samedi 29 décembre 2018

Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas D'Estienne D'Orves - Editions Calmann-Levy

**** Chronique de Jess ****


ESPIONNE, PROSTITUÉE, AVIATRICE,
RÉSISTANTE, HÉROÏNE DE CINÉMA…
L’HISTOIRE VRAIE D’UNE PETITE
COUTURIÈRE QUI S’EST FORGÉ
UN DESTIN EXTRAORDINAIRE

Quel personnage, cette Marthe Richard ! On la connaît pour la fermeture des maisons closes, on imagine une bigote moralisatrice, mais qu’'on est loin de la véritable histoire…

De sa vie excitante et hors norme, Nicolas d’'Estienne d’'Orves tire un portrait haut en couleur, sensible et truculent, faisant surgir le romanesque dans les recoins cachés de la vérité.

Avant de lire ce livre, je ne connaissais pas du tout Marthe Richard, je remercie donc les Editions Calmann-Lévy ainsi que Nicolas D'Estienne D'Orves pour m'avoir aidé à remédier à cette ignorance. Dès les premiers chapitres, j'ai été totalement immergée dans la vie de cette femme passionnante.

L'auteur nous raconte la vie de Marthe Richard née Betenfeld en Lorraine en 1889 de façon autobiographique. Une femme au destin incroyable mais où il a toujours été difficile de vérifier les dires. Sa vie a souvent été enjolivée d'où la difficulté à la retracer de façon authentique. Mais l'auteur a su nous raconter sa vie de façon passionnante.
Marthe est née dans une famille modeste. Dès qu'elle l'a pu, elle s'est échappée de cette vie qui ne lui plaisait pas. A 16 ans, elle fuit le domicile de ses parents pour tomber dans les bras d'un rabatteur qui va lui promettre monts et merveilles. Elle va vite se prostituer dans une maison close de Nancy avant d'être arrêtée par la Police des Mœurs et ramenée chez ses parents. S'ensuit toutes une série d'aventures.
Marthe va vivre des choses formidables. Tantôt aviatrice, tantôt espionne pendant la Première guerre mondiale et la Seconde guerre, elle va jouer un rôle dans l'Histoire de France.
Plusieurs hommes vont avoir une part importante dans sa vie et dans ses choix.
J'avais un peu peur que l'auteur se perde dans des longueurs surtout pendant les différentes guerres mais pas du tout. Tout est décrit à la perfection et justesse.

Nicolas D'Estienne D'Orves nous offre une biographie hors norme. Grâce à ce livre, j'ai rencontré une femme d'exception à la vie extraordinaire. Comme il le dit lui-même, il s'est autorisé à donner un côté romanesque à la vie de Marthe et je pense que c'était une très bonne idée.
Une biographie à découvrir de toute urgence pour découvrir cette femme haute en couleur qui a eu une vie exceptionnelle.



mardi 18 décembre 2018

Délicieuse de Marie Neuser - Editions Fleuve Noir

*** Chronique by Aurélie ***


4ème de couverture
L'histoire commence ainsi: une femme parle à l'homme qu'elle aime. 
Devant elle: les restes d'un repas. 
Plutôt que le papier, elle a choisi l'écran. 
A l'intimité d'une lettre, elle a préféré la vidéo et la multitude des réseaux sociaux. 
Cette femme c'est Martha Delombre, psychologue criminelle habituée aux confessions les plus abominables.
C'est désormais à son tour de se confesser. L'impudeur ? Peu lui importe, car tout le monde doit savoir. A commencer par lui. Le traître.


Mon avis
Je remercie les éditions Fleuve Noir pour cette lecture. 

Raph est artiste, Martha est psychologue criminelle de grande renommée. Ils vivent ensemble depuis une vingtaine d'années et ont eu un petit garçon, Alex. 
Tout commence par ces mots : "Il faut que je te parle", ces six mots destructeurs que tout le monde redoute... Six mots qui ont déclenché une folie furieuse dans la tête de Martha Delombre. Martha se filme devant les restes d'un repas, elle se confesse et nous raconte son histoire. Une Martha profondément blessée part à la reconquête de l'être aimé.

Ce roman est un monologue qui peut en désarçonner plus d'un. La preuve Jessica (ma binôme) l'avait reçu mais l'a très vite abandonné. Du coup, j'ai été intriguée et j'ai décidé de satisfaire ma curiosité. Cet opus est d'une singularité extrême, surprenant mais prenant, ça passe ou ça casse. 
Pour ma part, j'ai complètement adhéré à l'histoire et au style. Un style littéraire, descriptif, je dirais même qu'il s'agit d'une introspection intime qui vous prend aux tripes. Cependant, j'ai dû étaler ma lecture du fait de ma situation personnelle (séparation, mais pas d'adultère). Les sentiments de Martha me parlaient beaucoup trop. J'ai eu mal pour Martha car l'auteure fouille dans les tréfonds de l'âme. Marie Neuser est entrée dans ma tête, dans mon cœur, dans mon âme... Elle a su me toucher par différents canaux tels que son style, sa plume, sa littérature que j’appellerais le "made in Neuser". Les descriptions sont décrites à la perfection comme si elle avait vécu tout cela. A tout cela s'ajoute une écriture crue, parfois même trash.

"Délicieuse" est un tsunami dévastateur, une spirale où on est aspiré dans les tréfonds de la folie, de la vengeance. Entre l'amour et la haine, la vie et la mort, les frontières sont minces voire invisibles. Sur le fil du rasoir, de quel côté basculerez-vous ? A quel moment sombrerez-vous ? L'auteure nous déroule le tapis rouge avec pléthore d'émotions. Une avalanche de sentiments puisés au plus profond de soi. C'est un roman psychologique noir et fort, mêlé à une introspection intime et personnelle. Chaque geste, chaque parole,... tout est disséqué (à l'image de cette magnifique couverture) comme une autopsie.

Si vous n'avez pas froid aux yeux, je ne peux que vous conseiller cette lecture qui m'a littéralement habité.

# By Aurélie :)

lundi 17 décembre 2018

Requiem pour un fou de Stanislas Petrosky - Editions French Pulp

**** Chronique de Jess ****

Pour commencer, prenez :
-Un prêtre exorciste agent du Soda-litium Pianum, les services secrets du Vatican;
-un curé qui a compris qu'il avait fait le voeu de célibat et non de chasteté;
-un homme d'Eglise qui manie la langue d'Audiard avec amour;
-un abbé qui vous confesse avec la délicatesse du marginal de Jacques Deray.
Vous obtiendrez Requiem...

Depuis le premier tome des aventures d'Esteban Lehydeus alias Requiem j'ai eu un coup de foudre pour ce curé pas comme les autres (retrouvez toutes mes chroniques en fin d'article). Requiem est un curé 2.0. Le vœu de chasteté il ne connaît pas, il a un vocabulaire qui ferait frémir les plus cathos mais c'est justement pour ça que je l'aime tant. Et comme je l'ai déjà dit et redit :"des curés comme lui pourraient me donner envie de me faire baptiser!".

Notre Requiem dans cette nouvelle histoire est sur la région parisienne et aide  l'association Magdalena qui vient en aide aux gens de la rue (prostituée et SDF). 
Mais les ennuis vont vite arriver quand un SDF est retrouvé mort dans un appartement. Regis, l'ami flic de Requiem va l'appeler en renfort car il semblerait que le tueur est un message à lui adresser. En effet, le mort est retrouvé agenouillé sur un prie Dieu et il y a le dernier bouquin de Requiem sur la scène de crime. Et des prières sont écrites sur les murs à côté du cadavre. Mais pas des prières comme les autres, des paroles de chansons sont mélangés aux prières d'origine. Et pas les chansons de n'importe qui mais de notre Johnny national qui est mort il y a moins d'un an!
Un vrai casse-tête se met en place surtout que les cadavres vont s'accumuler et que finalement ils auront à faire à un tueur en série. Requiem va devoir partir en infiltration pour trouver qui lui en veut et arrêter le carnage.

Encore une fois j'ai passé un excellent moment de lecture avec mon curé préféré. C'est toujours aussi cru et comique. Personnellement ce livre m'a fait changer ma perception de certaines réalités. Notamment en ce qui concerne les gens de la rue. Stanislas nous offre une vraie leçon de vie dans son bouquin. Il reprend ce qui a si bien fonctionné dans les trois tomes précédents. Soit on aime soit on déteste mais moi personnellement j'adore. Nous faisons partie une fois de plus de l'histoire et de l'enquête, en immersion totale avec les protagonistes.

Si vous ne connaissez pas encore Estéban Lehydeux et ses enquêtes policières hors normes je ne peux que vous conseiller de les lire.
 
Je remercie les Editions French Pulp pour cette lecture.

Mes autres chroniques :


Je m'appelle Requiem et je t'....
Dieu pardonne lui pas
Le diable s'habille en licorne


vendredi 14 décembre 2018

L'île au ciel noir de Lara Dearman - Editions La bête noire

**** Chronique de Jess ****


Bienvenue sur la minuscule île de Sercq, surnommée l' île de ciel noir "...
Pas de voitures sur les routes, seulement des calèches et des vélos. Pas de lumière la nuit, seulement les étoiles dans un ciel parfaitement noir. Ce petit bout de terre, situé à quelques kilomètres à l'est de Guernesey, c'est l'île de Sercq. Population : quatre cent cinquante habitants.
Quand des ossements humains y sont découverts et qu'un vieil homme est brutalement assassiné chez lui, l'inspecteur-chef Gilbert est appelé de Guernesey pour se charger de l'affaire – suivie de près par la journaliste Jennifer Dorey, qui vient recueillir les réactions des îliens pour son journal. Entre superstitions, histoires de fantômes et de diable, Michael et Jenny vont découvrir que ce havre de paix et de sérénité cache en son coeur de bien sombres secrets...


L'île au ciel noir de Lara Dearman Editions La bête noire


Il me tardait de lire le deuxième polar de Lara Dearman, j'avais eu un coup de cœur pour son premier La griffe du diable (mon avis ici).
Je retrouve dans ce second opus tout ce que j'avais aimé dans le premier : le choix du lieu (une petite île), des personnages forts, une intrigue parfaite et enfin les réponses aux questions dont je n'avais pas eu de réponses dans le précédent. Ce livre est la suite directe du premier. Personnellement, je préfère vous conseiller de les lire dans l'ordre.


Cette fois-ci, Jennifer Dorey, journaliste aux Nouvelles de Guernesey part sur l'île de Sercq pour écrire un papier sur des ossements retrouvés dans une grotte. Mais à peine arrivé sur l'île, un homme vient d'être retrouvé égorgé. Elle va de nouveau enquêter avec l'inspecteur-chef Michaël Gilbert. Ce dernier suite à la précédente enquête est sous la surveillance des hautes autorités. Il n'a plus le droit à l'erreur et doit retrouver le ou les coupables rapidement. Mais il va se retrouver confronté à des habitants taiseux qui n'aiment pas qu'on fourre le nez dans leurs affaires. Il va donc falloir déterrer quelques secrets. Y a-t-il un lien entre les ossements découverts et la mort du vieil homme?
Jennifer va aussi en profiter pour enquêter sur la mort de son père. Elle n'arrive pas à croire que ce soit un accident et va tout faire pour prouver le contraire.
Dans cette nouvelle enquête, chacun dévoilera une face cachée et des secrets bien gardés. Rien de tel qu'une petite île de 450 habitants. Un lieu parfait pour un polar.


L'auteure va alterner les chapitres qui mettent en scène les différents personnages (Jennifer et Michaël mais aussi la femme de l'homme assassiné). Entre passé et présent, nous allons chercher tout au long de l'histoire ce qui se cache sur l'île.
J'ai été totalement emportée par l'histoire. J'ai eu beaucoup de mal à le poser et j'avais hâte de continuer ma lecture.

Je suis une fois de plus ravie de ma lecture. Et cette fois je ne pense pas qu'il y aura de suite et j'ai donc hâte de voir ce que va nous concocter l'auteure par la suite.
Je vous conseille vivement cette lecture !

samedi 8 décembre 2018

Mes pas dans les tiens de Fioly Bocca - Editions Denoël

**** Chronique de Jess ****

Alma, 35 ans, libraire à Bologne, et Frida, une psychiatre de 55 ans, toutes deux éprouvées par la vie, font connaissance sur le chemin de Compostelle. Alma raconte son histoire d'amour malheureuse avec Bruno tandis que Frida se tait, la perte de son époux dans un bombardement en Syrie la faisant trop souffrir.

Lors d'un séjour en vacances avec une amie, Alma tombe follement amoureuse de Bruno. Mais leur histoire va se terminer quelques mois plus tard la laissant démunie.
Elle décide de faire le point avec elle-même en allant faire le chemin de Compostelle. Elle va y rencontrer Frida, une italienne comme elle, qui a perdu son mari en Syrie. Les deux femmes vont faire une partie du Chemin ensemble, se livrant tout du long et essayant de trouver la paix.
Les chapitres alternent entre la marche des deux femmes et le passé de chacune d'elles. Elles vont revenir sur ce qu'il leur a fait mal, sur leur quête du deuil pour l'une et l'oubli pour l'autre.

Le style est poétique et magnifique. J'ai eu un peu l'impression de lire un roman d'Agnès Ledig. Un livre court qui se lit d'une seule traite. 
Je ne suis pas croyante du tout et ce qui est drôle c'est que ça fait deux fois en peu de temps que j'entends parler du Chemin de Compostelle (une émission à la TV et ce livre). Et malgré le fait que je ne sois pas croyante j'aurais envie de faire ce chemin. L'auteure décrit à merveille le parcours des deux femmes, des rencontres qu'elles vont y faire, des paysages qu'elles vont découvrir et de la paix intérieure qui vont les habiter tout du long. 
J'ai eu l'espoir qu'Alma retrouve Bruno lors de ce voyage car une surprise inattendue va se glisser entre les pages de ce roman. 

Un roman plein d'espoir et de belles citations. Ma chronique sera courte car le roman fait moins de 200 pages. Mais en seulement 200 pages l'auteure nous offre un roman merveilleux, plein de délicatesse. 

Les deux personnages sont forts et leurs recherches personnelles ne peuvent que nous toucher. Nous avons tous connus je pense le deuil d'une relation qui s'est mal terminée et les mots pour décrire leurs sentiments sont parfaitement trouvés. 

Je ne peux que vous conseiller ce roman plein d'espoir.

Je remercie les Editions Denoël pour cette lecture. 

vendredi 7 décembre 2018

Le temps de l'amour de Colleen McCullough - Editons l'Archipel

**** Chronique de Jess ****


À seize ans, Elizabeth est à peine sortie de l'enfance, et pourtant son père l'envoie épouser un parfait inconnu à l'autre bout du monde. À son arrivée en Australie, Elizabeth découvre un pays immense et sauvage et un homme qui l'impressionne et lui fait peur.
Pourtant, Alexander est aux petits soins avec sa ravissante épouse, mais en vingt ans à parcourir les coins les plus reculés du monde il a perdu l'habitude de traiter avec de jeunes filles innocentes ...
Heureusement il y a la sulfureuse Ruby qui, malgré son propre amour pour Alexander, prend Elizabeth sous son aile ... jusqu'au jour où celle-ci croise le chemin de Lee, le jeune et magnifique fils de son amie ...


Premier livre que je lis de l'auteure Colleen McCullough. J'en avais entendu parler pour avoir vu et revu Les oiseaux se cachent pour mourir, un de ses grands classiques. Honte à moi par contre de ne pas les avoir lu !
J'ai lu qu'apparemment la plupart de ses romans sont de grandes sagas qui s'étalent sur de longues périodes. Le temps de l'amour ne déroge pas à la règle. 
L'histoire commence en 1872 pour s'arrêter en 1900. J'aime les histoires qui retracent la vie des personnages sur le long terme. Nous apprenons ainsi à les connaître en profondeur. 
L'auteure nous conte l'histoire d'Elisabeth qui, à l'âge de 16 ans, va partir en Australie pour épouser son cousin Alexander Kinross qu'elle n'a jamais rencontré. Elle va dès le premier coup d'œil ressentir une profonde aversion pour son futur époux. 
J'ai eu beaucoup de mal avec le personnage d'Elisabeth. Je l'ai trouvé froide, frigide, méchante, égoïste et puérile. Sûrement parce qu'elle était jeune au moment de son union avec Alexander. Mais même au fil des années, elle continuera à être froide pour masquer ce qu'elle peut ressentir réellement. C'est bien simple, on a l'impression qu'elle ne supporte personne ! Pas même ses propres enfants. Et puis, après avoir lu la moitié de l'histoire, mes sentiments pour elle ont changé. J'ai finalement compris son mal-être.

Le premier chapitre va nous raconter Elisabeth. S'ensuit un chapitre où nous découvrons Alexander et comment il a fait pour amasser sa fortune. Contrairement à Elisabeth, je me suis prise d'affection pour Alexander. Même si ce dernier trompe sa femme avec Ruby, une ancienne tenancière de bordel, qui va devenir associée dans son entreprise. Et en ce qui concerne Ruby, j'ai eu les mêmes sentiments que pour Alexander. J'ai ressenti du respect pour cette femme forte qui a su s'élever au-dessus de son rang et fait taire les mauvaises langues. Elle va devenir rapidement la meilleure amie d'Elisabeth. Chose qui pourrait passer pour scandaleux pour l'époque mais Elisabeth va trouver en Ruby une alliée.

Par contre le côté historique du roman m'a un peu dérangé et notamment tout l'aspect économico-politique de l'époque. Les syndicats / groupes politiques, ce n'est pas ma tasse de thé à la base et du coup certains passages m'ont beaucoup ennuyé. Tout comme les descriptions sur les différents métiers des mines et autres professions qu'Alexander a exercé. Un peu trop de longueurs et de détails techniques à mon goût. Mais je dois reconnaître que le travail de recherche est admirable !
Chaque personnage est merveilleusement bien travaillé. Et comme je le disais plus haut nous allons les côtoyer sur une très longue période. Nous allons en voir grandir certains, et mûrir d'autres.
Nous retrouvons tous les ingrédients d'un bon roman dans ce livre : amour impossible, scandale, aventures, dépaysement, voyages, destin brisé. 
Autre petit bémol, j'aurais aimé que l'histoire entre Elisabeth et l'homme qui va lui faire découvrir l'amour arrive un peu plus tôt.
Autrement, j'ai passé un excellent moment de lecture et j'avais hâte tous les soirs de me replonger dans ma lecture et de partir dans le bush australien.

Si vous aimez les sagas familiales je ne peux que vous conseillez ce roman. 

Je remercie les Editions l'Archipel pour cette lecture.