lundi 7 mai 2018

Les lumières de Cape Cod de Beatriz Williams - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****

 
Avec pour toile de fond la bonne société de l'Amérique des sixties, Beatriz Williams livre le magnifique et troublant portrait d'une femme prise au piège de la passion, du pouvoir et du mensonge.

1966, Cape Cod.
" Tiny " c'est Christina, la troisième sœur de la famille Schuyler, la plus élégante, la plus douce, la plus parfaite. Mariée à Frank Hardcastle, homme politique très influent, Tiny mène une vie de gala et de cocktails dans les jardins cossus de Cape Cod, où les Hardcastle ont établi leur bastion. Mais alors que Frank est donné favori pour les élections présidentielles, deux événements viennent troubler la vie a priori idyllique de sa belle épouse : c'est d'abord les courriers menaçants d'un maître chanteur ; puis, les retrouvailles inattendues et déstabilisantes avec le vétéran Caspian Harrison, de retour de la guerre du Vietnam. Avec ce premier amour qui réapparaît, c'est tout le passé de Tiny qui ressurgit. Un passé bien moins lisse qu'il n'y paraît, fait de passion, de mensonges, de drames. Et dont l'écho, s'il venait à gronder, pourrait nuire à la réputation irréprochable de toute la famille Hardcastle...
Les sentiments ont-ils une place dans la course au pouvoir suprême ?
 
 
 
Voici le deuxième roman d'une trilogie sur les sœurs Schuyler. Le premier La vie secrète de Violet Grant (ma chronique ici) mettait en scène Vivian. Dans ce nouveau roman une autre sœur est mise en avant Tiny.
Beatriz Williams reprend les mêmes ingrédients que pour son premier roman. Une alternance de chapitre qui mêle passé et présent. Mais un passé moins lointain que dans son premier roman. Ici seulement 2 ans sépare les deux périodes.
 
L'histoire alterne donc entre 1966 et 1964. Pour l'année 1966 nous avons le point de vue de Tiny. Elle est l'épouse de Franck Hardcastle promu à un brillant avenir dans la politique. Tiny a la vie que sa famille lui a destiné : l'argent, de belles demeures, un train de vie que toutes les jeunes filles rêvent d'avoir. Mais Tiny ne s'est jamais senti à l'aise dans ce rôle. Elle ne supporte plus la vie qu'elle mène, les faux-semblants. Et l'arrivée de Caspian va renforcer ses sentiments. Et quand en plus elle reçoit des lettres d'un maître chanteur tout va se bousculer en elle.
 
Caspian c'est le cousin de Franck. C'est lui qui nous raconte ce qu'il s'est passé deux ans auparavant. Il est tombé fou amoureux d'une jeune fille qui n'est autre que Tiny. Mais les deux jeunes gens ne savent pas qu'ils sont liés par leur famille. Elle, veut fuir avant son mariage cette vie qu'elle ne souhaite finalement pas avoir. Lui va tenter de l'aider comme il le peut sachant que dans une douzaine de jours il repartira se battre au Vietnam.
 
L'alternance de chapitre comme pour son premier opus nous donne qu'une seule envie vite tourner les pages pour savoir ce qu'il s'est passé ou ce qu'il va se passer pour Tiny.
Les personnages sont très bien dépeints et l'ont a vraiment l'impression de faire un bond dans le passé et de rentrée dans l'aristocratie américaine avec ses codes de conduites et ses bonnes manières. J'ai eu des sentiments ambivalent envers Franck, le mari de Tiny, et des sentiments forts pour Capian ce héros de guerre que j'ai imaginé beau, grand, fort avec une prestance qui fait qu'on ne peut que tomber sous son charme.

 
C'est la deuxième fois que je lis un roman qui se passe dans les années 60 des Etats-Unis et c'est toujours un véritable bonheur de lecture. L'auteur a pris son temps pour nous raconter l'histoire de Tiny et de Caspian. J'ai même eu parfois envie de lui dire d'accélérer un peu mais je pense que c'était fait exprès pour qu'on puisse savourer cette histoire d'amour impossible.
 
Encore une fois tous les ingrédients sont là pour en faire un très bon roman qui se lit tout seul. Une très bonne pause polar.
Il me tarde de lire le prochain roman de Beatriz Williams qui mettra cette fois en scène Pepper, une autre sœur de Tiny qui est également dans ce livre.
Et si vous vous demandez s'il faut lire avant La vie secrète de Violet Grant je vous confirme que non car chaque histoire est indépendante. Seul le lien familiale entre les protagonistes explique la trilogie.  
 
Je remercie les Editions Belfond pour cette lecture.
 
 
 
 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire