mercredi 27 février 2019

Qui ne se plante pas ne pousse jamais de Sophie Tal Men - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****



Après sa sortie de l'hôpital, Jacqueline, une octogénaire, réalise que le temps passe vite. Elle décide donc de réunir auprès d'elle en Bretagne les deux personnes qui lui sont les plus chères : Alexandre, son jeune voisin qu'elle a élevé, et sa petite-fille Margaux, qui travaille à l'étranger dans le chocolat. 

Pour mener à bien sa mission, cette grand-mère atypique se rend au bout du monde.


Je remercie les Editions Albin Michel pour cette lecture en avant-première et Sophie pour sa dédicace ;-)

On peut dire maintenant que je suis Sophie Tal Men depuis ses débuts. J'ai eu un gros coup de cœur pour sa trilogie mettant en scène Marie-Lou, une jeune interne en neurologie, qui quitte ses montagnes pour la Bretagne. (voir les liens de mes autres chroniques en fin d'article). 
J'avais un peu peur de quitter Marie-Lou pour une nouvelle histoire car quand on est habitué à un personnage il est difficile de se focaliser sur un nouveau.

Sophie laisse donc de côté Marie-Lou pour se concentrer sur un autre personnage : Alexandre, qui est lui aussi interne dans le même hôpital que Marie-Lou. Nous retrouvons quand même Marie-Lou dans certaines scènes ;-)
Un matin, Alexandre voit débarquer aux urgences sa grand-mère de cœur Jacqueline. Cette dernière a un cancer et il ne lui reste plus beaucoup de temps auprès de ses proches. Elle se donne donc pour mission de se rapprocher de ses petits-enfants : Alexandre (qui n'est pas vraiment son petit-fils mais qu'elle considère tel quel) et Margaux qui habite Paris et qu'elle voit de moins en moins. Margaux travaille pour la marque de chocolat de son père et passe son temps à l'étranger en voyages d'affaires. Quant à Alexandre, il va bientôt se marier avec Hortense et Jacqueline pense qu'il ne se marie pas pour les bonnes raisons. 
Elle va donc mettre son grain de sel dans leur vie et semer un peu la zizanie.

Sophie a laissé le côté médical de ses précédents romans pour nous offrir quelque chose de neuf et de très rafraîchissant. Il y a quelques passages qui se déroulent à l'hôpital mais rien à voir avec les autres. Cette fois elle nous fait voyager. Et comme vous le savez, j'adore les voyages littéraires. Nous embarquons pour Cuba, puis ensuite dans différents pays au gré des voyages d'affaires de Margaux (Berlin, Londres, Montréal...)

Ce roman est aussi un roman gustatif, vous aurez envie de manger du chocolat tout au long de votre lecture ! Attention aux kilos donc ! 

Les nouveaux personnages sont tous très attachants. Petit plus pour Jacqueline en ce qui me concerne qui m'a fait penser à ma propre grand-mère (qui s'appelait aussi Jacqueline). J'ai compris dès le départ ce qu'elle attendait d'Alexandre et de Margaux et je me doutais bien du final mais cela n'a en rien gâché ma lecture. Le style de Sophie est toujours très agréable, bourré d'humour et ponctué de citations très agréable. D'ailleurs j'adore le titre du livre qui correspond très bien à l'histoire. 
Un roman qui se lit d'une traite et qui nous laisse un sentiment de bien-être en fin de lecture. 
Les romans de Sophie sont comme une bonne boite de chocolats, on les dévore ou on les déguste au choix !



Apéritif littéraire pour la sortie de De battre la chamade en 2018

Autres chroniques 



vendredi 22 février 2019

La bête de l'Aven de François Lange - Editions Palémon

**** Chronique de Jess ****


Eté 1858, plusieurs jeunes filles sont retrouvées égorgées dans la campagne du Pays d'Aven. Qui peut semer ainsi la mort sur son passage ? Un bête ? Un fou sanguinaire ?
L'inspecteur François Le Roy, bien qu'affecté à la police municipale de Quimper, se voit chargé de l'affaire alors qu'il venait de se lancer sur la piste d'une bande d'anciens forçats décidés à attaquer le fourgon postal transportant l'or destiné aux banques de l'Ouest. Fanch, comme tous l'appellent, va donc rejoindre Pont-Aven pour y mener une double enquête, assisté pour l'occasion de son ami le lieutenant de gendarmerie Corentin Kerloc'h. 
S'engage dès lors une cours contre la montre à la poursuite de malfrats retors et dénués de tout scrupule tandis qu'il faut, au plus vite, démasquer celui dont les agissements monstrueux réveillent la terreur atavique de ces paysans bretons face à l'irrationnel.


Je remercie les Editions Palémon pour cette lecture.

J'aime les histoires qui se déroulent à un autre siècle que le nôtre. Et mêler XIXème siècle à un polar est encore plus réjouissant pour moi. Avec ce polar, je découvre la plume et l'univers de François Lange. 

1858, des jeunes filles sont retrouvées mortes, égorgées dans la région de Pont Aven. La population a peur pour ses filles. Les rumeurs commencent à poindre le bout de leur nez. Dès les premières lignes nous sommes immergés dans le XIXème siècle. L'auteur nous dépeint très bien les lieux, les personnages, l'époque en elle-même. Qui se cache derrière le monstre qui égorge ces jeunes filles? Est-ce un homme ou une bête féroce? 

Un policier est appelé pour mener l'enquête, François Le Roy, va partir pour Pont Aven. Mais entre temps il a une autre affaire à régler. Il a surpris dans un tripot, trois voyous qui s'apprêtent à attaquer une diligence pleine d'argent et d'or. 
Par chance le fourgon postal doit s'arrêter dans une ville proche de Pont Aven. Et comme le dit le Commissaire il va pouvoir faire d'une pierre deux coups et résoudre les deux affaires.
Le Roy va retrouver le Chef de la gendarmerie qu'il connaît pour avoir fait la guerre avec lui. Ils vont mettre en commun leur savoir pour trouver qui se cache derrière les meurtres et arrêter les brigands.

J'ai aimé voir comment se passait une enquête policière à cette époque où il n'y avait pas de Police scientifique à proprement parlé et où il n'y avait pas du tout de technologie. J'ai aimé suivre le déroulement de l'enquête via le regard de Le Roy, son sens de la déduction, son intuition. J'ai aimé aussi découvrir les différents corps de police de l'époque comment et pourquoi elles étaient formées. J'ai aimé aussi que l'auteur nous relate certaines légendes de Bretagne qui terrorisaient les habitants à cette époque. J'ai aimé l'atmosphère qui se dégage de ce polar historique. 

Un polar qui change et qui m'a fait passer un excellent moment de lecture. Si vous aimez les auteurs qui osent mélanger les genres ce livre est pour vous. 

jeudi 21 février 2019

Blood Orange de Harriet Tyce - Editions La bête noire

**** Chronique de Jess ****




Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l'humilie tout autant qu'il se sert d'elle. Pourtant, Alison n'arrive pas à décrocher.
Quand Patrick lui confie sa première affaire de meurtre, elle se plonge dans l'histoire de sa cliente, Madeleine, qui a poignardé son conjoint d'une quinzaine de coups de couteau. Au fil de leurs entretiens, Madeleine se livre : son mari diluait la pilule contraceptive dans son thé, examinait toutes ses dépenses, prenait toutes les décisions.
Petit à petit, leurs deux vies se font écho. Qui contrôle qui ? Et si, avant de défendre les autres, Alison commençait par se défendre elle-même ?



Quand j'ai reçu ce livre, le résumé m'a tout de suite fait envie. Il n'est donc pas resté très longtemps en attente de lecture. 

Dès les premiers chapitres je suis dans l'histoire. Le fait que la narration soit à la première personne du point de vue d'Alison donne un petit côté authentique et très flippant à ce thriller. 

Alison est avocate pénaliste à Londres. Elle est mariée et mère d'une petite fille de 6 ans. Et elle entretient une relation un peu malsaine et toxique avec collègue avocat : Patrick. 
Un jour, Patrick lui transmet une affaire de meurtre. Ce sera le premier cas qu'elle aura à plaider et elle est tout d'abord très excitée à l'idée de bosser sur une affaire de meurtre. Ce cas c'est celui de Madeleine, qui a poignardé à mort son mari Edwin. 
Quand Alison va commencer à interroger Madeleine sur son couple et leur histoire, elle va comprendre que les raisons du meurtre ont une parfaite logique. Une vérité va poindre le bout de son nez, horrible, déstabilisante. Et curieusement, cette histoire va faire écho à celle d'Alison. Finalement, ce ne sera pas l'affaire de meurtre la véritable histoire mais celle d'Alison...
Les scènes d'abus sont parfaitement bien décrits au point que j'ai dû stopper parfois ma lecture pour cesser d'imaginer les souffrances endurées par Madeleine. 

J'ai eu un peu de mal à cerner le personnage d'Alison. D'un côté je la plaignais par rapport à sa relation avec son mari mais je me disais qu'elle en était responsable. Et d'un autre côté je la comprenais. Puis au fil des pages je me suis attachée de plus en plus à elle. J'ai ressenti tout ce qu'elle pouvait ressentir.
L'alcool est un terme qui revient aussi beaucoup dans ce thriller. L'alcoolisme sous-jacent d'Alison. L'alcool dans l'histoire du meurtre. Dans les cas aussi qu'elle va plaider. Dans sa vie professionnelle aussi avec les personnes qu'elle côtoie.

Ce bouquin m'a fait passer par tout un tas de sentiments. Je me suis vue insulter les personnages (chose que je ne fais jamais). J'étais en colère. J'avais l'impression que c'était à moi qu'il arrivait certaines choses. L'auteure a joué avec mes nerfs pendant toute ma lecture. Mais malgré ça impossible de le poser avant la fin.
J'ai eu envie de secouer Alison, de lui faire ouvrir les yeux sur certains détails. Ce livre m'a tout simplement bouleversée. 

Encore une fois La bête noire nous offre un excellent thriller, plein de psychologie et de twist. J'avais compris certaines choses dès le départ mais jamais je n'aurais pu imaginer une fin pareille et un scénario aussi machiavélique. L'auteure a très bien su décrire la manipulation psychologique et ses rouages dans son livre. 

J'adore les thrillers psychologiques comme vous le savez. J'en ai lu une pelletée et je suis parfois déçue car il en faut maintenant beaucoup pour arriver à me toucher et à détrôner mes préférés. En général les auteurs britanniques sont très performants dans ce genre littéraire (notamment Clare Mackintosh). Harriet Tyce ne déroge pas à la règle. Je pense qu'une nouvelle reine du thriller psychologique est née et j'ai hâte de découvrir ce qu'elle nous réserve par la suite. 
Ne passez pas à côté de ce livre ! En ce qui me concerne c'est un énorme coup de cœur !


mercredi 20 février 2019

Le squelette de Rimbaud de Jean-Michel Lecocq - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****


Plus d'un siècle après sa mort, Arthur Rimbaud sème le chaos dans le département qui l'a vu naître, les Ardennes. Le maire de Charleville-Mézières, voulant fêter dignement le poète, décide de redonner un peu d'éclat au musée qui lui est consacré. Las, en préparant la nouvelle exposition, l'édile et son conseil provoquent une découverte inouïe qui va révolutionner la galaxie rimbaldienne, mais pas seulement... Une cellule de crise est mise sur pied. On va y croiser, entre autres participants, un officier de police a priori peu porté sur la poésie et un juge d'instruction en fin de carrière qui préfère Baudelaire à Rimbaud. Ce duo improbable va croiser quelques personnages bien étranges, prêts à toutes les extrémités pour éviter que le terrible secret entourant la mort de Rimbaud soit éventé. Un magistrat aussi désabusé que roublard, un enquêteur aussi entêté que perspicace et un amateur de rimes aussi expert que curieux gravitent autour du cercueil de Rimbaud. Leur intérêt pour ce vilain bonhomme va-t-il les conduire à vivre une saison en enfer ? Jean-Michel Lecocq signe ici une captivante fantaisie littéraire qui ravira les amateurs d'énigmes, de poésie et d'histoire. 


Je remercie les Editions Lajouanie pour cette lecture.

Est-ce l'effet de ma précédente lecture, mais j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire. Jean-Michel prend son temps pour mettre en place l'histoire. J'ai failli arrêter ma lecture et puis je me suis dit non ce n'est pas possible que je n'adhère pas à cette lecture sachant que j'avais beaucoup aimé son précédent roman Un charmant petit village (mon avis ici).
Et puis passé la trentaine de pages, je suis enfin rentrée dans cette drôle d'histoire. 
Dans la ville où est inhumé Rimbaud, l'adjoint au maire, M. Hermelin souhaite taper fort et redonner du peps au musée de Rimbaud. Il veut y mettre le fémur de Rimbaud et pour cela il va falloir le prélever dans sa tombe. Drôle de demande qui n'étonne qu'à moitié le conservateur du musée et le responsable des archives qui ne veulent pas trop se mouiller et le laisser à ses folies. 
Sa demande quoique folle, est finalement acceptée et le cercueil de Rimbaud est exhumé de terre et oh surprise ! ce n'est pas le poète qui y est enterré. Où est donc passé le squelette de Rimbaud? 
L'enquêteur de Police, Vidal, et le Juge Molinier vont être en charge de l'affaire. Ils ne vont pas être au bout de leur surprise quand ils vont enquêter sur toutes les hypothèses qui tournent autour du décès de Rimbaud.
J'ai finalement été emporté par cette quête de la vérité où toutes les pistes les plus farfelues vont être explorées. Je ne connaissais pas particulièrement la vie de Rimbaud avant de lire ce livre. J'ai bien sûr étudié quelques poèmes en classe notamment le magnifique poème Le dormeur du val, mais je ne savais pas quelle fin de vie il avait eu.
J'ai trouvé que c'était une très bonne idée de créer une énigme autour d'un personnage très connu. On penserait même que cette histoire est véridique tellement cette histoire est bien racontée et quand on connaît finalement le dénouement on se dit que ce n'est pas si improbable que ça finalement.

Jean-Michel nous offre ici un polar énigmatique qui va vous emmener loin dans la quête de vérité. Vous aussi partez à la recherche du squelette de Rimbaud !


lundi 18 février 2019

La promesse de Lucile d'Albert Ducloz - Editions De Borée

**** Chronique de Jess ****


A l'issue de la Grande Guerre, Lucile, infirmière auprès des soldats blessés, tombe amoureuse d'un soldat allemand dont il ne lui restera qu'une photo. Elle n'oubliera pas cet amour pourtant controversé. Les années passent et Lucile s'engage auprès des femmes atteintes de tuberculose. A l'aube de la Seconde Guerre, sentant le vent tourner avec les nazis aux portes de Paris, elle décide de partir avec ses protégées de Paris pour Valence où ensemble elles trouvent refuge dans un sanatorium inhabité. Mais les allemands envahissent bientôt la zone libre et réquisitionnent les immeubles. C'est alors que, parmi ces allemands, Lucile reconnaît Ludwig. Les anciens amants ne tardent pas à se retrouver et à s'aimer comme avant, malgré les interdits, les regards réprobateurs et la guerre. Ludwig n'hésitera alors pas à prendre tous les risques à l'encontre de sa hiérarchie pour sauver celle qu'il aime.



Je remercie les Editions De Borée pour cette nouvelle lecture.

J'avais besoin de faire une pause polar après ma dernière lecture que j'avais adoré. Et en général les romans des Editions De Borée sont d'excellentes pause polar. 

J'aime les histoires qui se déroulent pendant la seconde guerre mondiale. Alors quand il y a en plus une histoire d'amour c'est encore mieux.
Lucile est infirmière lors de la Première guerre mondiale. Elle va sauver la vie d'un soldat allemand Ludwig, dont elle va tomber éperdument amoureuse. Ils vont malheureusement être séparés du jour au lendemain avec pour seul souvenir la photo de l'un et l'autre. 
Lucile va tout faire pour retrouver son amour après la guerre mais en vain. 
Les années vont passer et la Seconde guerre mondiale pointe son nez. Lucile s'occupe à présent de jeunes femmes tuberculeuses. Sentant les allemands proche de Paris et par peur que ses filles soient emmenées de force dans les camps, elles partent pour Valence, où un ami de Lucile possède un ancien hôtel. 
Mais les allemands vont finalement arriver à Valence et réquisitionner l'hôtel. Mais qu'elle va être la surprise de Lucile de retrouver son amour perdu. Vingt quatre années les ont séparé mais leur amour va être intact. 

L'auteur nous offre un roman très différent de ce qu'on peut lire habituellement sur la guerre. Ici pas de méchants allemands qui maltraitent les français ou les juifs. Par amour pour Lucile, Ludwig va aider beaucoup de français et se mettre en porte à faux avec sa patrie.
Il nous parle aussi du courage de certaines femmes qui ont sacrifié leur intimité pour récolter des informations et les transmettre à la Résistance. 

Je pense que j'aurais aimé que l'auteur se focalise plus sur l'histoire entre Lucile et Ludwig. J'ai trouvé la partie sur la guerre un peu trop présente et ça tirait parfois en longueur. Mais cela n'est que mon ressenti. 
Un roman agréable à lire qui change des histoires de guerre que l'on peut lire habituellement.

mercredi 13 février 2019

Faire danser les gens de Fred Rister - Editions Seguier

**** Chronique de Jess ****


Je suis de Malo-les-Bains, près de Dunkerque. Fils d'ouvrier tranquille, je décrochai un BP de coiffure, gagnais ma vie, j'étais aimé de mes parents et bien sûr, quelque chose me manquait. C'est au Stardust, la boîte mythique de La Panne, assis dans la cabine du DJ, qu'un soir tout changea. La musique, cette musique, me percuta pour la vie. Ça doit être ça, une « vocation », et trente ans plus tard des célébrités m'embrassaient, je me retrouvais en haut des classements mondiaux des ventes de disques, et je voyais la planète entière danser sur mes tubes ! Cette musique ? Je fais de l'électro pop music. La plus controversée - et méprisée - de la musique actuelle. Mais la plus populaire, aussi. Une oeuvre existe dès lors qu'elle est lue, vue, écoutée - ici, je rivalise avec Ravel ! Alors n'allons pas écrire qu'un homme sut croire en son « destin » ou je ne sais quelle connerie. J'ai subi neuf cancers. Je suis le plus célèbre des inconnus. Je travaille avec plaisir pour les autres sans chercher la gloire. Et je n'ai pas quitté le Nord comme jamais je ne renierai ma musique. Il n'y aurait pas d'autre façon de se trahir. De se mentir. De se tuer.


Il y a quelques temps dans l'émission 7 à 8, j'ai vu une interview de Fred Rister. Pour ma part, je ne savais pas du tout qui c'était avant qu'il raconte son parcours, et surtout quand j'ai compris qu'il était l'homme derrière certains grands tubes de David Guetta. Qui n'a pas dansé ou adoré certaines de ces musiques? Tout le monde a entendu I got a feeling des Black Eyed Peas. Fred Rister est considéré comme le plus célèbre des inconnus.
Personnellement l'album "One love" de David Guetta sur lequel il a bossé a été pour ma part un kiff total ! (désolée pour le vocabulaire mais c'est mon ressenti). Cet album me rappelle une partie de ma vie que j'ai adoré et quand j'écoute cet album je me revois à cette période. Je réécoute d'ailleurs cet album en écrivant mon avis.
Mais je diverge de mon avis sur l'autobiographie de Fred Rister....

Fred Rister a connu le succès tardivement, c'est seulement vers 45 ans qu'il a commencé à travailler vraiment avec David Guetta et d'autres artistes en tant que producteur et compositeur. 
Son parcours est atypique sans vraiment l'être. Il est né dans le Nord, d'une famille modeste, pour qui la musique n'était pas un métier. Il est donc devenu coiffeur pour faire plaisir à son père. Mais la musique était comme une évidence pour lui. Il a donc été embauché comme DJ dans plusieurs discothèques de la région puis est devenu animateur radio.

La maladie a aussi malheureusement ponctué sa vie. Il a combattu 9 cancers, et je sais qu'actuellement il est encore très malade. D'ailleurs tous les droits d'auteur de ce livre seront reversé à l'association pour la recherche contre le cancer.
Dans ce livre, il nous fait ressentir son amour pour la musique. La détermination qu'il a mis à vouloir en vivre, à vouloir donner du plaisir aux gens avec sa musique ou celle des autres en tant que DJ. A vouloir faire danser les gens comme il le dit si bien. 
Un espoir aussi pour ceux qui ont une passion et qui pensent qu'ils n'arriveront jamais à en vivre. 

J'ai passé un très bon moment en lisant ce livre et en découvrant aussi le parcours et le succès de David Guetta.

Je remercie les Editions Seguier pour cette lecture.

lundi 11 février 2019

La cage de l'Albatros de Pierre Pouchairet - Editions Palémon

**** Chronique de Jess ****


Commandant de police, chef de la PJ finistérienne, Léanne est maintenant bien installée à Brest où elle a retrouvé ses amies d'enfance : Elodie, devenue médecin légiste, et Vanessa, psychologue judiciaire. Noreen, jeune flic fraîchement affectée en Bretagne, apporte du sang neuf à cette équipe de quadragénaires. Alors que la nouvelle recrue participe à l'interpellation houleuse d'une bande de dangereux malfaiteurs, la gendarmerie découvre au pied de la falaise de la Pointe du Van le corps sans vie de son oncle. Chute accidentelle ? Meurtre ? Aucune hypothèse n'est à écarter. La jeune femme, aidée de ses amies, est bien décidée à faire la lumière sur cette mort suspecte. Mais la vérité se trouve rarement où on l'attend et sa quête ne sera pas sans risques. Personne rien sortira indemne...



Je remercie les Editions Palémon pour cette nouvelle lecture.

Ce polar est le deuxième qui reprend les enquêtes de Léanne. Mais pour ne pas avoir lu Haine je n'ai pas eu trop de difficultés à rentrer dans l'histoire et les personnages (même si au départ ils sont très nombreux!). Pierre prend le temps de poser son intrigue, de mettre en place l'intrigue, d'appâter son lecteur.

Dans ce polar, Pierre met en scène un groupe de femmes, Léanne donc, chef de la PJ de Brest, Vanessa, psychologue judiciaire, Elodie, médecin légiste et une nouvelle recrue Noreen. Ces quatre femmes vont vite devenir inséparables. 
L'histoire commence par l'arrestation d'un groupe de malfaiteurs qui convoitaient 1 tonne de cocaïne. Pendant cette arrestation, Léanne va manquer de peu de se faire tuer, et c'est grâce à Noreen qu'elle aura la vie sauve.
Peu de temps après l'arrestation, Noreen, apprend que son oncle vient d'être retrouvé mort au pied d'une falaise. Suicide, accident, meurtre? Entre la gendarmerie et la PJ de Brest, tout va être mis en œuvre pour découvrir ce qu'il s'est passé. Mais nous lecteurs savons dès le départ que son oncle a été tué par quelqu'un. 
S'ensuit d'autres meurtres déguisés en suicide ou accident.

Passer une soixantaine de pages, il est impossible de poser ce polar. Surtout lorsqu'un des personnages phares de l'histoire se fait enlever. Le rythme va s'accélérer à partir de là pour ne plus décroître. Pierre nous offre un polar qui sonne vrai, avec des personnages attachants. Le style est très agréable à lire, l'enquête est très bien menée et le dénouement très inattendu. 
Un seul regret ne pas avoir lu avant Haine, le premier de la série mettant en scène nos drôles de nanas. Surtout qu'il y aura d'autres enquêtes vu comment se termine cette histoire. 
J'ai beaucoup aimé les petits clins d’œil aux copains auteurs dans ce livre (Nicolas Lebel, Olivier Norek...). 


Autres chroniques :

Morts en eaux grises

La prophétie de Langley


samedi 9 février 2019

A la recherche d'Alice Love de Liane Moriarty - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****

Alice Love tombe en faisant du sport. Lorsqu'elle se réveille, elle pense qu'elle a 29 ans, qu'elle est enceinte de son premier enfant et qu'on est en 1998. En réalité, on est en 2008, Alice a trois enfants, Madison, 10 ans, Tom, 8 ans et Olivia, 5 ans, et s'apprête à divorcer.


Comment a-t-elle pu devenir cette femme autoritaire et maigrichonne (faire du sport ? elle DÉTESTE ça !) ? Pourquoi Elisabeth, sa soeur adorée, est-elle en froid avec elle ? Comment Nick, son amour de toujours, et elle en sont-ils venus à se détester ? Alice devra s'efforcer de reconstituer le puzzle de cette décennie oubliée et découvrira si son amnésie est une malédiction ou une bénédiction...


Je remercie les Editions Albin Michel pour cette nouvelle lecture.

Depuis "Le Secret du mari", j'attends avec impatience les nouveaux romans de Liane Moriarty qui à chaque fois me font passer d'excellents moments de lecture.

Chacun de ses romans met en scène des "Desperate housewives" à qui il arrive toujours de drôles de mésaventures.

Comment réagiriez-vous si après un choc à la tête vous ne vous rappeliez plus des 10 dernières années ? C'est ce qui arrive à Alice.

Un midi après une chute et un gros choc à la tête à la salle de sport, elle se réveille en pensant qu'elle a 29 ans et qu'on est en 1999. Elle a donc zappé 10 ans de sa vie, au point même de ne pas se rappeler qu'elle est mère de 3 enfants et qu'elle est en instance de divorce. Heureusement pour elle, sa sœur, Élisabeth, vient la chercher et tente de lui remémorer tout ce qu'elle a oublié, même qu'elles ne sont plus si proches qu'elles n'ont pu l'être.

Alice va du coup se remettre en question et voir sa vie à travers ses yeux d'il y a 10 ans et se poser tout un tas de questions.  Mais qu'a-t-il pu se passer pendant ces 10 ans pour que sa vie soit aussi chamboulée ? Et qui est cette femme qu'elle est devenue? Comment en est-elle arrivée là ? Que s'est-il passé entre son mari et elle ?

C'est comme si la vie lui donnait une nouvelle chance ou la punissait et la remettait à sa place à sa manière. Une nouvelle chance de redevenir la personne qu'elle était ou de changer ce qu'il ne va pas.

Dans chaque chapitre, nous avons une partie avec le point de vue d'Élisabeth, qui se confie à son psychanalyste via un journal intime qu'elle lui écrit. Nous avons sa version de ce qu'il s'est passé depuis 1999.

Alice elle, se remémore sa vie jusqu'en 1999, de sa rencontre avec Nick, son mari, à leur installation dans leur nouvelle maison et à l'annonce de sa 1ère grossesse. Et puis nous avons le point de vue de Frannie, leur grand-mère de cœur,  qui tient un blog et qui raconte toutes ses péripéties à la maison de retraite, et sur sa famille.

J'ai trouvé cette façon de raconter la vie d'Alice très intéressante.

Encore une fois, Liane Moriarty nous offre un très bon roman, agréable, drôle, et qu'on ne peut pas lâcher. J'ai adoré cette nouvelle histoire. Comparé à ces autres romans, le côté drame est moins présent. On sait qu'il s'est passé quelque chose avec une amie d'Alice et on apprendra plutôt rapidement ce qu'il s'est passé. Rien à voir avec ses autres romans. Le fil rouge de cette histoire sera juste la "mémoire" d'Alice, et savoir si elle retrouvera la mémoire ou pas. J'aimerais beaucoup que ce roman soit adapté en série comme "Petits secrets, grands mensonges" car je pense que ce serait une super série.


Mes autres chroniques :

mardi 5 février 2019

Hello Sunshine de Laura Dave - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****



Quand une top chef made in YouTube devient le plus gros bad buzz de l’histoire de la cuisine ! Tout en émotion et en humour, un roman savoureux qui prône le retour au vrai, à la famille et au goût des bonnes choses.

À trente-cinq ans, Sunshine Mackenzie est à la tête de la chaîne YouTube la plus trendy du moment. Entre sa célèbre émission de cuisine « A Little Sunshine », ses millions de followers, son loft à Tribeca et son amoureux parfait, la vie de la jeune femme a tout d'un conte de fées. Jusqu'au jour où la chantilly retombe : un troll révèle que la belle est une usurpatrice, une « chef » tout juste capable de faire cuire un œuf. Pire encore : des photos d'elle occupée à tromper son époux enflamment la toile!

Bye-bye les followers, les sponsors, le mari, le loft à crédit ! Devenue persona non grata à New York, Sunshine n'a plus qu'à rentrer piteusement au bercail, dans les Hamptons, et à entamer sa quête de rachat. Apprentissage auprès d'un chef aussi étoilé qu'intransigeant, mea culpa familial, tentative de reconquête amoureuse : Sunshine trouvera-t-elle enfin la recette magique ?



Encore une pause polar avec ce roman feel-good. 
Sunshine Mackenzie, est une youtubeuse à succès grâce à son émission culinaire "A little Sunshine". Mais en fait tout est faux chez elle jusqu'à son propre nom. Le secret a été bien gardé jusqu'au jour de ses 35 ans où son compte twitter est piraté et où tout le monde va découvrir qui elle est vraiment. Et ce n'est pas joli joli. 

Sur le coup au début de ma lecture, la première chose qui m'est venue à l'esprit est bien fait ! tu l'as pas volé! 
Et puis, petit à petit je me suis attachée à elle et à son histoire. Elle va devoir se remettre en cause et faire un gros travail sur elle-même pour retomber dans la réalité des choses. Car il ne doit pas être évident de passer par la case célébrité et persona non grata en l'espace d'une journée !
Il est rare d'avoir un personnage principal qui n'est pas parfait, gentil, mignon tout rose.

L'auteure pointe du doigt les réseaux sociaux et comment chacun peut se créer une vie idéale aux yeux des autres alors que ce ne sont que des faux semblants. Comment chaque photo sur instagram ou facebook est analysé avant d'être posté, comment faire le buzz et avoir de plus en plus de followers. Et comment la chute est violente quand tout s'arrête. 

Il y a un peu de suspens aussi dans ce livre pour savoir qui se cache derrière le pirate. Qui en veut à Sunshine au point de détruire sa vie si parfaite? Peu de monde ont eu accès aux informations qui ont fuité. Une rivale qui veut sa place? Une femme qu'elle a blessé? 
Pour ma part, j'avais trouvé dès le départ qui était derrière tout ça, donc pas de surprise en fin de roman ni de rebondissement. 
Par contre, contrairement au feel-good que j'ai l'habitude de lire je me serais attendue à une autre fin concernant la vie amoureuse de Sunshine. Et j'aurais souhaité cette fin. Mais ce n'est que mon côté romantique et passionnel qui s'exprime ici ;-)
Idem pour le côté professionnel, j'aurais aimé un autre choix de sa part mais je ne vais pas non plus réécrire le livre ;-)

Un bon roman feel-good qui se déguste gentiment sans prise de tête. Et contrairement aux autres livres de cette catégorie, celui ci nous donne une vraie leçon sur la vie et les réseaux sociaux. Il faut parfois oublier un peu nos "faux-amis" pour se concentrer sur l'essentiel à savoir notre famille, et nos vrais amis. L'auteure critique notre société actuelle avec subtilité dans ce roman et avec une grosse touche d'humour et de dérision. 
Un roman à découvrir donc si vous souhaitez une lecture sympa. 

Je remercie les Editions Belfond pour cette lecture.



Bienvenue au motel des pins perdus de Katarine Bivald - Editions Denoël

**** Chronique de Jess ****


On meurt tous un jour... pas forcément dès le premier chapitre ! C'est pourtant ce qui arrive à Henny. Mais elle se refuse à quitter notre monde sans avoir accompli une dernière tâche : retrouver, réconcilier et rendre heureux ses anciens amis. Drôle, farfelue et émouvante, Henny est l'amie qu'on rêve d'avoir à ses côtés... vivante de préférence ! 

Je remercie les Editions Denoël pour cette nouvelle lecture.

Pause polar pour moi avec ce roman. J'avais entendu parlé du livre La bibliothèque des cœurs brisés  sans avoir pris le temps de le lire. Je me rattrape donc avec le dernier sorti.

Henny, est une jeune femme que tout le monde apprécie, pleine de joie, toujours prête à rendre service à son prochain. Elle est gérante du Motel des pins perdus avec sa meilleure amie MacKenzie.
Mais un malheureux accident va tout chambouler. Un matin, elle se fait renverser par un poids lourd et meurt sur le coup. Mais malgré qu'elle soit morte, son fantôme reste sur place pour voir la réaction de son entourage. Au début Henny peste, et est en colère, surtout qu'elle n'a pas eu beaucoup de temps de profiter de Michaël, son premier amour, revenu quelques jours plus tôt. 
A l'approche de ses funérailles, elle voit ses amis revenir les uns après les autres. Elle va décider qu'il serait bien que tout le monde soit de nouveau ensemble pour toujours comme il y a 15 ans. 

Nous allons donc suivre la vie au Motel des pins perdus. L'auteure nous offre pléthore de personnages hauts en couleur. Le motel est dans une petite ville d'Oregon où il n'est pas bon d'être différents des autres. Alors quand MacKenzie, la meilleure amie de Henny va faire son coming-out à 16 ans, cela va créer un sacré bazar qui dure encore de nos jours. 
Les anti-homo vont revenir en force pour faire fermer le motel. Les habitants voient aussi d'un très mauvais œil le retour de Camila, la nièce de l'ancien propriétaire du Motel. 

J'ai trouvé que ce roman était très original. Le personnage de Henny est le point central de l'histoire. Le fait qu'elle soit morte donne une note particulière à l'histoire. Tous les personnages la connaissent et ont eu plus ou moins d'affinités avec elle. J'ai beaucoup aimé partager la vie de tous ces personnages le temps d'une histoire. Henny reviendra souvent sur le passé afin que l'on comprenne les liens qui l'unit à certains, notamment MacKenzie, sa meilleure amie voir sa sœur et surtout Michaël son premier amour mais aussi son unique. J'ai été triste pour elle qu'elle ne puisse pas vivre ce qu'elle avait prévu de vivre. L'auteure va donner aux lecteurs une belle leçon de vie. 

Le style est très agréable à lire. Nous allons être témoin de la vie des différents habitants avec les yeux d'Henny, connaître leurs petits secrets, ce qu'ils comptent faire de leur vie, leurs changements aussi. 
Une lecture très agréable que je vous conseille. 



lundi 4 février 2019

La saison des suicides de Lora Allansdottir - Auto Edition

**** Chronique de Jess ****


 Après une vague de suicides inexpliqués, une officier de la police judiciaire enquête sur les victimes qui ont toutes laissé des lettres d'adieu étrangement similaires. Cette enquête sera la plus difficile de toute sa carrière, mais aussi la dernière…


Je remercie Lora pour m'avoir fait découvrir son histoire.

Petit livre de 50 pages, donc je pense que l'on peut qualifier de nouvelle et non de roman. Je suis toujours épatée par ceux qui réussissent l'exploit de nous faire rentrer dans une histoire aussi courte. J'ai toujours des doutes en ce qui concerne les auto-édités mais j'ai souvent de belles surprises et celui-ci en fait partie. 
Dès les premières pages, nous rentrons dans le vif de l'histoire, à savoir le suicide d'un des collègues du personnage principal. Un suicide de flic quoi de plus normal mais lorsque la femme de ce dernier met fin à ses jours et à ceux de ses enfants, le choc est plus grand. A chaque fois, une lettre est retrouvée. Une lettre étrangement similaire à tout ceux qui vont se suicider. Que se passe-t-il dans cet immeuble? La protagoniste va y chercher une réponse.

Sujet très difficile qu'est le suicide mais qui est traité avec beaucoup de délicatesse. Le style est parfait, et la lecture est très fluide jusqu'à la fin. 
Je regrette qu'une seule chose : qu'il n'ait pas été plus long.

Je suis curieuse de voir ce que Lora nous concoctera pour une prochaine histoire. Dans tous les cas celui-ci est un sans faute. 


dimanche 3 février 2019

L'appétit de la destruction de Yvan Robin - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****



L’Appétit de la destruction relate les dernières heures d’un groupe de rock ( Āmes less ), les frasques de son leader , les coulisses d’un milieu qui suscite bien des fantasmes.

On pense évidemment à Bertrand Cantat ( Noir Désir) , à NIcolas Sirkis ( Indochine) mais aussi aux Rolling Stones , aux Clash, aux Sex Pistols, à Nirvana.....à. toutes ces formations géniales menées tambour battant par des rockstars déjantées, s’autorisant tous les abus.
Une fiction parfois trash, passionnante, qui mêle tragique, transgression, disparition...





Je remercie les Editions Lajouanie pour cette nouvelle lecture. 

Au départ j'ai été très déroutée par le style. J'avais pourtant lu et aimé Travailler tue (mon avis ici) et je n'avais pas du tout été perturbé par le style. Mais après une soixantaine de pages, j'ai compris que ce bouquin reflétait parfaitement son thème à savoir la musique. 


Le roman va alterner 3 points de vue différents. Tout d'abord celui d’Adrien qui remonte le temps pour essayer de savoir ce qu'il s'est passé la veille, ensuite un couple qui roule dans une voiture et où l'homme raconte la vie d'Adrien et la formation du groupe Âme Less. Nous n'avons aucune idée de qui parle. Et puis Adrien en pleine overdose, qui va délirer mais jusqu'où ?
La description de l'état d'Adrien est tellement bien décrite qu'on croirait l'expérimenter.

Le milieu du rock est très bien dépeint, les tournées, la drogue, les hôtels, la famille, les mariages ratés. Le sexe aussi, violent, crade. Certaines scènes sont vraiment très glauques mais elles sont nécessaires pour dépeindre la vie de ces musiciens au plus fort de leur succès. 
Et la musique ... des textes magnifiques de chansons. En fait ce bouquin est plein de poésie. 

Dès le départ, nous savons qu'il est arrivé un malheur mais quoi ? Nous ne le saurons qu'en fin de roman. 
Donc passé la soixantaine de pages qu'il m'a fallu pour rentrer dans l'histoire, je n'ai pas pu m'arrêter de lire ce livre. Envoûtée par la vie de ce groupe et surtout par son chanteur, Adrien et ses textes de chanson qui percutent l'âme.

Yvan Robin change totalement de sujet dans son nouveau Roman pas policier mais presque.... et c'est totalement réussi !

Un livre qui se lit d'une traite si vous avez le temps ou qui se savoure si vous préférez. Je ne saurais vous conseiller comment le lire mais une chose est sûre c'est qu'il faut lire ce livre.