vendredi 29 juin 2018

Devoir de mémoire d'Eric Dupuis - Editions Ravet-Anceau

**** Chronique de Jess ****


Durant la Seconde Guerre mondiale, Edith Cuvelier fut malgré elle la favorite d’un colonel SS. Une expérience qui la hante toujours. Aujourd’hui âgée et malade, elle décide de se cloîtrer, fusil à la main, dans sa résidence du bassin minier. Son but ? Se protéger des « hommes en noir ». Alertés par l’'entourage de la vieille dame, le major Kaczmarek et l’'agent à la retraite Constantini font chez elle une macabre découverte. Son mari, égorgé. Pour Constantini, les coïncidences n’'existent pas : le mode opératoire lui rappelle une ancienne affaire menée par son père. Affaire sur laquelle Edith avait déjà été inquiétée.… Kaczmarek, quant à lui, décide de n'’écarter aucune piste et interroge les proches de la suspecte. La même question est sur toutes les lèvres : peut-on échapper au passé ?


Il y a tout juste un peu plus de 6 mois je découvrais la plume d'Eric Dupuis avec son excellent polar Aussi noir que le charbon (mon avis ici). Une très belle découverte et un énorme coup de cœur.
Dans ce nouveau polar, nous retrouvons Iwan Kaczmarek dans une nouvelle enquête.
A peine revenu sur le bassin minier, il est embarqué dans une drôle d'affaire. Un couple de retraités s'est enfermé dans leur pavillon. La femme, Edith, 90 ans s'est barricadée à l'intérieur et menace quiconque veut rentrer de lui tirer dessus avec un fusil. Le fils du couple, Philippe Cuvelier, un officier de la PJ de Paris ne sait plus quoi faire.
Quand finalement tout le monde réussit à rentrer, il retrouve le mari d'Edith, égorgé dans son lit. Constantini, un flic à la retraite est appelé sur les lieux, car ce meurtre ressemble étrangement à une autre affaire qui a eu lieu il y a plus de 60 ans, où des hommes ont été retrouvé la gorge tranchée. Tout porte à croire qu'Edith est la coupable. Mais Kaczmarek n'y croit qu'à moitié et veut trouver qui est le véritable coupable.
Dès le départ, nous sentons que cette affaire va être très compliquée. L'auteur nous offre un pléthore de coupables, de pistes différentes, d'impasses, de cul de sac, de retournements de situation. Le passé et le présent vont se croiser, et se recroiser pour qu'on essaie de comprendre qui est à l'origine de ces crimes. Chaque enquêteur aura sa propre opinion et une idée du coupable, chacun va vouloir défendre son point de vue à ses risques et périls.
J'ai aimé retrouvé Iwan, ce flic sanguin au grand cœur, qui sort d'une enquête difficile. L'arrivée de Constantini ne va pas lui faciliter la tâche. Ce dernier est un vrai roquet qui ne lâche pas son os surtout quand il sent qu'il tient quelque chose. Ce personnage m'a vraiment agacé tout au long de l'enquête. Il a essayé de prendre les rênes de l'enquête au détriment du chef d'équipe. D'ailleurs parlons un peu de la chef d'équipe, Belinda Bordas. Elle va enchaîner les faux pas et les bévues lors de cette enquête. Sans elle ou avec un peu plus de professionnalisme, l'enquête aurait été réglée beaucoup plus rapidement.


Eric reprend les ingrédients qui m'avait tant fait aimé son premier polar : deux enquêtes en une, de l'action, un imbroglio pas possible, des coupables en veux tu en voilà, le passé qui se mêle au présent.
La seconde guerre mondiale est une période que j'affectionne particulièrement. J'aime les livres qui traitent de ce sujet que ce soit des biographies, témoignages ou polars qui se déroulent sur cette période. Ici il sera question de la Résistance et de ce qu'on put faire certaines femmes lors de l'Occupation.
Encore une fois, Eric Dupuis nous offre un polar aux petits oignons. Tout est savamment dosé pour qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde. Le rythme est là, pas de temps morts, nous revenons sur le passé pour ensuite nous replonger dans le présent et l'enquête actuelle. Il y a aussi de l'action, de la bagarre, des arrestations musclées. On sent le vécu, la passion des sports de combat de l'auteur, et le professionnalisme qui transpire à chaque page. Tout est bien ficelé, tout se tient, même si parfois on a l'impression d'être perdu et de ne plus rien comprendre à cette affaire. D'ailleurs même les enquêteurs vont y perdre leur latin!
Un polar à lire et qui vous fera passer un excellent moment.
Je remercie Eric de m'avoir offert son roman.




mardi 26 juin 2018

La Tentation du présent de Patrick F. Cavenair - Editions Marivole

4ème de couverture
Mai 1968, alors que les premiers élans révolutionnaires échauffent le quartier Latin, Armand, jeune homme solitaire, survit mystérieusement à une mort violente. Un vieil homme lui redonne goût à la vie, et lui offre la possibilité de revenir la veille de chaque journée pour en changer son cours. Armand comprend qu'il peut ainsi influencer le destin des autres et même l'Histoire, au cours de cette période particulièrement tumultueuse de mai 1968 ; jusqu'à une certaine limite qu'il ne tarde pas à franchir. 
Armand se reconstruit et découvre le passé ombrageux de sa famille, la France étudiante et l'amour. Sa passion pour une jolie lycéenne au caractère volcanique l'entraînera au-delà de la raison dans les souterrains clandestins du métro, puis loin des frontières de son pays.


Mon avis
Je remercie les éditions Marivole pour cette lecture.

Avant de commencer ma chronique, je tiens à préciser que j'ai rencontré Patrick Cavenair en dédicace près de chez moi. Ce fut une belle surprise de rencontrer (enfin!) un auteur des éditions Marivole. J'ai été enchantée par notre rencontre où nous avons beaucoup échangé. Je retiens de cet échange une passion commune livresque et un homme adorable à l'écoute. Malheureusement, je n'avais pas eu le temps de lire son livre avant de venir mais je vous en parle quelques lignes en-dessous alors soyez attentif ! 

La préface de Michel Field est ludique et reprend parfaitement les ingrédients qui retrace l'histoire que Patrick Cavenair va nous conter.

Armand Malanord est un jeune homme de 21 ans qui travaille en tant qu'assistant au Palais de la Découverte. Mais Armand n'a plus goût à la vie et a décidé de mettre fin a ses jours. Quinze ans après le suicide de sa propre mère, il écrit à son père pour lui faire part de son choix en passant sous les roues du métro... sauf que tout ne se passe pas forcément comme on le pense et qu'au final Armand continuera sa vie. Dans le métro à la station Invalides, il rencontre Hippolyte et son chien Phileas. En suivant Phileas dans le tunnel du métro, Armand va aller de surprise en surprise surtout quand il comprend qu'il est revenu 24h en arrière... Imaginez-vous à sa place, vous pourriez rejouer les mauvaises journées afin d'en détourner le cours de l'histoire/l'Histoire, que feriez-vous ? Peut-on changer le cours des choses si facilement ? Quelles en seront les conséquences ? Car la vie n'est pas simple, Armand se retrouve dans des situations qu'il ne maîtrise pas forcément... 

"La tentation du présent" est un très beau roman qui nous invite au voyage initiatique d'Armand. L'auteur nous explique au fur et à mesure ce qui ronge Armand et tout découle de là (suicide de sa mère, refus de revoir son père...). Et puis, Armand se retrouve sous le climat de Mai 1968 avec ses émeutes d'étudiants qu'il ne comprend pas forcément. Il assiste à des affrontements violents entre les étudiants et les forces de l'ordre. Il rencontre Mary dont il tombe très vite amoureux et ne cessera de remonter la boucle du temps pour attirer son attention.

Patrick Cavenair nous transporte au cœur du soulèvement populaire en mêlant de manière très fluide, faits réels et fiction. J'ai apprécié cette lecture qui m'a fait sortir de ma zone de confort. J'ai adoré suivre les péripéties d'Armand, de courir après le temps ou de revenir en arrière. Mais, j'ai également été enchantée par l'esprit "pédagogique" de l'auteur quand il décrit les expériences au Palais de la Découverte. Je ne me suis pas ennuyée un instant !

Mais au travers de cet ouvrage sous un fond de climat politique, ce n'est pas qu'une histoire qui nous ai racontée. Nous découvrons ou redécouvrons des grands moments de l'Histoire comme le suivi du grand défi spatial en temps réel avec le premier pas posé sur la Lune (référence à Mission Apollo 11 avec la célèbre phrase "c'est un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité"). Nous suivons également la modernisation et les évolutions présentées au Palais de la Découverte.

Le style de l'auteur est fluide, l'écriture est soignée et recherchée, avec de courts chapitres qui nous pousse à tourner les pages sans que l'on s'en rende compte. Alors si vous aimez l'Histoire, les sciences, mai 1968 alors ce livre est fait pour vous et je ne peux que vous le conseiller. Pour ma part ce fut une très belle découverte et dorénavant un auteur à suivre.

 # By Aurélie :)

lundi 25 juin 2018

L'échange de Rebecca Fleet - Editions la Bête noire

**** Chronique de Jess ****


Quand Caroline et Francis reçoivent une offre pour échanger leur appartement de Leeds contre une maison en banlieue londonienne, ils sautent sur l'occasion de passer une semaine loin de chez eux, déterminés à recoller les morceaux de leur mariage. Mais une fois sur place, la maison leur paraît étonnamment vide et sinistre. Difficile d'imaginer que quelqu'un puisse y habiter.
Peu à peu, Caroline remarque des signes de vie, ou plutôt des signes de sa vie. Les fleurs dans la salle de bains, la musique dans le lecteur CD, tout cela peut paraître innocent aux yeux de son mari, mais pas aux siens. Manifestement, la personne chez qui ils logent connaît bien Caroline, ainsi que les secrets qu'elle aurait préféré garder enfouis.
Et à présent, cette personne se trouve chez elle...

Quand j'ai lu le résumé de ce livre, il m'a tout de suite donné envie. Mais je ne m'attendais pas à ce genre d'histoire. Une histoire banale qui va se transformer en un angoissant cauchemar.
Caroline et Francis décident de passer une semaine de vacances loin de chez eux en échangeant leur maison avec un certain S. Kennedy. Ils ont besoin de se retrouver, de faire un break avec leur vie de tous les jours. Depuis quelques années, leur couple part à vau l'eau. Francis est passé par une grosse phase dépressive où il est tombé dans la toxicomanie. Et Caroline pendant cette épreuve a trouvé du réconfort en la personne de Carl, son collègue de bureau.
Mais à peine arrivé dans cette drôle de maison quasiment vide, Caroline va ressentir une drôle d'impression. Plusieurs signes vont lui rappeler son histoire avec Carl. Qui se cache réellement derrière le nom de S. Kennedy? Pourquoi Caroline pense-t-elle que Carl se cache derrière S.Kennedy? Que s'est-il passé entre eux pour en arriver à de telles extrêmes?
Nous apprenons assez rapidement qu'il s'est passé quelque chose lors de leur rupture mais quoi? L'auteur a su donner assez de suspens pour qu'on ne lâche pas ce livre jusqu'au dénouement final.
Les chapitres vont alterner entre ce qui se passe de nos jours (mai 2015) et 2013. Nous allons remonter le temps et comprendre tout ce qui s'est passé dans la vie de Caroline.
J'aime beaucoup ce genre de narration car ça fait toujours un effet page-turner. Le chapitre s'arrête la plupart du temps sur une nouvelle information qui nous donne envie de tourner les pages et d'enchaîner les chapitres pour connaître la suite de l'histoire. Et entre chaque chapitre qui met en scène Caroline, nous avons la personne qui vit chez elle. Qui est-elle? Pourquoi fouille-t-elle partout? Que cherche-t-elle à faire?
Caroline va chercher à comprendre aussi qui est cette personne. La semaine qui devait la rapprocher de son mari et lui faire du bien va finalement tourner au cauchemar.
Alors curieusement, je n'ai pas trouvé le personnage de Caroline imbuvable ou égoïste. Je n'ai pas jugé son comportement. J'ai trouvé cette histoire vraie. La situation en elle-même pourrait très bien arriver dans la vraie vie. Un couple qui bat de l'aile, une femme qui en a marre et qui trouve du réconfort là où elle le trouve. Je n'ai pas jeté la pierre à Caroline. J'ai été émue par son histoire avec Carl. Les sentiments, la passion entre eux est superbement décrits. On ressent ce qu'ils ont pu ressentir l'un pour l'autre. J'étais triste pour eux. J'ai été spectatrice de leur aventure comme si je les voyais dans un film.
J'ai beaucoup aimé ce livre. Surtout que j'avais émis des hypothèses et que j'avais des doutes sur la finalité de l'histoire mais au final, je me suis bien trompée. Mais je pense que même si j'avais tout deviné j'aurais beaucoup aimé cette histoire.
C'est drôle mais cette histoire m'a un peu fait penser au film avec Richard Gere, Infidèle. Tout du moins la relation entre les deux amants m'y ont fait penser.
L'échange est un très bon roman psychologique que je vous conseille.
Je remercie la Bête noire pour cette découverte.

vendredi 22 juin 2018

Je suis un guépard de Philippe Hauret - Jigal Edition

**** Chronique de Jess ****


Le jour, Lino, employé anonyme d'une grosse boîte, trime sans passion au 37e étage d'une tour parisienne. La nuit, dans son studio miteux, il cogite, désespère, noircit des pages blanches et se rêve écrivain... Un peu plus loin, Jessica arpente les rues, fait la manche et lutte chaque jour pour survivre. Deux âmes perdues qui ne vont pas tarder à se télescoper et tenter de s'apprivoiser, entre désir, scrupule, débrouille et désillusion... Jusqu'au jour où Jessica fait la connaissance de Melvin, un jeune et riche businessman qui s'ennuie ferme au bras de la somptueuse Charlène. Deux univers vont alors s'entremêler pour le meilleur et surtout pour le pire...


Il me tardait de lire le nouveau roman de Philippe Hauret. Il s'était tourné vers le roman noir dans Que Dieu me pardonne et comme ce style lui réussit, il continue avec Je suis un guépard.
Je ne suis pas fan des romans noirs en général. Je ne pourrais vous dire pourquoi. Peut-être parce que je trouve ça parfois un peu long, un peu lent et qu'il ne se passe pas grand chose. Mais tout dépend qui écrit du noir.
Philippe reprend les mêmes ingrédients que dans son précédent ouvrage : des personnages communs, que l'on pourrait rencontrer n'importe où, qui pourrait même être nous, des personnes issues d'un milieu social différent et qui n'aurait pas dû se rencontrer sans un petit coup de pouce du destin.

Lino est un homme comme plein d'autre. Il mène une vie moyenne, a un boulot qui ne lui plaît pas, vit seul dans un studio, n'a pas vraiment d'amis, ne sort pas souvent. Sa routine est plutôt métro, boulot, dodo.
Sa route va croiser celle de Jessica, jeune femme dans la vingtaine mais déjà bien abîmée par la vie. Cette rencontre va chambouler la vie de Lino.
Et puis nous avons Melvin, un gars qui s'est fait tout seul à la sueur de son front. Il a monté les échelons sociaux pour arriver où il voulait. Mais malgré le fait qu'il ait la vie dont il a toujours rêvé, de l'argent, il reste insatisfait. Lui aussi va croiser la route de Jessica et pour lui aussi ce sera un chamboulement.

Encore une fois, trois personnes qui n'auraient pas dû se rencontrer vont vivre un bout de chemin ensemble. Jessica est un personnage particulier. Tout comme les autres. Ils sont chacun meurtris à leur façon, ils ont leurs blessures. Jessica est le fil rouge de cette histoire. Les conséquences de ses actes seront parfois fâcheux. Elle aussi veut s'en sortir mais est-ce de la bonne manière?

Philippe Hauret nous offre encore une fois un très bon roman noir avec des personnages tantôt attachants tantôt détestables. Une histoire qui pourrait être vraie tellement elle nous est bien contée. Une histoire qui se lit d'une traite. J'ai voulu tout au long du livre connaître la chute. Car il y a forcément une mauvaise chute dans ce genre d'histoire noire.
Un roman que je vous conseille, un livre qui change un peu des lectures habituelles.

Je remercie les Editions Jigal pour cette lecture.


Mes autres chroniques :

 Je vis je meurs (double chronique)
Polar'Osny 2018

jeudi 21 juin 2018

Hunter de Roy Braverman - Editions Hugo Thriller

**** Chronique de Jess ****


Si vous croisez sa route, ne vous arrêtez surtout pas.
Plus personne ne s'arrête à Pilgrim's Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l'obsédant souvenir d'une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s'évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son œuvre ?

Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim's Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues.
Pilgrim's Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c'est qu'il n'est pas le seul à vouloir se venger. Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. Car dans la tempête qui se déchaîne et présage du retour de la terreur, un serial killer peut en cacher un autre. Ou deux.

Je referme ce livre en me disant "whaou en voilà un putain de bon bouquin!!" et ensuite "vivement la suite!!!"
Ian Manook nous offre une nouvelle trilogie sous le pseudonyme de Roy Braverman. J'ai découvert l'auteur avec son célèbre Yeruldegger, qui avait été une magnifique découverte. J'ai lu toute la série et il me tardait de découvrir Roy Braverman et cette nouvelle série.
Fini la Mongolie, l'auteur nous emmène maintenant dans un bled paumé des Etats-Unis. Une ville d'une vingtaine d'habitants mais qui a le malheur d'avoir eu un sérial killer qui s'en est pris à des couples. Les hommes ont été retrouvé morts et les femmes ont disparu. Un coupable a rapidement été arrêté et condamné à la peine de mort. Mais voilà, le type, Hunter, vient de s'évader. Freeman, le père d'une des jeunes femmes kidnappées le suit à la trace depuis son évasion et va tout faire pour le faire parler et faire justice lui-même.
Mais à peine arrivé tout ne va pas se passer comme prévu. Tout va littéralement partir en vrille!
Je ne vous parlerais pas plus de l'histoire car je n'ai pas du tout envie de vous gâcher votre plaisir.

J'ai rarement lu un polar avec autant de suspens, d'actions et avec un rythme aussi soutenu. Pas de temps morts ici, j'ai retenu mon souffle pendant quasiment toute ma lecture.
Je me serais cru devant ma télé en train de regarder un thriller angoissant et effrayant.
Ian nous offre aussi des personnages très particuliers. Des protagonistes bruts de décoffrage. Ils ne vont pas se faire de cadeaux entre eux ni à nous pauvres lecteurs. Ils ont chacun une personnalité très particulière, qu'il soit victime, coupable, enquêteurs ou simplement témoin de ce qu'il se passe dans la ville.

Tous les ingrédients ont donc été réunis pour en faire un super thriller. Des rebondissements en veux tu en voilà, des retournements de situations, des scènes parfois très glauques, des personnages plus qu'aboutis, des scènes tellement bien décrites qu'on à l'impression de regarder un film plutôt que de lire un bouquin. Du suspens et de l'action qui font qu'on ne peut plus lâcher ce livre une fois commencé. Un style totalement différent de ses autres romans, peut-être plus fouillé et recherché mais très addictif.

En bref, un immense coup de cœur, et il me tarde de lire la suite car j'ai hâte de savoir ce qu'il va se passer. C'est tellement frustrant de rester sur notre faim surtout quand on est gourmande de bon polar comme je le suis! Ce n'est pas gentil de me mettre au régime Ian!!
J'étais pourtant un peu sceptique au départ car les livres de ce genre ne sont pas vraiment ma tasse de thé mais c'était sans compter sur le don de l'auteur de nous conter de super thriller.

Pour conclure, foncez tout de suite lire ce livre! 
Mes autres chroniques :

St Maur en Poche 2015

mercredi 20 juin 2018

Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez - Editions Fleuve Noir

4ème de couverture
Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans le coffre, le corps d'une femme. A la station-service où a été vu le conducteur pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l'homme n'est pas le propriétaire du véhicule.

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L'institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. Sa vie ? Un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L'Inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d'Opale, et le traumatisme de l'enlèvement de sa fille Sarah. L'agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire des quatre années écoulées.

Dans le vent, le sable et le brouillard, une question parmi d'autres se pose : vers qui, vers quoi se tourner, quand l'unique vérité est que tout vous devient étranger ?
Mon avis
Je remercie les éditions Fleuve Noir pour cette lecture.

J.L Traskmann est le fils de Caleb Traskmann, célèbre auteur de thriller qui s'en est allé volontairement sans avoir terminé son dernier thriller. La maison d'édition a donc décidé que le fils de Caleb terminerait "Le manuscrit inachevé". Le manuscrit inachevé c'est donc plusieurs romans en un, mais ne vous inquiétez pas, vous allez très vite comprendre.

Quatre ans auparavant, Sarah Morgan est enlevée à son domicile. Elle est la fille de Jullian et Léane qui n'est autre que la célèbre auteure Enaël Miraure. Depuis un certain temps, ils attendent que le meurtrier Jeanson dit le "Voyageur" dévoile enfin l'emplacement où il a enterrée Sarah... Quand soudainement, Jullian se fait agresser et devient amnésique... Léane va essayer de reconstituer les dernières heures de Jullian avant son agression. Mais à trop vouloir chercher, ne finit on pas par s'oublier et sombrer ?
En parallèle, Léane est accusée de plagiat sur son nouveau livre.
De nos jours, une course-poursuite qui se solde en accident... mais ce n'est pas tout ! La découverte d'un corps dans le coffre est une grosse surprise ! Qui est donc le jeune fille retrouvée ? C'est le duo de Vadim Morel et Vic Altran (V&V) qui se chargera d'élucider ce mystère qui ne cessera de s'intensifier sombrement. 
Des histoires complexes forcément liées mais comment ? Franck Thilliez nous offre un chassé-croisé d'énigmes surprenantes.

Pour cet opus, pas de Sharko & Hennebelle où soit dit en passant, je ne suis pas à jour. Le manuscrit inachevé est un one-shot qui ne cessera de vous surprendre. Franck Thilliez aborde le thème de la mémoire avec l'hypermnésie, l'amnésie et le phénomène de cryptomnésie. Un super moment de lecture où l'auteur nous entraîne avec lui dans cette spirale infernale de la mémoire et de ce qui en découle. Il aborde également différentes techniques dont la misdirection qui est particulièrement astucieuse.

"Le manuscrit inachevé" est un thriller ingénieux où Franck Thilliez a pris un malin plaisir à nous glisser des énigmes du début à la fin. Cet auteur est un génie ! Palindromes, jeux de mots, énigmes cachées,... poussent le lecteur à enquêter aux côtés de l'auteur. Franck Thilliez nous entraîne dans un vrai jeu de dupes où il ne cessera de jouer avec les mots, avec notre mémoire. J'ai également apprécié les nombreuses références à Stephen King, Conan Doyle et Maurice Leblanc, un pur bonheur ! 

Parlons de ces personnages, ils vous habitent et vous éprouvent. Certains vous révolteront et vous dégouteront. L'auteur n'épargne pas ses personnages par certaines scènes plus que glauques ! Tous ces personnages ont leur mission attitrée. Ils sont excellemment travaillés. Parmi les personnages les plus marquants, nous avons Vic qui est hypermnésique (autrement dit, il n'oublie rien et retient tout). J'ai beaucoup aimé dans sa logique, ses déductions, sa mémoire. Léane est un personnage central qui se cache sous le pseudo masculin d'Enaël Miraure.  J'ai eu beaucoup d'empathie pour elle, et éprouver de la compassion pour Jullian. Volontairement, je ne parlerai pas d'autres personnages intéressants pour ne pas spoiler.

Franck Thilliez nous lance dans une partie d'échec, où on avance par à coup, on recule... On est pris d'assaut ou pas... Une intrigue avec une sous intrigue où tout est à sa place, tout est dévoilé en son temps. Le fil conducteur est bien présent et vous tient en alerte pour ne pas vous perdre une seconde. Le suspens est présent tout au long du livre. C'est noir, très noir mais réussi magistralement. Pour ma part, ce livre est un vrai chef d'œuvre qui ne peut que vous embarquer.
"Le manuscrit inachevé" c'est aussi une fin orchestrée diaboliquement par son auteur, et il peut en être fier ! Une fin surprenante qui nous laisse sur notre faim si on ne détecte pas la solution car il y a bien une fin écrite par l'auteur. Depuis le début, l'auteur n'a eu de cesse de nous mettre tous sous nos yeux, mais c'est tellement gros, comme un nez au milieu d'une figure qu'on ne voit rien et pourtant ! Tout cela déroulé avec une fluidité incomparable. 

Si vous aimez les actions, les parcours semés d'embûches, les énigmes, les jeux de mots alors sautez sur le manuscrit inachevé et enquêtez car le lecteur a aussi sa partie à jouer ! Un livre épatant qui doit absolument être lu !
 # By Aurélie :)

lundi 18 juin 2018

Kiaï d'Alexandra Coin et Eric Kwapinski - Editions Lucien Souny

**** Chronique de Jess ****

Un violent incendie a ravagé un orphelinat religieux. Les pensionnaires sont évacuées et Marie, l'une des jeunes filles, est placée d'office en psychiatrie à Auxerre. À des centaines de kilomètres de là, à l'exception des morts qu'il a laissés derrière lui et des années qu'il a passées dans la Légion comme tireur d'élite, rien ne distingue Fabrice des autres habitants de ce village en pays cathare où il s'est désormais retiré. Jusqu'au jour où Peter Wolff, son vieux complice de randonnée, biker au look de Viking et prêtre défroqué, va attirer sur eux les foudres d'un groupe activiste catholique. Les méthodes de l'Inquisition renaissent de leurs cendres. En quoi cette croisade mortelle concernerait Marie ? Pourquoi elle seule pourrait y mettre un terme ? Kiaï est un thriller sombre, acéré et addictif, qui aborde les questions de barbarie, de violence, de religions, et notamment de leurs effets dévastateurs.


Je remercie Alexandra pour sa confiance.

Deuxième livre que je lis d'Alexandra (ma chronique sur Entraves ici) mais le premier que je lis d'elle et de son conjoint. J'ai pourtant La voie du Talion dans ma bibliothèque et peut-être que j'aurais dû le lire avant étant donné qu'il reprend les mêmes personnages.

L'histoire nous est narrée lentement, l'intrigue se met en place petit à petit. Les deux auteurs nous présentent les personnages, les paysages, la vie de Fabrice un ancien légionnaire qui vit dans un petit hameau de l'Aude. Il est très proche de Wolff un ancien prêtre qui est devenu écrivain pour dénoncer l'extrémisme catholique. Avec son dernier ouvrage il ne va pas se faire que des amis. Les menaces ne vont pas tarder à arriver.
D'un autre côté, nous avons Gabrielle, qui vit avec un groupuscule extrémiste. Sous la direction d'un prêtre, ce groupe va commettre des meurtres et attentats sur certaines personnes qui n'ont pas les mêmes idéaux qu'eux.
Et entre certains chapitres, nous rencontrons Marie. Elle est internée depuis 15 ans en psychiatrie. Elle a incendié l'ancien orphelinat où elle résidait. Marie et Gabrielle étaient toutes les deux dans l'orphelinat. Quel est le lien entre ce qu'il se passe actuellement et ce qu'il s'est passé il y a 15 ans?


L'histoire met vraiment du temps à se mettre en place. J'ai commencé a vraiment rentrer dans l'histoire vers la centième page. Mais à partir de là tout s'accélère. J'ai été complètement prise dans l'histoire.

Un roman où l'on apprend des choses.
Le groupe de Gabrielle reprend certaines méthodes de l'Inquisition (les tortures, les actes de pénitences d'un autre temps...).

Fabrice chasse en utilisant un arc japonais. Sa maison est aussi à l'image du Japon tout comme sa façon de vivre.
Tout ce qui touche à la Légion est aussi très bien décrit dans ce roman. La solidarité entre légionnaires, quand un des leurs a un problème ils arrivent sans poser de question.
J'ai beaucoup aimé la relation entre Fabrice et Wolff et ensuite entre les amis de Fabrice. On sent un vrai lien entre eux. Un lien plus fort qu'un lien familial.
Des sujets à l’opposé des uns des autres mais qui font toute l'originalité de ce polar.

Et ce qui en fait un excellent polar est sa fin complètement inattendue. J'ai lu l'épilogue et je me suis dit "Mais non!! Comment j'ai pu passer à côté de çà!!!". Je me suis pris une claque magistrale. Moi qui au début du livre pensait arrêter ma lecture, jamais je n'aurais pensé me prendre un tel coup à la fin de ce roman.
Un livre à découvrir!





vendredi 15 juin 2018

Des larmes sur River Falls d'Alexis Aubenque - Editions Bragelonne

**** Chronique de Jess ****

Alors que l’été s’achève, le shérif Mike Logan savoure la tranquillité qui règne sur sa ville. Revenir à River Falls a été la meilleure décision de sa vie, se dit-il. Mais le destin le rattrape : à l’aube, on retrouve le cadavre d’un homme dans un champ, crucifié tel un épouvantail. Un mot est accroché à ses habits : « Là est ta place ! » Secondé par la lieutenante Lindsay Wyatt, amie de la fille de la victime, Logan enquête dans toutes les directions possibles, avec la terrible impression que d’autres meurtres vont suivre.
Plus méfiant que jamais à l’encontre de Logan, le journaliste Stephen Callahan et sa consœur Leslie Callwin, une spécialiste des tueurs en série, enquêtent en parallèle. Ils vont découvrir qu’à River Falls, l’horreur peut prendre de multiples visages…
 


J'avais été ravie de retrouver Logan et Hurley dans Retour à River Falls (chronique ici) car la série River Falls est LA série qui m'a fait découvrir Alexis.
Suite à la dernière affaire, Logan souhaite un peu de répit. Mais il se passe toujours de drôles de choses à River Falls. Un homme vient d'être retrouvé assassiné, transformé en épouvantail dans sa ferme. L'enquête devient personnelle pour la lieutenante de Logan, Lindsay qui est une amie d'enfance avec la fille de la victime. Elle va donc tout faire pour trouver le coupable.
Le petit ami de Lindsay, Stephen, qui avait aidé à la résolution de la dernière enquête est diligenté sur cette nouvelle affaire par le journal où il travaille. Et l'arrivée d'une ancienne journaliste de River Falls, Leslie Callwin, qui est devenue une star depuis qu'elle a participé à la résolution de plusieurs affaires (lire la première trilogie) va pimenter l'enquête.
Encore une fois, Alexis nous offre une double enquête. L'équipe de journalistes et celle de Logan et Wyatt vont jouer des coudes pour épingler le coupable. Mais tout le monde va patauger dans la semoule pour dénouer les fils de cet imbroglio.
Et encore une fois, Alexis fait revenir des personnages que l'on avait découvert plus tôt dans ses autres polars.

En plus d'une enquête prenante et addictive, les différents personnages vont avoir leur problèmes personnels à résoudre. Logan va apprendre une nouvelle qui ne va pas lui faire plaisir du tout.
La vie des personnages est toujours très bien détaillée et très visuelle. Je rêve qu'il y ait une série TV qui reprenne les polars d'Alexis. J'imagine parfaitement ce que donnerais ses livres sur le petit écran.

J'ai trouvé cette nouvelle enquête plus rythmée et avec plus de scènes d'actions que dans les précédents. Je n'ai même pas essayé de chercher qui pouvait être le coupable dans cette affaire car j'étais sûre d'avoir tort. Et effectivement je n'aurais jamais trouvé! La fin m'a laissé, excusez-moi l'expression, sur le cul! Jamais je n'aurais pu deviner. C'est ce que j'aime avec les polars d'Alexis Aubenque, c'est qu'on ne peut jamais savoir qui est le coupable avant la fin.
Le style est toujours aussi addictif et fluide, rien à redire sur ce sujet.

Encore une fois, j'ai passé un excellent moment de lecture. Ma seule déception est de l'avoir lu trop vite et de devoir attendre 1 an avant de pouvoir lire la suite. Car malgré que l'enquête soit close, il reste les points personnels des personnages à régler. Il nous reste encore plein de zone d'ombre à découvrir et il me tarde de connaître les tenants et aboutissants.

Si vous ne connaissez toujours pas les polars d'Alexis Aubenque, notre Harlan Coben français, foncez découvrir tous ses livres.


Retrouvez toutes mes chroniques en cliquant sur les titres :
Aurore de sang
La fille de la plage
Ne crains pas la faucheuse
Tu ne manqueras à personne
Tout le monde te haïra



mercredi 13 juin 2018

Le tatoueur d'Auschwitz d'Heather Morris - Editions City

**** Chronique de Jess ****


L'histoire vraie de Lale Sokolov, Juif chargé de tatouer les femmes arrivant à Auschwitz. C'est ainsi qu'il rencontre Gita et en tombe amoureux. Ensemble, ils partagent des moments volés au cœur de l'horreur, sans jamais perdre l'espoir d'être réunis à leur sortie du camp.

 
Je remercie les Editions City pour cette lecture.
 
Difficile de chroniquer un livre qui parle des camps de concentration. Surtout le camp d'Auschwitz-Birkenau qui a été l'un des pires (même si tous ont été ignobles). J'aime lire des témoignages sur ce qu'il s'est passé durant cette terrible guerre.
 
Ce livre écrit par Heather Morris relate les souvenirs de Lale, un slovaque juif, qui fût envoyé à Auschwitz en 1942. Grâce à son charme, à sa bonté, et à sa connaissance des langues, il va réussir à vivre dans cet enfer. Il va avoir de la chance dans son malheur de toujours rencontrer les bonnes personnes qui vont lui venir en aide et lui trouver un travail moins difficile que pour les autres. Il va vite devenir le tatoueur du camp. Il sera chargé de tatouer toutes les personnes qui vont être enfermées dans le camp. C'est à ce moment là qu'il va rencontrer Gita dont il va tomber follement amoureux.
 
Je n'aurais jamais imaginé qu'une histoire d'amour aurait pu être possible à l'intérieur des camps. Cette histoire d'amour va permettre à Lale et Gita de trouver l'espoir, de penser à l'avenir quand quelqu'un viendra enfin les libérer.
Cet homme va tout faire pour donner de l'espoir autour de lui. Il va réussir à trouver de la nourriture et des médicaments pour certains prisonniers. Parce que si certains pensent qu'il est un collabo car bien mieux lotis que d'autres (plus de rations alimentaires, une chambre seul, des couvertures...) Lale en fait profiter aussi.
 
Lale va aussi nous raconter certaines horreurs du camp. Mais son récit va plutôt s'orienter vers l'amour, l'amitié, l'espoir.
Un récit bouleversant. A chaque fois que je lis un témoignage sur les camps de concentration, je suis toujours aussi choquée de ce que l'Homme a pu faire et réaliser pour détruire son prochain.
Lale est un homme qui a fait beaucoup pour aider certains prisonniers au risque de sa propre vie. Un homme que j'aurais aimé connaître.
Un livre à lire pour ne pas oublier l'indicible. Ce livre va être adapté en film et je serais au rendez-vous pour voir l'adaptation.
 
 
 
 

mardi 12 juin 2018

My bloody Valentine de Christine Detrez - Editions Denoël

**** Chronique de Jess ****


Paul n’'a pas dérogé à la tradition : passer le mois d'août en Corse, retrouver la villa louée chaque année avec un couple d'amis de longue date, leurs deux fils et Valentine, la petite amie de l'aîné. Mais, cette année, il est venu avec Delphine, sa nouvelle compagne, et ses deux fils adolescents. Joyeuse tribu en apparence qui s'adonne au farniente dans la touffeur de l'été. En apparence seulement, car le terrain est miné pour Delphine. Différence de revenus, de centres d’'intérêt, animosité de la toute petite fille de Paul, les souvenirs des étés d'avant avec l'ex planent, et Delphine ne sait pas où poser le pied sans faire de gaffes. Pourtant c'est d'ailleurs que viendra le vrai danger. Valentine a la beauté explosive des adolescentes en fleur. Sexy en diable, elle aimante les regards des garçons et des hommes, bouleversant le fragile équilibre de la maisonnée, jusqu'au drame….


Je remercie les Editions Denoël pour cette nouvelle lecture.

Premier livre que je lis de Christine Détrez. La couverture et la 4ème de couverture m'avait fait du charme, j'ai donc voulu moi aussi plonger dans cette histoire.

Delphine est en couple avec Paul depuis quelques temps. Il a quitté sa femme pour elle et vont profiter de leur premières vacances ensemble avec un couple d'amis de ce dernier.
Delphine appréhende un peu ces vacances. La fille de Paul lui bat froid depuis le divorce alors qu'avant leur relation elles entretenaient de très bon rapport. Delphine va donc tout faire pendant ces quatre semaines de vacances pour ré-apprivoiser la petite fille. Elle va aussi rencontrer François et Véronique et leurs garçons qui viennent avec Valentine la petite amie de leur ainé. Pas facile pour Delphine de se faire accepter par ce couple surtout avec Véronique qui est très amie avec l'ex-femme de Paul.
Quant aux jeunes, ils vont très vite très bien s'entendre et passer le plus clair de leur temps à s'amuser et à vider le frigidaire.

Dès le prologue nous savons que le fils ainé de Delphine va disparaître. Que s'est-il passé exactement? Delphine va faire un retour en arrière et nous raconter ses 4 semaines de vacances. Ses sentiments, ses questionnements, ses aprioris, ses doutes, ses peines. Il n'est effectivement pas facile d'être une pièce rapportée, nous nous sentons un peu comme un cheveu dans la soupe. Au final, est-ce vraiment des vacances reposantes pour Delphine?

Le style de Christine Détrez est très recherché. J'ai mis quelques chapitres pour me faire à sa plume, mais une fois rentrée dans l'histoire, j'ai eu du mal à lâcher ce livre. Un livre qui se lit relativement rapidement. Les paysages de Corse sont magnifiquement décrits. Les sentiments de Delphine sont parfaitement analysés. On sent bien le côté sociologue de l'auteure.
Il y a une tension présente dans chaque chapitre. Je me suis demandé à quel moment tout allait partir en vrille et qu'elle en serait la cause.
Mais j'ai été un peu déroutée à la fin de ma lecture. J'ai fini la dernière ligne et j'ai tourné la page en me disant :"il me manque des pages". Car pour moi je suis passé à côté de la fin. J'aurais aimé comprendre plus de choses, qu'il y ait plus d'explications.

Ce fut quand même une très bonne lecture, j'ai passé un excellent moment malgré une déception en fin de roman. 

MAD de Chloé Espositio - Editions Fleuve Noir

**** Chronique de Jess ****


Alvie est une catastrophe ambulante sans avenir, virée de son boulot et même de son appartement par ses colocataires. Tout le contraire de sa  sœur jumelle, Beth, qui réside dans une somptueuse villa de Taormine en Sicile avec son mari, un superbe Italien, et son adorable petit garçon. De quoi lui donner des envies de meurtre ! Alors, quand Alvie reçoit un appel de sa sœur qui lui propose un vol en première classe pour la rejoindre, elle ne saute pas immédiatement de joie... avant de céder à l'appel du luxe et du soleil. Mais la gentillesse n'est pas gratuite : Beth lui demande de se faire passer pour elle le temps d'un après-midi.
Cet échange d'identité va se révéler la première étape d'un tourbillon diabolique et irrésistible ! Entre faux-semblants et rebondissements, Alvie se découvre de nouvelles passions peu ordinaires et apprendra que la vie de rêve peut parfois avoir un goût de... sang.
J'aime beaucoup les romans qui mettent en scène des jumeaux. J'en ai lu beaucoup et en général ce sont de très bonnes histoires surtout quand ce sont des romans noirs.
En ouvrant ce livre et en commençant ma lecture, je n'aurais jamais pensé lire une histoire pareille. Je ne m'attendais pas du tout à ça! Je ne saurais même pas classer ma lecture dans une catégorie littéraire tellement cette lecture m'a dérouté.

Alvie est une personne cynique, je m'en foutiste, vulgaire, crue, sans moral, et sans pitié non plus. Vous connaissez "connasse" de Canal +? Et bien c'est elle en pire! Mais qu'est ce que certains passages de ce livre m'ont fait rire!

"A ma gauche est assise une blonde embaumant le jasmin. Elle est assortie à son bagage à main : couverte de logos Louis Vuitton des pieds à la tête [...] à croire qu'elle prépare une mission commando dans une boutique de luxe"

Alvie donc a une jumelle, Beth. Sauf que pour Alvie, elle est le côté sombre de sa jumelle. Elle est née avec la particularité d'avoir les organes à l'envers. Pour elle c'est donc un signe. Elle a tout foiré dans sa vie. Elle déteste son boulot, ne supporte pas ses colocataires et finit par se faire virer par les deux.
Sa sœur quant à elle vit une vie de rêve en Sicile avec son mari beau comme un dieu et leur merveilleux bébé. Quand elle lui propose de venir passer ses vacances en Sicile, Alvie ne veut pas en entendre parler. Mais une fois virée de sa coloc, elle n'a plus d'autre choix que d'accepter. Et quand elle va découvrir la vie de rêve que sa sœur vit, elle va tout faire pour avoir sa part de gâteau. L'occasion se présente quand sa sœur lui propose d'échanger leurs rôles, Alvie ne va pas se faire prier bien longtemps quitte à se retrouver dans une drôle de situation.

Alvie va revenir sur certains souvenirs qui l'ont marqué lorsqu'elle était enfant. Elle essaie de nous expliquer pourquoi elle devenue comme elle est. Mais au lieu de nous la faire aimer, ces retours en arrière vont nous prouver à quel point elle est cinglée!
Elle pourrait nous paraître insupportable, détestable tant parfois ses agissements sont incontrôlables mais personnellement j'ai aimé Alvie. J'ai voulu voir jusqu'où elle irait dans ses actes.  

Un livre complètement déjanté. Un style parfois très cru tant dans le langage d'Alvie que dans certaines scènes érotiques. L'auteure ne nous cache rien du tout.
Il me semble qu'il va y avoir une suite à ce roman et j'espère vraiment que ce sera le cas car j'ai envie de connaître la suite de l'histoire.

dimanche 10 juin 2018

Réveille-toi de François-Xavier Dillard - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****


C'est lorsque vous vous réveillerez que le cauchemar va vraiment commencer...
Basile Caplain est un greffé du cœur qui vit reclus, sans travail ni perspective. Sa seule obsession : dormir le moins possible, car ses nuits sont peuplées de cauchemars. Son unique ami, Ali, le gérant d'une station-service, est passionné par les faits divers. Un soir, ce dernier lui parle du meurtre barbare d'une jeune femme. Or, ce crime atroce, c'est exactement le rêve que Basile a fait deux jours plus tôt...
Paul est un paraplégique de dix-huit ans, génie de l'informatique, qui développe pour la police scientifique un programme baptisé Nostradamus – un algorithme révolutionnaire devant permettre de réaliser des portraits-robots hyperréalistes des criminels présumés.
Alors que des meurtres sauvages sont perpétrés à Paris, la police judiciaire met sur le coup son meilleur atout : le Dr Nicolas Flair, psychiatre mentaliste, qui a déjà résolu de nombreuses affaires.
Lorsque les chemins de ces trois protagonistes se croiseront, l'Inconscient, la Science et la Psychiatrie vont devoir collaborer pour essayer d'arrêter le pire des monstres...

François-Xavier Dillard est un auteur que je suis depuis maintenant quelques années. J'ai tout lu et c'est toujours avec impatience que j'attends le prochain polar. L'année dernière j'avais été déçue par son dernier livre (retrouvez les liens vers mes chroniques en fin d'article). Mais une déception sur trois ne me fait pas abandonner un auteur que j'apprécie.
J'ai donc fait passer Réveille-toi au-dessus de mes lectures en attente ;-)
François-Xavier je dois te dire quelque chose, je ne te remercie pas, mes enfants non plus, ni mon mari. J'ai passé mon week-end la tête dans ton livre ! J'ai été complètement ensorcelée par ma lecture. J'ai eu encore des doutes tout du long, j'ai supposé, j'ai émis des hypothèses mais je me suis plantée sur toute la ligne ou presque.
Parlons donc de cette histoire qui m'a tenu en haleine pendant 2 jours. Basile a été greffé du cœur il y a 3 ans. Et depuis cette greffe, il a des cauchemars qui sont tellement horribles qu'il fait tout pour ne pas dormir. Il est au bout du bout, plus de boulot, plus de femme qui n'a pas supporté bien longtemps les nuits horribles de son mari, en bref il n'en peut plus. Mais le pire c'est quand son seul ami, Ali, lui raconte un meurtre qui a eu lieu quelques jours auparavant. Ce meurtre il l'a lui même vécu dans un de ses cauchemars. Basile va essayer de comprendre ce qu'il lui arrive.
Paul est un petit génie, à peine 18 ans et déjà à la tête du projet Nostradamus pour la Police scientifique. Avec ce nouveau logiciel, les enquêteurs vont pouvoir avoir le portrait robot du coupable.
Et pour finir, un tueur en série sévit à Paris. Il tue des jeunes femmes de façon horrible. Vous l'aurez compris ces meurtres seront les cauchemars de Basile.
Pour aider les enquêteurs, un psychiatre-mentaliste va être délégué sur l'enquête, Nicolas Flair (super le jeu de mot au fait ;-) ). Il a déjà aidé  à la résolution de plusieurs enquêtes.
Les chapitres vont alterner les différents protagonistes cités ci-dessus ce qui fait qu'on a qu'une hâte de vite tourner les pages pour continuer l'histoire des différents personnages. Et puis entre certains, nous rencontrons Axelle, 21 ans, qui a été kidnappé et qui vit un enfer entre les mains de son bourreau. C'est une première pour l'auteur de nous décrire des scènes abominables et il a réussi là où certains peuvent vite rentrer dans le malsain.
Quel est le lien entre tous les personnages? Je ne vous le dirais pas car ce serait vraiment vous gâcher une super lecture.
Le style de François-Xavier est toujours autant addictif. Les pages s'enchaînent. Les chapitres sont courts. Aucun temps morts. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire un super thriller. Les personnages nous semblent réels tellement ils sont fouillés, creusés. Chacun renferme une blessure en lui. En plus de l'enquête, nous aurons envie de connaître leur secret.
Alors parfois le réalisme rencontre la science-fiction mais tout est fait pour qu'on puisse imaginer que ça pourrait arriver.
Ce polar va toucher à pas mal de sujets très intéressants. Je ne préciserais pas lesquels pour ne pas vous dévoiler l'intrigue. Ces sujets vont s'ajouter aux points positifs de ce polar. La psychologie est toujours présente, et François-Xavier Dillard est très bon dans ce style.
En bref, vous l'aurez compris, c'est un coup de cœur ! Un seul conseil foncez !  
Mes autres chroniques :

Ne dis rien à papa


Austerlitz 10.5

Polar'Osny 2018

jeudi 7 juin 2018

L'Envoûtante de Marieke Aucante - Editions De Borée

4ème de couverture
Eugénie a 26 ans quand elle revient dans le village de son enfance. Fille et petite-fille de sorcière, Eugénie a grandi en orphelinat après la mort de ses parents pour des raisons qu'elle était trop petite pour comprendre. Dans ses jours de congé, en allant à la ferme où elle a vécu, elle rencontre Lucas, citadin et chauffeur du châtelain du village, dont elle tombe amoureuse. Avec lui, un avenir radieux s'annonce. Pourtant, Eugénie découvre qu'elle a hérité des dons de sa grand-mère : comment mener une existence normale avec un tel héritage familial ? 


Mon avis
Je remercie les éditions De Borée pour cette lecture.

Eugénie est une jeune fille de 26 ans qui a été confiée à Madame Barbou après l'orphelinat. Eugénie travaille dur à récurer la boucherie familiale Barbou. Pendant ses heures de liberté, elle décide de retourner au Luneau, là où elle a passé sa jeunesse avant l'orphelinat. En s'y rendant, elle fait la connaissance de Lucas qui est le chauffeur du châtelain du village. Entre eux deux l'alchimie passe, ils s'apprivoisent petit à petit... Mais Eugénie reste prudente, que cache-t-elle ? Pourquoi s'obstine-t-elle à cacher son passé ? Et que s'est-il donc passé pour qu'elle se retrouve en orphelinat ?

J'ai découvert Marieke Aucante avec "En écartant les branches" (ma chronique ici) que j'avais beaucoup aimé. Je partais donc confiante pour cette lecture d'autant plus que la couverture m'attirait et m'intriguait. Malheureusement pour moi, cette lecture s'est avérée être une grosse déception et je vais vous expliquer pourquoi.

Ce livre se découpe en deux temps. Il y a "l'avant" quand Eugénie avait 8 ans, qu'elle vivait au Luneau avec ses parents, ses frères et sa grand-mère. Tous les chapitres consacrés à "l'avant" reprennent la vie à la ferme, le dur labeur des champs, les soins aux animaux,... mais il y a aussi la grand-mère d'Eugénie qui n'en fait qu'à sa tête et que personne n'ose contrarier... Le bruit court qu'elle serait une sorcière car elle parle aux animaux et des évènements malheureux et sordides ont lieu. 
Et puis, il y a "maintenant" quand Eugénie a 26 ans. En voulant retourner au Luneau pour voir ce qu'il en est advenu, elle rencontre Lucas dont elle tombe rapidement amoureuse.
La première chose qui vous frappe est qu'aucun chapitre n'a de marqueurs temporels. Nous savons dans quelle période nous sommes qu'au commencement de la lecture du chapitre. C'est donc un parti pris pour une mise en page déstabilisante. Mais si ce n'était que ça...
Ma déception majeure est due à la quatrième de couverture qui nous induit en erreur. L'évènement majeur annoncé intervient à 20 pages de la fin, alors que je pensais que tout démarrerait de là. Ce que je pensais être une mise en bouche promettant une belle romance sur fond de sorcellerie n'est en fait qu'un bref résumé du livre. Entre autre, la relation entre Eugénie et Lucas est abordée très brièvement alors qu'on nous laisse présager que l'histoire découle de là.

J'attendais peut-être plus de fiction au niveau de la sorcellerie, plus d'anecdotes/traditions avec un suivi entre les générations, mêlée à une réelle romance. De plus, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages. Vous l'aurez donc compris, je me suis ennuyée dans cette lecture linéaire, sans reliefs, où tout arrive trop tardivement sans véritable exploitation.

Le seul point positif dans ce livre que je tiens à souligner est l'écriture de Marieke Aucante que j'apprécie toujours autant, même si je n'ai pas adhéré à l'histoire. Ces descriptions de paysages et sa poésie des mots sont toujours présentes pour mon plus grand plaisir.

# By Aurélie :) 

mercredi 6 juin 2018

Claustrations de Salvatore Minni - Editions Nouvelles Plumes

4ème de couverture
Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils portent le même tatouage sur le bras…
Clara, disparue depuis plusieurs semaines, se réveille un matin étendue sur le sol d’une cellule obscure et infestée d’insectes. Monsieur Concerto tente de découvrir les raisons qui l’ont conduit dans une chambre d’isolement, tandis que Charles se cloître de son plein gré.
Chacun d’entre eux se retrouvera face à son destin.
Mais dans leur quête de la vérité, ils se rendront très vite compte que les apparences ne sont pas celles qu’ils croyaient…


Mon avis
Je remercie Marc-Olivier, l'agent de Salvatore Mini pour sa confiance.

Pour tout vous avouer, cela faisait un moment que j'étais très tentée par "Claustrations". Tentée par quoi me direz-vous ? La première chose qui a retenu toute mon attention, c'est cette couverture anxiogène qui évoque un huis clos, tout ce que j'aime ! Ensuite, la quatrième de couverture met l'eau à la bouche et nous fait poser tout autant de questions que sa couverture. Alors quand une amie belge (n'est-ce pas Nathalie) parle de notre blog (sans que nous le sachions) à l'agent de Salvatore Minni, cela ne peut-être que bon signe :)

Allons-y pour l'histoire ! Nous allons suivre quatre personnages qui vivent en claustration que ce soit de gré ou de force. Je vous présente donc Charles qui se cloître de son plein gré dans la cave de sa maison. Pourquoi ? Car le Président a fait voter une loi spéciale... Au tour de Clara qui a été kidnappée à la sortie de son lieu de travail. Pourquoi ? Comment ? Aucune idée, tout ce qu'on sait, c'est qu'elle est retenue prisonnière et se fait littéralement infester par les puces et autres insectes... Nous avons également Françoise qui est plus discrète et que nous connaissons grâce à Clara. Françoise est la collègue de Clara qui va partir à sa recherche mais qui aura ses problèmes personnels à gérer. Enfin, et de loin le personnage le plus complexe, je vous présente Monsieur Concerto, interné dans un hôpital psychiatrique. Par qui ? Son épouse. Pourquoi ? Cela, vous l'apprendrez plus tard !
Quel est le lien entre tous ces personnages ? Un simple tatouage sur leur bras... 

Depuis le temps que je voulais lire ce livre !! Aussitôt reçu, aussitôt lu ! Et que vous dire de ce livre, j'ai vraiment beaucoup aimé ! Pendant toute une partie du livre, c'est-à-dire pendant quasiment les trois quart, Salvatore Minni passe d'un personnage à l'autre. Suivant les personnages, il nous décrit leurs vies, leurs habitudes, leurs souvenirs, leurs sentiments, leurs états d'esprit, leurs pensées, leurs questionnements. Et du coup, je me suis posé beaucoup de questions. J'ai réussi à comprendre certaines situations sans l'aide de l'auteur. Pour d'autres personnages, cela a été plus complexe, que d'interrogations, jusqu'à ce que l'auteur achève son jeu et dévoile l'impensable. Le personnage qui m'a fait le plus "languir" est Monsieur Concerto où tout est mystérieux. Vous l'aurez donc compris, ce fut une très bonne lecture. Le style de Salvatore Minni est singulier de part sa conjugaison mais honnêtement cela ne m'a pas gênée plus que ça. 

J'ai lu "Claustrations" en deux jours, et je pense même que j'aurais pu le lire d'une traite si mes obligations de maman ne m'avait pas rappelé à l'ordre. Les pages ont défilées à toute allure, car on veut toujours en savoir plus et comprendre les liens. Les courts chapitres représentent à chaque fois un personnage différent, ce qui a rendu ma lecture ultra-addictive (tellement addictive que j'en ai oublié un rendez-vous personnel) ! De plus, Salvatore Minni met un point d'honneur à peaufiner l'ambiance tantôt pesante, délirante,... Chaque claustration à son histoire, son ambiance, ses questionnements et ses retournements de situation ! Et que vous dire de cette fin, où vous vous prenez uppercut sur uppercut, tout s'accélère et l'écriture devient nerveuse alors qu'elle était très calme auparavant !! Salvatore est loin d'être tendre avec ses personnages, il les martyrise, les détruit à petit feu,... 

Un thriller psychologique court et intense qui ne cessera de vous questionner jusqu'à ce que Salvatore Minni achève son récit avec une fin "Whaouuuuu" ! "Claustrations" est le premier roman de cet auteur, alors retenez bien ce nom, Salvatore Minni, car il nous promet de futures belles histoires à vous retourner le cerveau et/ou à vous faire frémir de frissons !

# By Aurélie :)

**** Chronique de Jess ****

A mon tour de vous faire un retour de ma lecture de Claustrations. Je ne vais pas vous refaire un résumé de l'histoire car je pense qu'avec la quatrième de couverture et celui d'Aurélie vous devez maintenant savoir de quoi parle l'histoire.
Du coup, je vais vous parler de mon ressenti sur ce livre.
Salvatore Minni est doué car dès les premières lignes, il nous kidnappe et nous enferme dans l'histoire qu'il a créé. Dès le départ, nous cherchons à savoir le pourquoi du comment. Pourquoi ces trois personnes sont enfermées mais surtout quel est le lien entre elles?
Cela a été plus fort que moi, il a fallu que j'émette mes propres hypothèses, que je cherche, que j'essaie de deviner la chute. J'avais une partie de la solution mais j'étais loin d'imaginer un scénario aussi tordu.
J'aime être baladée pendant une lecture. J'aime être perdue, me dire mince je comprends plus rien. J'ai parfois eu l'impression que l'auteur lui-même s'était perdu en disant certaines incohérences. J'en ai parlé à Aurélie qui m'a répondu "je ne te dirais rien et tu verras!" ouh la vilaine!!! Mais heureusement qu'elle ne m'a rien dit sinon elle m'aurait gâché mon plaisir.
Tout comme Aurélie j'ai lu ce livre très vite quasiment en une journée.
Les chapitres alternent les différents personnages ce qui en fait une lecture assez addictive.
Je me suis attachée à tous ces personnages. Je voulais absolument qu'ils s'en sortent sans dommages.
Le côté psychologique des personnages est très bien travaillé. On rentre dans la tête de chacun, on connaît leurs pensées, leurs désirs, leurs peurs. Nous sommes spectateur de leur enfer interne.
J'ai un petit bémol concernant certains temps de conjugaison utilisé dans ce livre. Je trouve ça un peu prétentieux d'avoir voulu utiliser des temps tels que le passé antérieur et l'imparfait du subjonctif. Cela n'apporte rien de plus au roman si ce n'est parfois un côté laborieux à la lecture. Je sais que ça n'a pas ennuyé Aurélie qui est un peu moins réceptive que moi au style d'un auteur.
Autrement, j'ai beaucoup aimé ce thriller psychologique qui a réussi à me faire passer un très bon moment!