comment elle avait envisagé la mise au monde de sa fille. Totalement endormie lors de la césarienne, elle tombe des nues quand elle apprend que c'est d'un garçon qu'elle a accouché et qu'il est au service de néonat sous couveuse. Quand elle se rend auprès de son fils, pour elle il ne fait aucun doute que ce n'est pas son bébé mais qu'il y a eu une erreur du personnel hospitalier.
Sasha va tout de suite dire à tout le monde qu'il y a une erreur et qu'il faut retrouver sa fille. Tout le monde, notamment son mari, va penser qu'elle fait une dépression post-partum et qu'elle est en pleine psychose. Est-elle réellement en train de perdre la tête? Lui a-t-on vraiment échangé son bébé?
Susi Fox a le don d'appâter son lecteur dès les premières pages et d'instiller le doute dans notre tête. Les allers-retours dans le passé avec le point de vue de son mari permettent d'instaurer ce doute. Plus les chapitres passent et plus on se demande ce qui est vrai ou faux. J'adore ce genre de thriller psychologique où l'auteur joue avec mes nerfs. J'aime me sentir mal à l'aise, d'avoir de l'empathie pour le personnage principal. Je me suis mise à la place de Sasha. J'ai été en colère contre tout le monde comme elle a pu l'être.
La plupart des personnages m'ont paru imbuvable, notamment le personnel hospitalier.

La maternité dans sa globalité est le sujet de ce livre. La dépression post-partum est un sujet tabou. Je ne sais pas ce qu'il en est en Australie où l'histoire se déroule mais en France c'est un sujet dont nous ne parlons pas beaucoup. C'est d'ailleurs un mal répandu. L'auteure va aussi traiter des problèmes que rencontrent beaucoup de femmes à avoir des enfants. Sasha essayait depuis 8 ans d'avoir un enfant avant de finalement réussir à tomber enceinte. Et ce n'est pas la seule car sa meilleure amie aussi n'y arrive pas. Et pour avoir des amies qui sont dans la même situation je sais que c'est une épreuve pour elles.
L'instinct maternel est aussi pointé du doigt par l'auteure : peut-on savoir au fond de nous si un enfant est bien à nous ou pas? Peut-on aimer un enfant qui n'est pas biologiquement le sien?

J'ai trouvé qu'il y avait pas mal de longueurs dans ce livre. L'histoire se déroule sur une semaine et l'auteure fait quelques retours en arrière pour nous donner le point de vue de Mark. Le doute instillé par l'auteure est bien maintenu tout du long du livre. Je ne sais pas trop a ce que je m'attendais pour le final mais en tout cas pas celui-ci. J'ai été un peu dérouté par la fin.
C'est apparemment un premier thriller et je serais curieuse de lire son prochain pour voir le sujet qu'elle abordera. Ce ne sera pas un coup de cœur mais j'ai quand même passé un bon moment de lecture.

Je remercie les Editions Fleuve Noir pour cette lecture.

mardi 15 janvier 2019

L'empathie de Antoine Renand - Editions La Bête Noire

**** Chronique de Jess ****



Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.


« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfi n à assembler. On en parlerait. Une apothéose. »

Cet homme, c’est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, selon un mode opératoire inédit.

Face à lui, Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la « brigade du viol ».

Dans un Paris transformé en terrain de chasse, ces trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faudrait rouvrir ses plaies et livrer ses secrets. Un premier roman qui vous laissera hagard et sans voix par sa puissance et son humanité.


Voici encore un polar très différent de ce que je lis habituellement. Pourtant j'en lis du polar et il en faut maintenant beaucoup pour qu'un livre devienne un coup de cœur. 
Celui-ci est un immense coup de cœur. C'est simple je n'ai pas été autant emporté par un polar depuis Le tueur intime de Claire Favan. Et ça je peux vous dire que c'est un immense compliment. Du moins de mon point de vue. Je suis devenue complètement asociale pendant ma lecture, négligeant mes enfants pour pouvoir le finir.
Je vais avoir du mal à exprimer mon ressenti et à être à la hauteur de ce polar.
Plusieurs viols ont lieu dans Paris. Tout d'abord des jeunes femmes agressées et violées dans des ascenseurs. Puis des couples à leur domicile. En ce qui concerne les couples le problème à chaque fois est qu'ils ne savent pas comment le violeur est rentré chez eux. Est-ce le même violeur dans les deux cas? 
Les enquêtes vont être confiées à la brigade du viol. Anthony Rauch alias La poire et son équipe vont tenter de retrouver celui qu'ils vont surnommer le lézard.
Bizarrement nous sentons que La poire cache quelque chose. Tout comme sa binôme Marion. Pourquoi certaines personnes en la rencontrant la première fois semblent-ils la connaître? 

L'auteur a fait un travail remarquable sur ses personnages. Le livre va être découpé en plusieurs parties où il va reprendre chacun des personnages clés de l'histoire. Nous allons les connaître tous intimement, connaître leur histoire, leur enfance, leur secret, leur blessure, ce qu'ils ont vécu. La psychologie est tout bonnement époustouflante. J'ai énormément aimé la construction de ce livre. Certains personnages au départ m'ont paru bien égoïste et je n'ai eu aucune empathie pour eux mais en lisant leur point de vue j'ai vite changé d'avis. 
Ce polar est très  dur, l'auteur ne nous épargne aucun détails de l'horreur qu'a pu vivre ou faire vivre ses personnages. L'auteur ne fait aucun cadeau à ses personnages et par conséquent à nous aussi pauvres lecteurs témoins impuissants de l'histoire. J'ai eu énormément de mal à stopper ma lecture.  

Je pense que c'est la première fois que je pleure en lisant un polar. Je suis passée par tout un tas d'émotions contradictoires pendant ma lecture. Ce livre est tout simplement époustouflant. L'immersion dans l'histoire est totale. Aucun temps mort tout s'enchaîne à merveille.
 
Il semblerait que ce soit un premier polar pour cet auteur et je suis totalement subjuguée par la qualité de l'histoire, de style et d'intrigue. Je découvre un nouvel auteur plus que prometteur et que je vais suivre de très prêt.
Un conseil ne passez pas à côté de ce livre.

vendredi 11 janvier 2019

L'étrange cohérence du sablier de Tristan Marco - Auto édition


**** Chronique de Jess ****


Gabriel Caplain entre dans une quarantaine tumultueuse sur le plan sentimental, mais placée sous le signe de la réussite professionnelle. 
Par un heureux concours de circonstances, il vient d’obtenir un poste qui semble avoir été taillé sur mesure pour lui, au sein de la plus grosse multinationale de la place parisienne. 
Rapidement, son employeur, un richissime homme d’affaires américain dont la personnalité est drapée d’un épais voile de mystè
re, propose à Gabriel de participer à une expérience des plus étranges, visant à démontrer que l’âme humaine est soumise au cycle inéluctable des réincarnations.
Appât du gain, besoin de donner un sens à sa vie, ou simplement quête d’aventure, Gabriel accepte de se lancer dans un voyage initiatique qui le mènera sur le chemin tortueux de l’exploration de son Histoire... de ses histoires.
Mais certains souvenirs doivent-ils vraiment quitter les abysses de l’oubli ?
 
 
Dès la première ligne lue j'ai été un peu déroutée en voyant la date de l'histoire : 2064. Je me suis dit mince j'aime pas lire des livres qui se déroulent dans le futur. Mais j'ai passé outre ce détails et j'ai continué ma lecture. Et je peux vous dire que si j'avais écouté ma première intuition je serais passée à côté d'un super bouquin. Je n'ai jamais lu une histoire pareille.
 
Gabriel Caplain est un jeune quarantenaire qui est chef de la sécurité d'un des plus grands groupes en France. Il a commencé ce travail depuis peu et n'a encore jamais rencontré le PDG : Pierre Jouvenceau. Quand ce dernier le convoque pour une réunion confidentiel, Gabriel se demande bien ce qu'il peut en être.
M. Jouvenceau va lui proposer une expérience pour le moins extraordinaire et hors norme. Il a mis au point un procédé qui permet de retourner dans nos vies antérieures et souhaite connaître les 3 dernières vies de Gabriel. Il veut revivre les deux derniers jours de chaque vie pour en faire une étude. Les données seront confidentielles et seul M. Jouvenceau connaîtra les détails de ces vies. Gabriel n'en aura aucun souvenir.
Et tout ça en échange de 450000 euros. Gabriel accepte le deal sans réfléchir.
 
 
Premièrement, j'ai beaucoup aimé me plonger dans ces nouvelles vies. L'impression de lire 4 histoires en une seule. Et surtout comme on sait que le personnage va mourir on se demande bien ce qui va lui arriver. Gabriel sera tout d'abord Douglas, un pilote d'hélicoptère américain, ensuite Alice une jeune artiste corse, et enfin le père Federico en Italie.
Au fur et à mesure des différentes vies, j'ai commencé à essayer de comprendre quel était le lien entre les quatre vies. J'ai cru comprendre à un moment, je me suis torturée l'esprit en essayant de trouver le fin mot de l'histoire. Et au final lorsqu'enfin j'ai compris je me suis pris une belle claque. Ce bouquin est tout simplement époustouflant. Il fait réfléchir le lecteur sur la Vie en général, sur la religion qui est beaucoup présente dans ce roman. Et sur la mort surtout. C'est drôle car je suis persuadée de la vie après la mort et des vies antérieures. Et ce roman est tellement bien fichu qu'on y croit encore plus.
 
Les sceptiques resteront toujours sceptiques je pense mais ce livre fait vraiment réfléchir. Le style de l'auteur est très agréable à lire. Les différents personnages très attachants, à part le dernier mais je n'en dirais pas plus. La description de la vie en 2064 n'est pas trop fantaisiste et pourrait très bien être comme ça. J'avais peur que l'auteur tombe trop dans le fantastique avec des gadgets improbables mais heureusement non.
Un livre à découvrir absolument. Je ne regrette pas une seule seconde d'avoir accepté la proposition de l'auteur de lire son livre.
Comme quoi je le répète il y a de belle pépite dans l'auto-édition.

 

mardi 8 janvier 2019

Les femmes formidables à l'heure du choix de Alex Riva - Editions Denoël

**** Chronique de Jess ****

Lorsque vous aviez fait la connaissance d'Emma, Alice, Andréa et Chloé, elles traversaient la fameuse crise de milieu de vie, fatiguées de tout gérer pour tout le monde tout le temps. Partir une semaine en Grèce avait été leur « grève des femmes formidables » et leur avait permis de mieux comprendre ce qui les avait conduites à cette situation, ce dont elles avaient envie et ce sur quoi elles pouvaient agir. À leur retour à Paris, l'imprévu avait décidé de s'en mêler. Pendant les mois qui avaient suivi, chacune avait tenté de mettre en place ses bonnes résolutions tout en intégrant Laurence à leur quatuor.
Deux années se sont désormais écoulées, leurs vies ont évolué, pas toujours comme elles l'auraient souhaité, mettant à mal leur amitié et leurs projets. Toutes femmes formidables qu'elles sont, elles vont découvrir à leurs dépens qu'elles ne peuvent pas tout avoir et se retrouver à l'heure des choix. Choix conjugal, choix professionnel, choix familial, rien ne leur sera épargné !


Quand j'ai reçu ce roman j'ai d'abord été un peu dépitée en sachant que c'était le troisième tome d'une trilogie. Je n'aime pas particulièrement lire une histoire qui a déjà commencé et aurais aimé commencé l'histoire de ces femmes formidables dès le départ. Mais ce roman est plutôt bien fait et pour celles et ceux qui n'ont pas lu les deux précédents, l'auteure fait un petit résumé de la vie de chacune au début du livre. Donc finalement ça ne m'a pas dérangé plus que ça de ne pas avoir lu les précédents car les petits clins d'œil au passé nous aide à comprendre certains points de l'histoire.
J'ai donc fait la rencontre avec Emma, Chloé, Andréa, Alice et Laurence. Mes doutes se sont vite envolés et j'ai été rapidement emballée par cette lecture et tous ces personnages. Dans ce nouveau roman qui continue deux ans après leurs dernières aventures, il s'en est passé des choses. Alice, Andréa et Laurence se sont associées pour ouvrir trois restaurants Ma Cantine. Emma et Chloé se sont associées pour reprendre l'agence d'événementielle. Tout roulait jusqu'à ce qu'Emma parte vivre à San Francisco avec Mike son nouveau compagnon.
Un malheureux accident va gripper la machine si bien rôdée de leur vie. Andréa va se faire renverser en vélo et toutes vont devoir faire des choix professionnels et personnels.
Les personnages sont tous très bien travaillés. On en aime certaines et en déteste d'autres. Alice, m'a tout de suite été imbuvable, égoïste, centrée uniquement sur elle-même et sur ses restaurants qui a bien plus d'importance que la santé de son amie. On apprend qu'elle a eu des problèmes dans les deux romans précédents, notamment un cancer du sein, et des problèmes de couple où elle avait eu une aventure avec Olivier. Elle va continuer à s'enfoncer dans la dépression dans ce roman, cacher ses véritables sentiments à ses amies et se les mettre toutes à dos.
Emma aura du fil à retordre aussi, tant dans sa relation avec Mike qu'avec Emma qui ne va plus pouvoir autant s'investir dans l'agence. Elle est au bord de l'épuisement et va demander à Emma de venir l'aider.
Chacune va devoir faire des choix. L'auteure dépeint très bien la condition de la femme du XXIème siècle. Les femmes veulent tout, un travail, une famille, être un pilier et surtout elles veulent un homme qui les comprennent et qui feront tout pour les aider au mieux.
Et puis elle pointe certains problèmes inhérent à travailler avec ses propres amis. Il n'est pas souvent bon de mélanger travail et amitié sans se fâcher.
Ce roman est un très bon feel-good. Je pense que j'achèterais les deux premiers tomes afin de lire les histoires de nos 4 femmes formidables. J'ai beaucoup aimé le style fluide de l'auteure et toutes ses tranches de vie de ses quatre femmes. Je suis triste de refermer ce roman et j'espère qu'il y aura un quatrième tome pour poursuivre l'histoire où l'auteure la laisser.

Je remercie les Editions Denoël pour cette lecture.

vendredi 4 janvier 2019

Avalanche Hôtel de Niko Tackian - Editions Calmann-Levy

**** Chronique de Jess ****


Janvier 1980. Un homme se réveille dans une chambre de l'Avalanche Hôtel, situé sur les hauteurs de Montreux. Il s'appelle Joshua Auberson, il est agent de sécurité, et une jeune fille a disparu. Mais tout ceci est-il bien réel ?
Janvier 2018. Joshua Auberson se réveille à l'hôpital. Alors qu'il enquêtait sur une inconnue découverte en pleine montagne, il a été pris par une avalanche et est resté quelques jours dans le coma. Malgré la confusion qui règne dans sa tête il est convaincu que ce qu'il a vu pendant son coma est plus qu'une manifestation de son inconscient, Joshua décide de se pencher sur l’'histoire de l’'hôtel de son rêve, désormais abandonné. Et si la clé de l’'énigme se trouvait dans les souvenirs défaillants de Joshua ?


Comme il me tardait de découvrir le nouveau polar de Niko Tackian. Auteur que j'ai découvert avec Toxique il y a bientôt deux ans et depuis je ne rate aucune sortie. Il y a des auteurs comme ça que l'on suit car on sait qu'on ne sera pas déçu.
Et en général, il y a de belles surprises!
Cette fois, Niko nous embarque à Avalanche Hôtel en Suisse.
Joshua Auberson se réveille nu dans la salle de bain d'une chambre d'hôtel. Il a perdu la mémoire et il semblerait qu'il soit agent de sécurité dans l'hôtel. Mais le pire c'est que nous sommes en janvier 1980. Il va être interrogé par un inspecteur de police quant à la disparition d'une jeune cliente Catherine Alexander. S'ensuit une étrange rencontre avec Clovis, le barman de l'hôtel. Et puis plus rien. 
Joshua va se réveiller à l'hôpital. Il a été pris dans une avalanche alors qu'il enquêtait sur une affaire en cours. Il semblerait donc qu'il ait fait un rêve étrange pendant qu'il était dans le coma.
A partir de là les rêves et la réalité vont se télescoper dans l'esprit de Joshua. Il va continuer à enquêter sur la disparition de Catherine mais aussi sur la découverte de la jeune inconnue. Elle a été retrouvé en état d'hypothermie et est dans le coma. Qui est cette jeune femme? Pourquoi avait-elle la photo de Catherine dans une de ses poches? Beaucoup de mystères vont entourer toute cette histoire. 
Joshua avec l'aide de Sybille, sa partenaire, va remonter dans ses souvenirs à l'aide de ses rêves pour trouver la vérité. 

Il est agréable d'avoir un flic qui change un peu des caricatures habituelles (flic meurtris, alcoolo, borderline). Un flic ordinaire qui ne cherche pas à être un super-héros. Même Sybille est un flic particulier. J'ai beaucoup aimé ce personnage. 
L'ambiance du livre est exceptionnel. Niko Tackian est doué pour dépeindre les lieux, l'atmosphère d'une histoire et décrire les paysages. Lecture très visuelle qui m'a donné froid. La neige, la tempête sont omniprésents dans ce polar et donne un caractère particulier à l'enquête. Un petit côté mystique que j'ai adoré. L'hôtel abandonné au milieu des montagnes m'a fait limite flipper.
L'auteur traite de sujets qui m'intéresse énormément : le cerveau humain, ses mécanismes et surtout comment il traite les souvenirs que nous avons.

Je pense que j'aurais pu lire ce bouquin d'une traite tellement j'ai été happé par l'histoire et le style addictif de Niko Tackian. J'ai cherché à comprendre, j'ai cherché à enquêter pour savoir le fin mot de l'histoire. J'ai eu des doutes à moment qui se sont avérés vrais. Mais j'ai douté, Niko a essayé de m'avoir autrement mais finalement j'avais une partie de la réponse. Intrigue quasi parfaite donc pour ce thriller renversant.

Niko Tackian continue dans sa lancée et nous offre encore un polar majestueux à l'atmosphère angoissante! Et en général je ne parle pas trop de la couverture ni de l'aspect du livre mais je trouve ce livre magnifique. 
Une lecture à ne surtout pas râter!

Je remercie les Editions Calmann-Levy pour cette lecture.



Mes autres chroniques :


Toxique

Fantazmë

Quelque part avant l'enfer

La nuit n'est jamais complète


Mort en eaux grises de Pierre Pouchairet - Editions Jigal


**** Chronique de Jess ****


Fraîchement de retour au sein de la police judiciaire, la commandant Johana Galji est plongée dans une nouvelle enquête qui révélera l'existence d'une menace effroyable pour la population...

Après avoir été grièvement blessée lors d'une précédente affaire, c'est avec appréhension que la commandant Johana Galji reprend ses fonctions de chef de groupe à la police judiciaire de Versailles. Mais la découverte dans la Seine du corps d'un plongeur étrangement mutilé l'entraîne très vite dans une nouvelle enquête qui va révéler l'existence d'une menace effroyable pour la population. En effet, de la frontière turco-iranienne à Moscou, en passant par la Syrie, Conflans et Paris, une machination infernale est en train de se mettre en place… Il va falloir toute leur détermination à Johana et son équipe pour tenter de déjouer ce qui pourrait devenir l'une des plus terribles catastrophes de ces dernières années….

J'ai découvert Pierre Pouchairet avec son excellent polar La prophétie de Langley (mon avis en fin d'article). Ce livre avait été une très belle découverte et je n'ai pas beaucoup tardé à lire son dernier polar sorti aux éditions Jigal.
Mort en eaux grises est une suite sans en être une de La prophétie de Langley, nous retrouvons Johanna, commandant au sein de la PJ de Versailles, qui est enfin revenue travailler suite à son accident lors de sa précédente enquête.

Tout commence par la découverte d'un cadavre dans la Seine à Conflans Ste Honorine. Il semblerait que cet homme avant d'être balancé dans la Seine ait été tué dans une carrière d'eau où il a été retrouvé des bombes chimiques à base de dioxine. Pour les enquêteurs, il ne fait aucun doute qu'un attentat sans précédent se prépare sur le sol français et que si les terroristes ne sont pas arrêtés dans les temps, les conséquences seront dramatiques !

Nous allons suivre l'enquête des différents services concernés pour tenter de trouver l'identité des coupables et surtout les neutraliser sans trop de dégâts. Nous allons avoir le point de vues des enquêteurs ainsi que des terroristes présumés et suivre le déroulement pas à pas de chaque côté du rideau.
Petit conseil de lecture, lisez les premiers chapitres au calme sans être dérangé car vous allez avoir une foule de détails et de protagonistes avec des noms qui parfois changent selon les situations. Restez donc concentrez. Ensuite les chapitres vont s'enchaîner et les pages se tourner rapidement, le suspens va monter crescendo et votre palpitant va s'emballer. Vous allez vous étonner de prier pour que la Police arrête la bande de terroristes rapidement.

J'ai été totalement immergé dans l'action de ce polar. Les détails de l'enquête et du dispositif mis en place pour intercepter les terroristes sont exceptionnellement retranscrit. J'ai eu l'impression de faire partie intégrante de l'équipe.
C'est marrant car il y a peu de temps j'ai lu un polar avec un attentat identique (l'histoire et le coupable n'était pas un terroriste donc le point commun s'arrêtera à l'empoisonnement des eaux du robinet). C'est un livre à ne pas faire lire à certaines personnes, ça pourrait donner de mauvaises idées à certains. Et j'ai limite eu peur en me disant que peut-être certains avaient déjà eu cette idée de dingue. Je n'imagine pas les conséquences sur notre pays si un attentat pareil était mis en place.

J'ai encore 3 livres de Pierre Pouchairet à lire et je peux dire maintenant que je peux le lire sans crainte de m'ennuyer car il arrive toujours à me tenir en haleine de bout en bout. Ce polar est un excellent page turner impossible à lâcher.
Si vous ne connaissez pas encore cet auteur je vous conseille grandement de le découvrir vous ne serez pas déçu!



Autre chronique :


jeudi 3 janvier 2019

Sauvez-moi de Jacques Expert - Editions Sonatine

**** Chronique de Jess ****


Nicolas Thomas vient de fêter son cinquante-deuxième anniversaire lorsqu'il passe les portes de la centrale de Clairvaux. Après trente ans d'incarcération, il est enfin libre. Personne ne l'attend. Tous ceux qu'il connaissait l'ont abandonné depuis longtemps, depuis le jour où il a été reconnu coupable d'avoir sauvagement assassiné quatre jeunes femmes dans des conditions terribles.
Sophie Ponchartrain est commissaire divisionnaire à Paris. Lorsqu'elle apprend la libération conditionnelle de Nicolas, elle se souvient de cette journée harassante de garde à vue où elle lui a arraché des aveux. C'est à elle seule, jeune recrue à la criminelle, qu'il avait confessé ses crimes avant de revenir soudainement sur sa déclaration. C'est en clamant son innocence qu'il a été condamné à la perpétuité.
L'affaire ne tarde pas à la rattraper. En effet, quelques jours après sa libération, Nicolas disparaît. Et un nouveau meurtre est commis, en tous points semblable à ceux dont il a été accusé trente ans plus tôt.
Sophie reçoit alors une nouvelle lettre de Nicolas, dans laquelle il nie être l'auteur des meurtres. Elle se conclut par ces mots : « Sauvez-moi ! »
Les livres de Jacques Expert sont toujours pour moi une valeur sûre. Ayant une petite panne de lecture et ayant abandonné mes deux précédentes lectures, je me suis rabattue sur son dernier polar Sauvez-moi.
Dans ce nouveau polar l'auteur nous raconte l'histoire de Nicolas Thomas, condamné à mort en 1960 pour le meurtre de quatre jeunes femmes. A peine 21 ans à l'époque de son incarcération, il a toujours clamé haut et fort son innocence. Celle qui a réussi à le mettre derrière les barreaux est Sophie Ponchartrain. Quand elle est rentrée dans la Police, il était dur pour une femme de se faire remarquer et d'avoir les mêmes privilèges que ses collègues masculins. Elle a dû être persévérante et c'est lorsqu'elle a réussi à avoir les aveux de Nicolas Thomas que sa carrière a vraiment décollée. Mais elle n'a pas été très franche. Etant persuadée de la culpabilité de Nicolas, elle s'est joué de lui pour lui faire signer de faux aveux.
Pendant toute son incarcération, il va envoyer des lettres à Sophie afin qu'elle avoue ce qu'elle a fait et qu'il puisse sortir de prison.
Vingt plus tard, Nicolas sort enfin de prison. Un horticulteur va le prendre sous son aile pour sa réhabilitation. Il sort donc confiant. Mais il ne va finalement pas se présenter chez l'horticulteur et disparaître. Des jeunes femmes vont être retrouvées assassinées et tout porte à croire que Nicolas a remis ça.
Sophie quant à elle est commissaire divisionnaire au 36 Quai des Orfèvres et travaille sur l'affaire du violeur des parkings. Un coupable est vite interpellé mais les preuves pour l'incarcérer sont trop maigres et le juge lui demande de lâcher l'affaire et de trouver un autre coupable. Mais Sophie n'est pas du genre à lâcher le morceau si facilement surtout si elle est persuadée d'avoir affaire au vrai coupable. Et en plus elle pense que Guillaume Chabaraud (le soit disant violeur des parkings) est un complice de Nicolas Thomas. En gros elle va tout faire pour les faire tomber.
Le point fort de Jacques Expert sont ses personnages. En général souvent des femmes avec une psychologie très bien affinée. Encore une fois, son personnage de Sophie Ponchartrain ne déroge pas à la règle. Femme intransigeante, respectée par son équipe et par son assistante. L'expression qui la définit le mieux est "une poigne de fer dans un gant de velours". Rien ne peut se mettre en travers de son chemin.
L'assistante de Sophie, Rachel, est aussi très bien décrite. Mais elle m'a un peu agacée quand elle trouvait des pistes et se faisait voler les louanges par sa patronne.
J'ai passé un bon moment de lecture mais ce polar ne fera pas partie des mes préférés. J'ai trouvé Hortense bien meilleur.
J'ai trouvé quelques petites incohérences aussi et certains points n'ont pas eu de réponses. Ce livre se lit quand même très vite tant on souhaite connaître la fin.   

 

Mes autres chroniques :

Dix petites poupées de B.A Paris - Editions Hugo Thriller


**** Chronique de Jess ****

La disparition
Layla a disparu il y a douze ans, en pleine nuit, alors qu'elle rentrait de vacances en France avec son petit ami, Finn. On ne l'’a jamais revue depuis.

Les soupçons
Lorsque les policiers l'ont interrogé, Finn leur a raconté la vérité sur cette nuit-là. Mais pas toute la vérité. Pas un mot, par exemple, sur la dispute violente qui les a opposés juste avant la disparition de Layla.

La peur
Finn a refait sa vie. Avec la sûr de Layla. Jusqu'au jour où le passé ressurgit. Quelqu'un croit apercevoir Layla. Et pourquoi les petites poupées russes de son enfance font-elles soudain leur apparition ?
 
Depuis début 2017 où j'ai découvert B.A Paris avec Derrières les portes, je suis complètement fan de cette auteure (retrouvez mes autres avis en fin d'article). Il me tardait de lire son dernier thriller psychologique. La 4ème de couverture était des plus alléchantes et promettait un bon moment de lecture. C'est donc quasi les yeux fermés que j'ai dévoré cette histoire.

L'histoire de Finn, 41 ans, qui vit en couple avec Ellen. Mais leur histoire n'est pas très banale. Douze ans auparavant lors d'un voyage en amoureux, Layla, la petite amie de Finn à cette époque disparaît sur une aire d'autoroute sans laisser de traces. Finn n'est pas vraiment passé à autre chose jusqu'à la rencontre avec Ellen, la sœur de Layla. Plus personne n'a eu de nouvelles de Layla pendant toutes ces années. Finn a vécu dans le doute le plus complet. Mais a-t-il une part de responsabilité dans la disparition de Layla? Que s'est-il réellement passé sur cette aire d'autoroute? Car dès le départ nous sentons qu'il nous cache une partie de la vérité.
Un matin, Ellen découvre une petite poupée russe sur le muret de leur maison. Pour Ellen il ne fait aucun doute que c'est celle qu'elle a perdu il y a des années et que c'est un signe de Layla qui est de retour. Finn lui aussi va trouver des poupées mais il va aussi recevoir des emails d'une personne qui se fait passer pour Layla.
Qui se cache derrière ces emails et l'envoi des poupées? Est-ce bien Layla ou une autre personne qui essaie de faire peur à Finn? Et pourquoi?

Les doutes et les interrogations m'ont assaillis dès les premières pages. Et dès ces premières pages j'ai eu un doute, un sentiment bizarre. Car après avoir lu tous les livres de B.A Paris je commence à comprendre son raisonnement. Je sais que je vais me prendre à un moment ou à un autre un uppercut qui va me mettre KO. Le tout est de savoir quand je vais me le prendre et de m'y préparer. Mais encore une fois mes protections étaient trop faibles pour contrer la reine du thriller psychologique. Cette fois B.A Paris nous a concocté un thriller machiavélique plus noir que les précédents. Même la fin est différente de ses précédentes histoires.
Elle a mis la barre très haut dans la manipulation de ses personnages et de son histoire. Une histoire qui peut paraître banale au premier abord. Une disparition, des secrets bien gardés, un maître-chanteur déguisé. Tout est là.
Mais je dois dire quand même que j'ai trouvé la fin un peu improbable. J'aurais aimé un autre dénouement que celui qu'elle nous a offert.
Un livre qui est quand même impossible à poser tant que nous ne connaissons les tenants et les aboutissants.
 
Un conseil si vous ne connaissez pas les livres de B.A Paris foncez vous ne serez pas déçu.

Mes autres chroniques :