lundi 18 juin 2018

Kiaï d'Alexandra Coin et Eric Kwapinski - Editions Lucien Souny

**** Chronique de Jess ****

Un violent incendie a ravagé un orphelinat religieux. Les pensionnaires sont évacuées et Marie, l'une des jeunes filles, est placée d'office en psychiatrie à Auxerre. À des centaines de kilomètres de là, à l'exception des morts qu'il a laissés derrière lui et des années qu'il a passées dans la Légion comme tireur d'élite, rien ne distingue Fabrice des autres habitants de ce village en pays cathare où il s'est désormais retiré. Jusqu'au jour où Peter Wolff, son vieux complice de randonnée, biker au look de Viking et prêtre défroqué, va attirer sur eux les foudres d'un groupe activiste catholique. Les méthodes de l'Inquisition renaissent de leurs cendres. En quoi cette croisade mortelle concernerait Marie ? Pourquoi elle seule pourrait y mettre un terme ? Kiaï est un thriller sombre, acéré et addictif, qui aborde les questions de barbarie, de violence, de religions, et notamment de leurs effets dévastateurs.


Je remercie Alexandra pour sa confiance.

Deuxième livre que je lis d'Alexandra (ma chronique sur Entraves ici) mais le premier que je lis d'elle et de son conjoint. J'ai pourtant La voie du Talion dans ma bibliothèque et peut-être que j'aurais dû le lire avant étant donné qu'il reprend les mêmes personnages.

L'histoire nous est narrée lentement, l'intrigue se met en place petit à petit. Les deux auteurs nous présentent les personnages, les paysages, la vie de Fabrice un ancien légionnaire qui vit dans un petit hameau de l'Aude. Il est très proche de Wolff un ancien prêtre qui est devenu écrivain pour dénoncer l'extrémisme catholique. Avec son dernier ouvrage il ne va pas se faire que des amis. Les menaces ne vont pas tarder à arriver.
D'un autre côté, nous avons Gabrielle, qui vit avec un groupuscule extrémiste. Sous la direction d'un prêtre, ce groupe va commettre des meurtres et attentats sur certaines personnes qui n'ont pas les mêmes idéaux qu'eux.
Et entre certains chapitres, nous rencontrons Marie. Elle est internée depuis 15 ans en psychiatrie. Elle a incendié l'ancien orphelinat où elle résidait. Marie et Gabrielle étaient toutes les deux dans l'orphelinat. Quel est le lien entre ce qu'il se passe actuellement et ce qu'il s'est passé il y a 15 ans?


L'histoire met vraiment du temps à se mettre en place. J'ai commencé a vraiment rentrer dans l'histoire vers la centième page. Mais à partir de là tout s'accélère. J'ai été complètement prise dans l'histoire.

Un roman où l'on apprend des choses.
Le groupe de Gabrielle reprend certaines méthodes de l'Inquisition (les tortures, les actes de pénitences d'un autre temps...).

Fabrice chasse en utilisant un arc japonais. Sa maison est aussi à l'image du Japon tout comme sa façon de vivre.
Tout ce qui touche à la Légion est aussi très bien décrit dans ce roman. La solidarité entre légionnaires, quand un des leurs a un problème ils arrivent sans poser de question.
J'ai beaucoup aimé la relation entre Fabrice et Wolff et ensuite entre les amis de Fabrice. On sent un vrai lien entre eux. Un lien plus fort qu'un lien familial.
Des sujets à l’opposé des uns des autres mais qui font toute l'originalité de ce polar.

Et ce qui en fait un excellent polar est sa fin complètement inattendue. J'ai lu l'épilogue et je me suis dit "Mais non!! Comment j'ai pu passer à côté de çà!!!". Je me suis pris une claque magistrale. Moi qui au début du livre pensait arrêter ma lecture, jamais je n'aurais pensé me prendre un tel coup à la fin de ce roman.
Un livre à découvrir!





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire