lundi 28 mai 2018

Les marcheurs de Frédéric Mars - Editions La mécanique générale / RING

**** Chronique de Jess ****

9 septembre, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s'est-il arrêté sur le quai de la station qu'il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz McGeary, les deux agents chargés de l'enquête, doivent admettre qu'ils sont confrontés à une attaque terroriste d'une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d'autant plus difficile à contrer qu'elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d'eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S'ils s'arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu'ils soient, quels que soient leur âge, leur sexe et leur couleur de peau. La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les marcheurs de la mort ne fait que commencer.

Je remercie les Editions RING pour cette nouvelle lecture.
11 ans après les attentats du 11 septembre, New-York est toujours sous le choc de ce drame malgré les années qui passent. Deux jours avant la cérémonie d'inauguration de la Tour de la Liberté construit sur les ruines des tours jumelles, un nouveau drame se prépare. Un homme marche en direction du métro et à peine s'arrête-t-il qu'il explose en faisant sauter la station de métro. Peu à peu de nouveaux cas apparaissent dans tout le pays.
Dès le départ, les différentes agences gouvernementales pensent à des kamikazes. Mais au fur et à mesure de l'enquête, il s'avère que chaque personne qui a explosé était porteuse d'un pacemaker. Toutes les personnes ont reçu des consignes : elles doivent marcher jusqu'à un endroit précis et si elles arrêtent de marcher elles explosent.
Frédéric Mars nous offre un polar sous fond de terrorisme plus réel que fictionnel. Je suis partie loin pendant ma lecture avec Sam Pollack, l'enquêteur en charge de l'affaire.
Je suis partie à New-York, une ville que je connais très bien pour y avoir vécu. L'auteur la connaît aussi comme sa poche. Ca m'a fait bizarre d'imaginer New-York en ville fantôme où tous les coups sont permis.
Je me suis dit tout au long de ma lecture "mais comment l'auteur a eu une idée pareille!?".
Une idée donc particulièrement bien pensée. L'auteur a fait un travail de recherche remarquable sur les USA et les différentes agences gouvernementales. J'avais peur que toutes cette partie soit un peu indigeste à comprendre mais le style de Frédéric Mars et ses explications sont vraiment très claires et éducatives. Un style incisif, qui va droit au but sans longueurs. Et pourtant en voyant le pavé, on pourrait se dire qu'il va forcément y avoir des longueurs et non.
L'auteur a le soucis du détail au point de nous décrire certains "marcheurs" afin de rendre la situation encore plus dramatique.
La quête du coupable mais aussi de comment faire pour désactiver tous les marcheurs va devenir la mission principale des enquêteurs. Chacun va être touché dans cette affaire que ce soit personnellement ou professionnellement.
Des rebondissements et un rythme de dingue tout au long de ses 720 pages. J'ai pris le temps de le lire, de savourer cette histoire de malade. J'avais pourtant envie de savoir si certains marcheurs allaient s'en sortir et comment les Etats-Unis allaient gérer ce problème.

Chapeau bas à l'auteur d'avoir écrit un tel pavé bourré de suspens, qui nous laisse essoré  après l'avoir refermé. Une histoire de fou, un scénario horrible à imaginer. J'imaginerais bien cette histoire sur grand écran, je pense que ce serait un succès!

Un livre à ne surtout pas râter. Un livre qui change de mes lectures habituelles. Une lecture passionnante du début à la fin.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire