mercredi 13 février 2019

Faire danser les gens de Fred Rister - Editions Seguier

**** Chronique de Jess ****


Je suis de Malo-les-Bains, près de Dunkerque. Fils d'ouvrier tranquille, je décrochai un BP de coiffure, gagnais ma vie, j'étais aimé de mes parents et bien sûr, quelque chose me manquait. C'est au Stardust, la boîte mythique de La Panne, assis dans la cabine du DJ, qu'un soir tout changea. La musique, cette musique, me percuta pour la vie. Ça doit être ça, une « vocation », et trente ans plus tard des célébrités m'embrassaient, je me retrouvais en haut des classements mondiaux des ventes de disques, et je voyais la planète entière danser sur mes tubes ! Cette musique ? Je fais de l'électro pop music. La plus controversée - et méprisée - de la musique actuelle. Mais la plus populaire, aussi. Une oeuvre existe dès lors qu'elle est lue, vue, écoutée - ici, je rivalise avec Ravel ! Alors n'allons pas écrire qu'un homme sut croire en son « destin » ou je ne sais quelle connerie. J'ai subi neuf cancers. Je suis le plus célèbre des inconnus. Je travaille avec plaisir pour les autres sans chercher la gloire. Et je n'ai pas quitté le Nord comme jamais je ne renierai ma musique. Il n'y aurait pas d'autre façon de se trahir. De se mentir. De se tuer.


Il y a quelques temps dans l'émission 7 à 8, j'ai vu une interview de Fred Rister. Pour ma part, je ne savais pas du tout qui c'était avant qu'il raconte son parcours, et surtout quand j'ai compris qu'il était l'homme derrière certains grands tubes de David Guetta. Qui n'a pas dansé ou adoré certaines de ces musiques? Tout le monde a entendu I got a feeling des Black Eyed Peas. Fred Rister est considéré comme le plus célèbre des inconnus.
Personnellement l'album "One love" de David Guetta sur lequel il a bossé a été pour ma part un kiff total ! (désolée pour le vocabulaire mais c'est mon ressenti). Cet album me rappelle une partie de ma vie que j'ai adoré et quand j'écoute cet album je me revois à cette période. Je réécoute d'ailleurs cet album en écrivant mon avis.
Mais je diverge de mon avis sur l'autobiographie de Fred Rister....

Fred Rister a connu le succès tardivement, c'est seulement vers 45 ans qu'il a commencé à travailler vraiment avec David Guetta et d'autres artistes en tant que producteur et compositeur. 
Son parcours est atypique sans vraiment l'être. Il est né dans le Nord, d'une famille modeste, pour qui la musique n'était pas un métier. Il est donc devenu coiffeur pour faire plaisir à son père. Mais la musique était comme une évidence pour lui. Il a donc été embauché comme DJ dans plusieurs discothèques de la région puis est devenu animateur radio.

La maladie a aussi malheureusement ponctué sa vie. Il a combattu 9 cancers, et je sais qu'actuellement il est encore très malade. D'ailleurs tous les droits d'auteur de ce livre seront reversé à l'association pour la recherche contre le cancer.
Dans ce livre, il nous fait ressentir son amour pour la musique. La détermination qu'il a mis à vouloir en vivre, à vouloir donner du plaisir aux gens avec sa musique ou celle des autres en tant que DJ. A vouloir faire danser les gens comme il le dit si bien. 
Un espoir aussi pour ceux qui ont une passion et qui pensent qu'ils n'arriveront jamais à en vivre. 

J'ai passé un très bon moment en lisant ce livre et en découvrant aussi le parcours et le succès de David Guetta.

Je remercie les Editions Seguier pour cette lecture.

lundi 11 février 2019

La cage de l'Albatros de Pierre Pouchairet - Editions Palémon

**** Chronique de Jess ****


Commandant de police, chef de la PJ finistérienne, Léanne est maintenant bien installée à Brest où elle a retrouvé ses amies d'enfance : Elodie, devenue médecin légiste, et Vanessa, psychologue judiciaire. Noreen, jeune flic fraîchement affectée en Bretagne, apporte du sang neuf à cette équipe de quadragénaires. Alors que la nouvelle recrue participe à l'interpellation houleuse d'une bande de dangereux malfaiteurs, la gendarmerie découvre au pied de la falaise de la Pointe du Van le corps sans vie de son oncle. Chute accidentelle ? Meurtre ? Aucune hypothèse n'est à écarter. La jeune femme, aidée de ses amies, est bien décidée à faire la lumière sur cette mort suspecte. Mais la vérité se trouve rarement où on l'attend et sa quête ne sera pas sans risques. Personne rien sortira indemne...



Je remercie les Editions Palémon pour cette nouvelle lecture.

Ce polar est le deuxième qui reprend les enquêtes de Léanne. Mais pour ne pas avoir lu Haine je n'ai pas eu trop de difficultés à rentrer dans l'histoire et les personnages (même si au départ ils sont très nombreux!). Pierre prend le temps de poser son intrigue, de mettre en place l'intrigue, d'appâter son lecteur.

Dans ce polar, Pierre met en scène un groupe de femmes, Léanne donc, chef de la PJ de Brest, Vanessa, psychologue judiciaire, Elodie, médecin légiste et une nouvelle recrue Noreen. Ces quatre femmes vont vite devenir inséparables. 
L'histoire commence par l'arrestation d'un groupe de malfaiteurs qui convoitaient 1 tonne de cocaïne. Pendant cette arrestation, Léanne va manquer de peu de se faire tuer, et c'est grâce à Noreen qu'elle aura la vie sauve.
Peu de temps après l'arrestation, Noreen, apprend que son oncle vient d'être retrouvé mort au pied d'une falaise. Suicide, accident, meurtre? Entre la gendarmerie et la PJ de Brest, tout va être mis en œuvre pour découvrir ce qu'il s'est passé. Mais nous lecteurs savons dès le départ que son oncle a été tué par quelqu'un. 
S'ensuit d'autres meurtres déguisés en suicide ou accident.

Passer une soixantaine de pages, il est impossible de poser ce polar. Surtout lorsqu'un des personnages phares de l'histoire se fait enlever. Le rythme va s'accélérer à partir de là pour ne plus décroître. Pierre nous offre un polar qui sonne vrai, avec des personnages attachants. Le style est très agréable à lire, l'enquête est très bien menée et le dénouement très inattendu. 
Un seul regret ne pas avoir lu avant Haine, le premier de la série mettant en scène nos drôles de nanas. Surtout qu'il y aura d'autres enquêtes vu comment se termine cette histoire. 
J'ai beaucoup aimé les petits clins d’œil aux copains auteurs dans ce livre (Nicolas Lebel, Olivier Norek...). 


Autres chroniques :

Morts en eaux grises

La prophétie de Langley


samedi 9 février 2019

A la recherche d'Alice Love de Liane Moriarty - Editions Albin Michel

**** Chronique de Jess ****

Alice Love tombe en faisant du sport. Lorsqu'elle se réveille, elle pense qu'elle a 29 ans, qu'elle est enceinte de son premier enfant et qu'on est en 1998. En réalité, on est en 2008, Alice a trois enfants, Madison, 10 ans, Tom, 8 ans et Olivia, 5 ans, et s'apprête à divorcer.


Comment a-t-elle pu devenir cette femme autoritaire et maigrichonne (faire du sport ? elle DÉTESTE ça !) ? Pourquoi Elisabeth, sa soeur adorée, est-elle en froid avec elle ? Comment Nick, son amour de toujours, et elle en sont-ils venus à se détester ? Alice devra s'efforcer de reconstituer le puzzle de cette décennie oubliée et découvrira si son amnésie est une malédiction ou une bénédiction...


Je remercie les Editions Albin Michel pour cette nouvelle lecture.

Depuis "Le Secret du mari", j'attends avec impatience les nouveaux romans de Liane Moriarty qui à chaque fois me font passer d'excellents moments de lecture.

Chacun de ses romans met en scène des "Desperate housewives" à qui il arrive toujours de drôles de mésaventures.

Comment réagiriez-vous si après un choc à la tête vous ne vous rappeliez plus des 10 dernières années ? C'est ce qui arrive à Alice.

Un midi après une chute et un gros choc à la tête à la salle de sport, elle se réveille en pensant qu'elle a 29 ans et qu'on est en 1999. Elle a donc zappé 10 ans de sa vie, au point même de ne pas se rappeler qu'elle est mère de 3 enfants et qu'elle est en instance de divorce. Heureusement pour elle, sa sœur, Élisabeth, vient la chercher et tente de lui remémorer tout ce qu'elle a oublié, même qu'elles ne sont plus si proches qu'elles n'ont pu l'être.

Alice va du coup se remettre en question et voir sa vie à travers ses yeux d'il y a 10 ans et se poser tout un tas de questions.  Mais qu'a-t-il pu se passer pendant ces 10 ans pour que sa vie soit aussi chamboulée ? Et qui est cette femme qu'elle est devenue? Comment en est-elle arrivée là ? Que s'est-il passé entre son mari et elle ?

C'est comme si la vie lui donnait une nouvelle chance ou la punissait et la remettait à sa place à sa manière. Une nouvelle chance de redevenir la personne qu'elle était ou de changer ce qu'il ne va pas.

Dans chaque chapitre, nous avons une partie avec le point de vue d'Élisabeth, qui se confie à son psychanalyste via un journal intime qu'elle lui écrit. Nous avons sa version de ce qu'il s'est passé depuis 1999.

Alice elle, se remémore sa vie jusqu'en 1999, de sa rencontre avec Nick, son mari, à leur installation dans leur nouvelle maison et à l'annonce de sa 1ère grossesse. Et puis nous avons le point de vue de Frannie, leur grand-mère de cœur,  qui tient un blog et qui raconte toutes ses péripéties à la maison de retraite, et sur sa famille.

J'ai trouvé cette façon de raconter la vie d'Alice très intéressante.

Encore une fois, Liane Moriarty nous offre un très bon roman, agréable, drôle, et qu'on ne peut pas lâcher. J'ai adoré cette nouvelle histoire. Comparé à ces autres romans, le côté drame est moins présent. On sait qu'il s'est passé quelque chose avec une amie d'Alice et on apprendra plutôt rapidement ce qu'il s'est passé. Rien à voir avec ses autres romans. Le fil rouge de cette histoire sera juste la "mémoire" d'Alice, et savoir si elle retrouvera la mémoire ou pas. J'aimerais beaucoup que ce roman soit adapté en série comme "Petits secrets, grands mensonges" car je pense que ce serait une super série.


Mes autres chroniques :

mardi 5 février 2019

Hello Sunshine de Laura Dave - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****



Quand une top chef made in YouTube devient le plus gros bad buzz de l’histoire de la cuisine ! Tout en émotion et en humour, un roman savoureux qui prône le retour au vrai, à la famille et au goût des bonnes choses.

À trente-cinq ans, Sunshine Mackenzie est à la tête de la chaîne YouTube la plus trendy du moment. Entre sa célèbre émission de cuisine « A Little Sunshine », ses millions de followers, son loft à Tribeca et son amoureux parfait, la vie de la jeune femme a tout d'un conte de fées. Jusqu'au jour où la chantilly retombe : un troll révèle que la belle est une usurpatrice, une « chef » tout juste capable de faire cuire un œuf. Pire encore : des photos d'elle occupée à tromper son époux enflamment la toile!

Bye-bye les followers, les sponsors, le mari, le loft à crédit ! Devenue persona non grata à New York, Sunshine n'a plus qu'à rentrer piteusement au bercail, dans les Hamptons, et à entamer sa quête de rachat. Apprentissage auprès d'un chef aussi étoilé qu'intransigeant, mea culpa familial, tentative de reconquête amoureuse : Sunshine trouvera-t-elle enfin la recette magique ?



Encore une pause polar avec ce roman feel-good. 
Sunshine Mackenzie, est une youtubeuse à succès grâce à son émission culinaire "A little Sunshine". Mais en fait tout est faux chez elle jusqu'à son propre nom. Le secret a été bien gardé jusqu'au jour de ses 35 ans où son compte twitter est piraté et où tout le monde va découvrir qui elle est vraiment. Et ce n'est pas joli joli. 

Sur le coup au début de ma lecture, la première chose qui m'est venue à l'esprit est bien fait ! tu l'as pas volé! 
Et puis, petit à petit je me suis attachée à elle et à son histoire. Elle va devoir se remettre en cause et faire un gros travail sur elle-même pour retomber dans la réalité des choses. Car il ne doit pas être évident de passer par la case célébrité et persona non grata en l'espace d'une journée !
Il est rare d'avoir un personnage principal qui n'est pas parfait, gentil, mignon tout rose.

L'auteure pointe du doigt les réseaux sociaux et comment chacun peut se créer une vie idéale aux yeux des autres alors que ce ne sont que des faux semblants. Comment chaque photo sur instagram ou facebook est analysé avant d'être posté, comment faire le buzz et avoir de plus en plus de followers. Et comment la chute est violente quand tout s'arrête. 

Il y a un peu de suspens aussi dans ce livre pour savoir qui se cache derrière le pirate. Qui en veut à Sunshine au point de détruire sa vie si parfaite? Peu de monde ont eu accès aux informations qui ont fuité. Une rivale qui veut sa place? Une femme qu'elle a blessé? 
Pour ma part, j'avais trouvé dès le départ qui était derrière tout ça, donc pas de surprise en fin de roman ni de rebondissement. 
Par contre, contrairement au feel-good que j'ai l'habitude de lire je me serais attendue à une autre fin concernant la vie amoureuse de Sunshine. Et j'aurais souhaité cette fin. Mais ce n'est que mon côté romantique et passionnel qui s'exprime ici ;-)
Idem pour le côté professionnel, j'aurais aimé un autre choix de sa part mais je ne vais pas non plus réécrire le livre ;-)

Un bon roman feel-good qui se déguste gentiment sans prise de tête. Et contrairement aux autres livres de cette catégorie, celui ci nous donne une vraie leçon sur la vie et les réseaux sociaux. Il faut parfois oublier un peu nos "faux-amis" pour se concentrer sur l'essentiel à savoir notre famille, et nos vrais amis. L'auteure critique notre société actuelle avec subtilité dans ce roman et avec une grosse touche d'humour et de dérision. 
Un roman à découvrir donc si vous souhaitez une lecture sympa. 

Je remercie les Editions Belfond pour cette lecture.



Bienvenue au motel des pins perdus de Katarine Bivald - Editions Denoël

**** Chronique de Jess ****


On meurt tous un jour... pas forcément dès le premier chapitre ! C'est pourtant ce qui arrive à Henny. Mais elle se refuse à quitter notre monde sans avoir accompli une dernière tâche : retrouver, réconcilier et rendre heureux ses anciens amis. Drôle, farfelue et émouvante, Henny est l'amie qu'on rêve d'avoir à ses côtés... vivante de préférence ! 

Je remercie les Editions Denoël pour cette nouvelle lecture.

Pause polar pour moi avec ce roman. J'avais entendu parlé du livre La bibliothèque des cœurs brisés  sans avoir pris le temps de le lire. Je me rattrape donc avec le dernier sorti.

Henny, est une jeune femme que tout le monde apprécie, pleine de joie, toujours prête à rendre service à son prochain. Elle est gérante du Motel des pins perdus avec sa meilleure amie MacKenzie.
Mais un malheureux accident va tout chambouler. Un matin, elle se fait renverser par un poids lourd et meurt sur le coup. Mais malgré qu'elle soit morte, son fantôme reste sur place pour voir la réaction de son entourage. Au début Henny peste, et est en colère, surtout qu'elle n'a pas eu beaucoup de temps de profiter de Michaël, son premier amour, revenu quelques jours plus tôt. 
A l'approche de ses funérailles, elle voit ses amis revenir les uns après les autres. Elle va décider qu'il serait bien que tout le monde soit de nouveau ensemble pour toujours comme il y a 15 ans. 

Nous allons donc suivre la vie au Motel des pins perdus. L'auteure nous offre pléthore de personnages hauts en couleur. Le motel est dans une petite ville d'Oregon où il n'est pas bon d'être différents des autres. Alors quand MacKenzie, la meilleure amie de Henny va faire son coming-out à 16 ans, cela va créer un sacré bazar qui dure encore de nos jours. 
Les anti-homo vont revenir en force pour faire fermer le motel. Les habitants voient aussi d'un très mauvais œil le retour de Camila, la nièce de l'ancien propriétaire du Motel. 

J'ai trouvé que ce roman était très original. Le personnage de Henny est le point central de l'histoire. Le fait qu'elle soit morte donne une note particulière à l'histoire. Tous les personnages la connaissent et ont eu plus ou moins d'affinités avec elle. J'ai beaucoup aimé partager la vie de tous ces personnages le temps d'une histoire. Henny reviendra souvent sur le passé afin que l'on comprenne les liens qui l'unit à certains, notamment MacKenzie, sa meilleure amie voir sa sœur et surtout Michaël son premier amour mais aussi son unique. J'ai été triste pour elle qu'elle ne puisse pas vivre ce qu'elle avait prévu de vivre. L'auteure va donner aux lecteurs une belle leçon de vie. 

Le style est très agréable à lire. Nous allons être témoin de la vie des différents habitants avec les yeux d'Henny, connaître leurs petits secrets, ce qu'ils comptent faire de leur vie, leurs changements aussi. 
Une lecture très agréable que je vous conseille. 



lundi 4 février 2019

La saison des suicides de Lora Allansdottir - Auto Edition

**** Chronique de Jess ****


 Après une vague de suicides inexpliqués, une officier de la police judiciaire enquête sur les victimes qui ont toutes laissé des lettres d'adieu étrangement similaires. Cette enquête sera la plus difficile de toute sa carrière, mais aussi la dernière…


Je remercie Lora pour m'avoir fait découvrir son histoire.

Petit livre de 50 pages, donc je pense que l'on peut qualifier de nouvelle et non de roman. Je suis toujours épatée par ceux qui réussissent l'exploit de nous faire rentrer dans une histoire aussi courte. J'ai toujours des doutes en ce qui concerne les auto-édités mais j'ai souvent de belles surprises et celui-ci en fait partie. 
Dès les premières pages, nous rentrons dans le vif de l'histoire, à savoir le suicide d'un des collègues du personnage principal. Un suicide de flic quoi de plus normal mais lorsque la femme de ce dernier met fin à ses jours et à ceux de ses enfants, le choc est plus grand. A chaque fois, une lettre est retrouvée. Une lettre étrangement similaire à tout ceux qui vont se suicider. Que se passe-t-il dans cet immeuble? La protagoniste va y chercher une réponse.

Sujet très difficile qu'est le suicide mais qui est traité avec beaucoup de délicatesse. Le style est parfait, et la lecture est très fluide jusqu'à la fin. 
Je regrette qu'une seule chose : qu'il n'ait pas été plus long.

Je suis curieuse de voir ce que Lora nous concoctera pour une prochaine histoire. Dans tous les cas celui-ci est un sans faute. 


dimanche 3 février 2019

L'appétit de la destruction de Yvan Robin - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****



L’Appétit de la destruction relate les dernières heures d’un groupe de rock ( Āmes less ), les frasques de son leader , les coulisses d’un milieu qui suscite bien des fantasmes.

On pense évidemment à Bertrand Cantat ( Noir Désir) , à NIcolas Sirkis ( Indochine) mais aussi aux Rolling Stones , aux Clash, aux Sex Pistols, à Nirvana.....à. toutes ces formations géniales menées tambour battant par des rockstars déjantées, s’autorisant tous les abus.
Une fiction parfois trash, passionnante, qui mêle tragique, transgression, disparition...





Je remercie les Editions Lajouanie pour cette nouvelle lecture. 

Au départ j'ai été très déroutée par le style. J'avais pourtant lu et aimé Travailler tue (mon avis ici) et je n'avais pas du tout été perturbé par le style. Mais après une soixantaine de pages, j'ai compris que ce bouquin reflétait parfaitement son thème à savoir la musique. 


Le roman va alterner 3 points de vue différents. Tout d'abord celui d’Adrien qui remonte le temps pour essayer de savoir ce qu'il s'est passé la veille, ensuite un couple qui roule dans une voiture et où l'homme raconte la vie d'Adrien et la formation du groupe Âme Less. Nous n'avons aucune idée de qui parle. Et puis Adrien en pleine overdose, qui va délirer mais jusqu'où ?
La description de l'état d'Adrien est tellement bien décrite qu'on croirait l'expérimenter.

Le milieu du rock est très bien dépeint, les tournées, la drogue, les hôtels, la famille, les mariages ratés. Le sexe aussi, violent, crade. Certaines scènes sont vraiment très glauques mais elles sont nécessaires pour dépeindre la vie de ces musiciens au plus fort de leur succès. 
Et la musique ... des textes magnifiques de chansons. En fait ce bouquin est plein de poésie. 

Dès le départ, nous savons qu'il est arrivé un malheur mais quoi ? Nous ne le saurons qu'en fin de roman. 
Donc passé la soixantaine de pages qu'il m'a fallu pour rentrer dans l'histoire, je n'ai pas pu m'arrêter de lire ce livre. Envoûtée par la vie de ce groupe et surtout par son chanteur, Adrien et ses textes de chanson qui percutent l'âme.

Yvan Robin change totalement de sujet dans son nouveau Roman pas policier mais presque.... et c'est totalement réussi !

Un livre qui se lit d'une traite si vous avez le temps ou qui se savoure si vous préférez. Je ne saurais vous conseiller comment le lire mais une chose est sûre c'est qu'il faut lire ce livre. 



lundi 28 janvier 2019

Une clinique si accueillante de Waldeck Moreau - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****


Brest. Les réseaux sociaux diffusent en boucle une vidéo pour le moins saisissante : on y voit un sein découpé, échoué sur la plage du Petit Minou. Violette, interné depuis 8 ans à la clinique Sainte-Bernadette visionne la séquence et s'échappe. Quelques minute après cette évasion, un médecin découvre le cadavre d'une infirmière mutilée... le sein tranché. S'ensuit une série de meurtres. Le mode opératoire est toujours le même : les victimes sont retrouvées nues, les seins arrachés, une fleur de camélia reposant sur la plaie. Détail lyrique : le chant des bohémiennes est diffusé à plein volume sur chaque scène de crime. Le commandant Mathias Croguennec, fraîchement arrivé de Montpellier (lire Cavale Hongroise) est chargé de l'affaire. On lui adjoint le lieutenant Manon Leguellec. Tous deux s'intéressent rapidement à un notable qui semble tenir d'une main de fer toute la région. On raconte même à nos enquêteurs qu'il organiserait des soirée très chaudes pour certains de ses obligés...


Je remercie les Editions Lajouanie pour cette nouvelle lecture.

Mathias Croguennec, vient à peine d'arriver à Brest suite à sa mutation lorsqu'une drôle de découverte a lieu sur la plage. Des jeunes gens y ont trouvé un sein tranché. Au même moment à la clinique psychiatrique de la ville, une jeune femme internée depuis 8 ans, Violette, s'échappe en mutilant et tuant une infirmière. S'ensuit une série de meurtres sanglants qui touchent des notables de la ville et surtout leurs femmes.
Dès le départ, nous savons qui est la coupable. Mais elle ne sera pas la seule à semer la mort sur son passage. Un homme influent, surnommé le Boss, règne sur la Bretagne et rien ne se met en travers de sa route. Il sera aidé par ses sbires pour faire le ménage et ainsi qu'on ne remonte pas à lui dans certaines de ses affaires.

Quel est le lien entre Violette, et cet homme puissant? Pourquoi Violette part dans une quête de vengeance? 
Un roman policier mais pas que, qui nous embarque dans les hautes sphères politiques de la ville avec ses travers pas toujours reluisants. 
Je me suis énormément attachée à Violette, et j'ai souhaité du fond du cœur qu'elle arrive au bout de sa mission, une fois avoir compris le pourquoi du comment. 

La Bretagne est aussi à l'honneur dans ce polar, les descriptions y sont les bienvenus pour égayer un peu cette histoire bien noire.
La plume de l'auteur est très agréable à lire et l'histoire bien que "banale" m'a tenu en haleine tout du long. 
Politique, secret de famille, sexe, argent, un combo gagnant pour ce polar original. 

Laissez-vous tenter par ce polar, bon moment de lecture garanti !



samedi 26 janvier 2019

L'étranger dans la maison de Shari Lapena - Editions Presse de la Cité

**** Chronique de Jess ****


" Comment te sens-tu ? " Elle voudrait répondre " terrifiée ". À la place, elle dit, avec un faible sourire : " Heureuse d'être à la maison. "

Mariés depuis deux ans, Karen et Tom ont tout pour être heureux : un train de vie confortable, un pavillon coquet, des projets d'avenir. Un soir, quand Tom rentre à la maison, Karen s'est volatilisée. Alors qu'il commence à paniquer, Tom reçoit une visite de la police : son épouse a été victime d'un grave accident de voiture, dans un quartier malfamé où elle ne met d'ordinaire jamais les pieds. À son réveil à l'hôpital, la jeune femme a tout oublié des circonstances du drame. Les médecins parlent d'amnésie temporaire. En convalescence chez elle, Karen est décidée à reprendre le cours de sa vie. Sauf que quelque chose cloche. Elle sait que, depuis quelques mois, quelqu'un s'introduit en leur absence dans la maison.

Après l'immense succès du Couple d'à côté, la nouvelle reine du thriller domestique revient avec un roman toujours aussi addictif, qui raconte les faux-semblants de la vie conjugale ou comment, à force de grands secrets ou de petites trahisons, un geste malheureux peut faire voler en éclats un bonheur de façade.


Je remercie babelio et sa masse critique pour cette lecture ainsi que les Editions Presse de la cité. 

J'avais entendu parler du Couple d'à côté le précédent thriller de Shari Lapena. Quand j'ai lu le résumé de l'Etranger dans la maison j'ai vite été tentée. Je suis très friande des thrillers psychologiques, des histoires de manipulation, d'harcèlement. 
Dans ce polar, Karen, jeune trentenaire se réveille à l'hôpital après un accident de la route. Elle ne se rappelle pas du tout ce qui l'a conduit à l'hôpital. Quand on lui dit qu'elle a eu un accident dans un quartier mal famé de la ville, elle ne comprend pas du tout ce qu'il l'a amené là-bas. Son mari, Tom, ne comprend pas non plus ce qui a pu conduire sa femme à partir aussi vite de chez elle en laissant tout en plan, même la porte d'entrée n'était pas fermée. 
Quand peu de temps après, un homme est retrouvé assassiné dans un restaurant abandonné proche du lieu de l'accident, les enquêteurs ne mettent pas longtemps à comprendre que Karen et le mort ont un lien en commun. Mais lequel?
Tom va commencer à douter de sa femme, et à se rendre compte que finalement il ne la connait pas si bien que ça. Elle ne lui a jamais parlé de son passé et les doutes s'accumulent. 
Il y a aussi Brigid, la voisine et meilleure amie de Karen, qui semble cacher pas mal de choses.
Mais chacun a ses secrets bien cachés qui vont être étalés au grand jour. Est-ce que Karen est vraiment coupable du meurtre? Si non qui est derrière tout ça ? 

J'ai trouvé le début très plat. Je voyais très bien où l'auteur voulait en venir. Et plus l'histoire continuait et tout me semblait cousu de fil blanc. Aucune surprise sauf un petit rebondissement sur la fin mais qui pour moi n'a pas relevé du tout l'intrigue et l'histoire.
Je ne me suis attachée à aucun des personnages, aucun n'a eu grâce à mes yeux, que ce soit Karen ou Tom. 

J'ai quand même voulu connaître le fin mot de l'histoire et voir où voulait en venir l'auteur. 
Une histoire qui se lit bien mais qui ne restera pas en mémoire bien longtemps je pense. Dommage, car il y avait là de quoi, je pense, faire un bon thriller psychologique si le côté manipulation, harcèlement avait été un peu mieux développé. 

Je vous laisse vous faire votre propre opinion sur ce livre ;-) 

mercredi 23 janvier 2019

Le tombeau d'Appolinaire de Xavier-Marie Bonnot - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****

" Que la guerre est belle ! Mensonges, tout ça. " Dans les tranchées de la Grande Guerre, le sergent Philippe Moreau dessine les horreurs qu'il ne peut dire. Son chef, le sous-lieutenant Guillaume de Kostrowitzky, écrit des articles, des lettres et des poèmes qu'il signe du nom de Guillaume Apollinaire. La guerre, comme une muse tragique, fascine l'auteur d'Alcools. Pour Philippe Moreau, jeune paysan de Champagne, elle est une abomination qui a détruit à jamais son village. Blessés le même jour de mars 1916, les deux soldats sont évacués à l'arrière et se perdent de vue. Philippe Moreau va tout faire pour retrouver son lieutenant. Une quête qui l'entraîne jusqu'à Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, où il croise Cendrars, Picasso, Cocteau, Modigliani, Braque... Guillaume Apollinaire est mort il y a tout juste cent ans. À travers le regard attendri et critique d'un sacrifié de la Grande Guerre, Xavier-Marie Bonnot raconte avec puissance les dernières années de la vie de l'auteur du Pont Mirabeau.

Xavier-Marie Bonnot est un auteur que je suis depuis maintenant quelques années et dont j'apprécie les livres à chaque lecture. Que ce soit du polar ou de la littérature blanche (ou noire selon comment l'on ressent cette lecture) il arrive à toucher son lecteur et à lui faire découvrir des personnages qu'il connaît peu (en tout cas en ce qui me concerne).
Dans le tombeau d'Appolinaire, il retrace une partie de la Grande guerre de 14-18 où nous rencontrons Philippe Moreau, un jeune sergent d'une vingtaine d'années, obligé de partir défendre son pays alors qu'il aurait préféré continuer sa petite vie tranquille avec sa famille en Champagne. Dans les tranchées, il va faire la connaissance de son nouveau supérieur, Guillaume de Kostrowitzky, dit Guillaume Appolinaire. Cet étranger, venu faire la guerre en France par esprit patriotique à une autre vision du combat que celle du jeune Moreau. Mais dans les tranchées, parfois naissent de drôles d'amitiés. Jamais ces deux-là n'auraient pu se rencontrer dans une autre vie. Moreau, est un artiste dans l'âme, son petit secret est de dessiner la guerre, de la retranscrire à sa manière. Quant à Appolinaire, lui écrit pour expurger toutes les horreurs vécues. Ils vont donc sympathiser grâce à leur amour pour l'art.


Je dois dire que je ne suis habituellement pas fan des histoires qui se passent durant la première guerre mondiale. J'en ai lu très peu et j'avais peur en commençant ce roman de vite être lassée par les tranchées, les combats, et les différentes batailles. Mais connaissant la plume magnifique de Xavier-Marie Bonnot, je devais me douter que ce roman allait être une merveille. Il a su retranscrire les horreurs de cette guerre et en faire une beauté grâce à ses mots.  

Ce roman se découpe en 2 parties. Tout d'abord la guerre à l'état brut, les tranchées, le front en première ligne. La peur qui suinte de tous les pores des soldats. La douleur de perdre les camarades de régiment est aussi un coup dur. Ne pas savoir si sa famille est en vie aussi.
Et puis la démobilisation suite à une grave blessure. Appolinaire et Moreau vont se retrouver avec la même blessure de guerre et être démobilisé. Moreau décide de partir pour Paris pour retrouver son ami. Mais c
omment arriver à se remettre de la guerre, des traumatismes subit ?
J'ai énormément été touché par Moreau, ce jeune homme à peine adulte envoyé au front sans même avoir connu l'amour. J'ai été touché par l'amitié qu'il a ressenti pour Appolinaire. Son côté artistique m'a également beaucoup plu, moi qui aime aussi peindre et dessiner.

Ce livre ne se lit pas rapidement, il se lit lentement pour apprécier la plume, la poésie, le style  de l'auteur, pour pouvoir en apprécier chaque ligne. 
Xavier-Marie Bonnot est un auteur de grand talent qui excelle autant dans la littérature blanche que le polar. Il arrive à adapter son style à l'époque avec talent. 
Un roman que je vous conseille grandement.

Je remercie les Editions Belfond pour cette lecture.

Autres chroniques :


Le violon de Menuhin
La dame de Pierre
La vallée des ombres

mardi 22 janvier 2019

Le cimetière des mots doux d'Agnès Ledig - illustration Frédéric Pillot - Editions Albin Michel Jeunesse

**** Chronique de Jess ****


Une petite fille, Annabelle est amoureuse de Simon un jeune garçon atteint de leucémie. Après sa mort et pour faire face au deuil, elle lui écrit des mots doux qu'elle dépose dans la forêt qu'il aimait tant.


Cette chronique sera une première car il est rare que je donne mon avis sur un livre jeunesse. Mais c'est avec plaisir que j'ai découvert ce magnifique livre écrit par Agnès Ledig. 
Dans ce livre jeunesse, l’auteure traite d'un sujet sensible qu'on ne sait pas forcément comment aborder avec nos enfants : la mort d'un proche. Elle reprend deux personnages de ces précédents romans pour nous conter cette bien triste histoire. 
L'histoire d'Annabelle qui est amoureuse de Simon. Mais Simon est atteint d'une leucémie et va malheureusement décéder.
Grâce à sa plume magnifique, Agnès Ledig évoque la mort, le deuil, la peine de manière sensible et juste. 
Les mots sont simples, compréhensibles pour les tous petits. Les illustrations de Frédéric Pillot sont magnifiques et illustrent parfaitement l'histoire d'Agnès.

Un livre que tous les parents devraient avoir chez eux pour pouvoir atténuer la peine d'un enfant quand celui-ci est confronté à la mort d'un parent ou d'un ami. 
Je ne l'ai pas encore lu à mon fils de 6 ans mais une fois que ce sera fait je rajouterais son avis d'enfant qui peut être très différent de mon avis de maman. 


jeudi 17 janvier 2019

Enfermé.e de Jacques Saussey - Editions French Pulp

**** Chronique de Jess ****

Les premiers papillons ont éclos derrière ses paupières. Elle en avait déjà vu de semblables, enfant, un été au bord de l'océan, jaunes et violets contre le ciel d'azur.
Elle était allongée au soleil, l'herbe souple courbée sous sa peau dorée. Le vent tiède soufflait le sel iodé de la mer dans ses cheveux. Aujourd'hui, l'astre était noir. Le sol dur sous ses épaules. Et l'odeur était celle d'une marée putride qui se retire. Les papillons s'éloignaient de plus en plus haut, de plus en plus loin. Et l'air lui manquait. Lui manquait... Elle a ouvert la bouche pour respirer un grand coup, comme un noyé qui revient d'un seul coup à la surface. Les papillons ont disparu, brusquement effrayés par un rugissement issu du fond des âges...


Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu de livre de Jacques. J'avais un peu été déçue du dernier que j'ai lu 7/13 mais au vu des excellents retours de Enfermé.e je n'ai pas attendu longtemps pour m'en faire mon avis.

Jacques nous conte l'histoire de Virginie, née garçon, elle vit depuis sa naissance un enfer que personne ne semble vraiment comprendre. Son père au lieu de l'écouter, lui tapait dessus. Sa mère ayant peur de son père n'a jamais vraiment pris sa défense. Elle a donc fui le domicile parental dès qu'elle l'a pu. Mais une fois à la rue, les ennuis n'ont fait que continuer : prostitution, vol, et cambriolage qui va mal tourner et qui va l'envoyer pendant 12 ans en prison où elle va tout simplement vivre l'enfer.


L'histoire commence de nos jours quand Virginie est embauchée en tant qu'aide-soignante  au Centre (une maison de retraite). La spécificité du Centre est que tous les employés sont des repris de justice.
Jacques va alterner les chapitres entre le passé et le présent. Nous allons vivre avec Virginie de sa naissance à ce qu'elle vit actuellement.
Pourquoi fait-elle ce qu'elle fait au Centre? N'en a-t-elle pas marre de subir des horreurs à longueurs de temps? Je me suis posée la question tout au long du livre. D'ailleurs je dois avouer que j'avais commencé ce livre puis stoppé, pour le reprendre après ma petite discussion avec Jacques le week-end dernier. Pour moi c'était trop, trop de violence envers Virginie, trop de viols à répétition, trop de "sodomie". Mais je voulais comprendre où Jacques voulait en venir en nous racontant le calvaire de Virginie.

Le style de Jacques se bonifie de plus en plus. L'écriture est belle, poétique parfois malgré la noirceur qui s'en dégage. Il a pris un virage à 360 avec ce roman. J'ai été époustouflée par son écriture et la façon dont il va nous raconter cette histoire.
Le fait que l'héroïne du livre soit transgenre est bien évidemment un plus. Il a su décrire le calvaire que vivait ces personnes au quotidien (avec ou sans prison). Le regard des autres, l'incompréhension, le dégoût et la non reconnaissance. J'ai eu beaucoup d'empathie pour Virginie.
Seul petit défaut par contre, j'ai trouvé beaucoup d'incohérences temporels dans les retours en arrière.

Jacques Saussey nous prouve une fois de plus qu'il fait partie des grands, il n'a plus rien à prouver. Je pense qu'il peut tout se permettre dorénavant et qu'il peut tout oser. Ce livre en est la preuve. Un livre à découvrir.

Mes autres chroniques :


Nemours 2019

mercredi 16 janvier 2019

L'erreur de Susi Fox - Editions Fleuve Noir

**** Chronique de Jess ****


Sasha a toujours voulu un bébé. Sa grossesse se déroule à merveille, jusqu'au jour où elle se retrouve à l'hôpital pour subir une césarienne d'urgence. À son réveil, elle demande à voir son enfant. Alors qu'elle s'attend à vivre un moment magique, Sasha plonge dans un cauchemar bien réel. Le nourrisson qu'on lui amène n'est pas le sien. La jeune mère n'a aucun doute, même si personne ne la croit. Ni les infirmières qui évitent ses questions, ni son mari qui essaie de la convaincre, ni sa meilleure amie, appelée au secours. Pour tous, Sasha souffre d'un stress lié aux circonstances de la naissance. Mais ce serait oublier combien l'instinct d'une mère est profondément ancré en elle, en dépit des apparences. Si le bébé devant elle n'est pas le sien, où est passé son enfant ? Et qui a pu faire cette erreur ?

Quand Sasha accouche par césarienne prématurément suite à un accident, ce n'est pas du tout comment elle avait envisagé la mise au monde de sa fille. Totalement endormie lors de la césarienne, elle tombe des nues quand elle apprend que c'est d'un garçon qu'elle a accouché et qu'il est au service de néonat sous couveuse. Quand elle se rend auprès de son fils, pour elle il ne fait aucun doute que ce n'est pas son bébé mais qu'il y a eu une erreur du personnel hospitalier.
Sasha va tout de suite dire à tout le monde qu'il y a une erreur et qu'il faut retrouver sa fille. Tout le monde, notamment son mari, va penser qu'elle fait une dépression post-partum et qu'elle est en pleine psychose. Est-elle réellement en train de perdre la tête? Lui a-t-on vraiment échangé son bébé?
Susi Fox a le don d'appâter son lecteur dès les premières pages et d'instiller le doute dans notre tête. Les allers-retours dans le passé avec le point de vue de son mari permettent d'instaurer ce doute. Plus les chapitres passent et plus on se demande ce qui est vrai ou faux. J'adore ce genre de thriller psychologique où l'auteur joue avec mes nerfs. J'aime me sentir mal à l'aise, d'avoir de l'empathie pour le personnage principal. Je me suis mise à la place de Sasha. J'ai été en colère contre tout le monde comme elle a pu l'être.
La plupart des personnages m'ont paru imbuvable, notamment le personnel hospitalier.

La maternité dans sa globalité est le sujet de ce livre. La dépression post-partum est un sujet tabou. Je ne sais pas ce qu'il en est en Australie où l'histoire se déroule mais en France c'est un sujet dont nous ne parlons pas beaucoup. C'est d'ailleurs un mal répandu. L'auteure va aussi traiter des problèmes que rencontrent beaucoup de femmes à avoir des enfants. Sasha essayait depuis 8 ans d'avoir un enfant avant de finalement réussir à tomber enceinte. Et ce n'est pas la seule car sa meilleure amie aussi n'y arrive pas. Et pour avoir des amies qui sont dans la même situation je sais que c'est une épreuve pour elles.
L'instinct maternel est aussi pointé du doigt par l'auteure : peut-on savoir au fond de nous si un enfant est bien à nous ou pas? Peut-on aimer un enfant qui n'est pas biologiquement le sien?

J'ai trouvé qu'il y avait pas mal de longueurs dans ce livre. L'histoire se déroule sur une semaine et l'auteure fait quelques retours en arrière pour nous donner le point de vue de Mark. Le doute instillé par l'auteure est bien maintenu tout du long du livre. Je ne sais pas trop a ce que je m'attendais pour le final mais en tout cas pas celui-ci. J'ai été un peu dérouté par la fin.
C'est apparemment un premier thriller et je serais curieuse de lire son prochain pour voir le sujet qu'elle abordera. Ce ne sera pas un coup de cœur mais j'ai quand même passé un bon moment de lecture.

Je remercie les Editions Fleuve Noir pour cette lecture.

mardi 15 janvier 2019

L'empathie de Antoine Renand - Editions La Bête Noire

**** Chronique de Jess ****



Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.


« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfi n à assembler. On en parlerait. Une apothéose. »

Cet homme, c’est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, selon un mode opératoire inédit.

Face à lui, Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la « brigade du viol ».

Dans un Paris transformé en terrain de chasse, ces trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faudrait rouvrir ses plaies et livrer ses secrets. Un premier roman qui vous laissera hagard et sans voix par sa puissance et son humanité.


Voici encore un polar très différent de ce que je lis habituellement. Pourtant j'en lis du polar et il en faut maintenant beaucoup pour qu'un livre devienne un coup de cœur. 
Celui-ci est un immense coup de cœur. C'est simple je n'ai pas été autant emporté par un polar depuis Le tueur intime de Claire Favan. Et ça je peux vous dire que c'est un immense compliment. Du moins de mon point de vue. Je suis devenue complètement asociale pendant ma lecture, négligeant mes enfants pour pouvoir le finir.
Je vais avoir du mal à exprimer mon ressenti et à être à la hauteur de ce polar.
Plusieurs viols ont lieu dans Paris. Tout d'abord des jeunes femmes agressées et violées dans des ascenseurs. Puis des couples à leur domicile. En ce qui concerne les couples le problème à chaque fois est qu'ils ne savent pas comment le violeur est rentré chez eux. Est-ce le même violeur dans les deux cas? 
Les enquêtes vont être confiées à la brigade du viol. Anthony Rauch alias La poire et son équipe vont tenter de retrouver celui qu'ils vont surnommer le lézard.
Bizarrement nous sentons que La poire cache quelque chose. Tout comme sa binôme Marion. Pourquoi certaines personnes en la rencontrant la première fois semblent-ils la connaître? 

L'auteur a fait un travail remarquable sur ses personnages. Le livre va être découpé en plusieurs parties où il va reprendre chacun des personnages clés de l'histoire. Nous allons les connaître tous intimement, connaître leur histoire, leur enfance, leur secret, leur blessure, ce qu'ils ont vécu. La psychologie est tout bonnement époustouflante. J'ai énormément aimé la construction de ce livre. Certains personnages au départ m'ont paru bien égoïste et je n'ai eu aucune empathie pour eux mais en lisant leur point de vue j'ai vite changé d'avis. 
Ce polar est très  dur, l'auteur ne nous épargne aucun détails de l'horreur qu'a pu vivre ou faire vivre ses personnages. L'auteur ne fait aucun cadeau à ses personnages et par conséquent à nous aussi pauvres lecteurs témoins impuissants de l'histoire. J'ai eu énormément de mal à stopper ma lecture.  

Je pense que c'est la première fois que je pleure en lisant un polar. Je suis passée par tout un tas d'émotions contradictoires pendant ma lecture. Ce livre est tout simplement époustouflant. L'immersion dans l'histoire est totale. Aucun temps mort tout s'enchaîne à merveille.
 
Il semblerait que ce soit un premier polar pour cet auteur et je suis totalement subjuguée par la qualité de l'histoire, de style et d'intrigue. Je découvre un nouvel auteur plus que prometteur et que je vais suivre de très prêt.
Un conseil ne passez pas à côté de ce livre.

vendredi 11 janvier 2019

L'étrange cohérence du sablier de Tristan Marco - Auto édition


**** Chronique de Jess ****


Gabriel Caplain entre dans une quarantaine tumultueuse sur le plan sentimental, mais placée sous le signe de la réussite professionnelle. 
Par un heureux concours de circonstances, il vient d’obtenir un poste qui semble avoir été taillé sur mesure pour lui, au sein de la plus grosse multinationale de la place parisienne. 
Rapidement, son employeur, un richissime homme d’affaires américain dont la personnalité est drapée d’un épais voile de mystè
re, propose à Gabriel de participer à une expérience des plus étranges, visant à démontrer que l’âme humaine est soumise au cycle inéluctable des réincarnations.
Appât du gain, besoin de donner un sens à sa vie, ou simplement quête d’aventure, Gabriel accepte de se lancer dans un voyage initiatique qui le mènera sur le chemin tortueux de l’exploration de son Histoire... de ses histoires.
Mais certains souvenirs doivent-ils vraiment quitter les abysses de l’oubli ?
 
 
Dès la première ligne lue j'ai été un peu déroutée en voyant la date de l'histoire : 2064. Je me suis dit mince j'aime pas lire des livres qui se déroulent dans le futur. Mais j'ai passé outre ce détails et j'ai continué ma lecture. Et je peux vous dire que si j'avais écouté ma première intuition je serais passée à côté d'un super bouquin. Je n'ai jamais lu une histoire pareille.
 
Gabriel Caplain est un jeune quarantenaire qui est chef de la sécurité d'un des plus grands groupes en France. Il a commencé ce travail depuis peu et n'a encore jamais rencontré le PDG : Pierre Jouvenceau. Quand ce dernier le convoque pour une réunion confidentiel, Gabriel se demande bien ce qu'il peut en être.
M. Jouvenceau va lui proposer une expérience pour le moins extraordinaire et hors norme. Il a mis au point un procédé qui permet de retourner dans nos vies antérieures et souhaite connaître les 3 dernières vies de Gabriel. Il veut revivre les deux derniers jours de chaque vie pour en faire une étude. Les données seront confidentielles et seul M. Jouvenceau connaîtra les détails de ces vies. Gabriel n'en aura aucun souvenir.
Et tout ça en échange de 450000 euros. Gabriel accepte le deal sans réfléchir.
 
 
Premièrement, j'ai beaucoup aimé me plonger dans ces nouvelles vies. L'impression de lire 4 histoires en une seule. Et surtout comme on sait que le personnage va mourir on se demande bien ce qui va lui arriver. Gabriel sera tout d'abord Douglas, un pilote d'hélicoptère américain, ensuite Alice une jeune artiste corse, et enfin le père Federico en Italie.
Au fur et à mesure des différentes vies, j'ai commencé à essayer de comprendre quel était le lien entre les quatre vies. J'ai cru comprendre à un moment, je me suis torturée l'esprit en essayant de trouver le fin mot de l'histoire. Et au final lorsqu'enfin j'ai compris je me suis pris une belle claque. Ce bouquin est tout simplement époustouflant. Il fait réfléchir le lecteur sur la Vie en général, sur la religion qui est beaucoup présente dans ce roman. Et sur la mort surtout. C'est drôle car je suis persuadée de la vie après la mort et des vies antérieures. Et ce roman est tellement bien fichu qu'on y croit encore plus.
 
Les sceptiques resteront toujours sceptiques je pense mais ce livre fait vraiment réfléchir. Le style de l'auteur est très agréable à lire. Les différents personnages très attachants, à part le dernier mais je n'en dirais pas plus. La description de la vie en 2064 n'est pas trop fantaisiste et pourrait très bien être comme ça. J'avais peur que l'auteur tombe trop dans le fantastique avec des gadgets improbables mais heureusement non.
Un livre à découvrir absolument. Je ne regrette pas une seule seconde d'avoir accepté la proposition de l'auteur de lire son livre.
Comme quoi je le répète il y a de belle pépite dans l'auto-édition.