jeudi 5 juillet 2018

Une maison sur l'océan de Beatriz Williams - Editions Belfond

**** Chronique de Jess ****


Des tensions de l'Europe en guerre à l'Amérique jazzy des sixties, Beatriz Williams livre un final palpitant, une magnifique histoire d'amitié et de passion, pour ponctuer la trilogie des sœurs Schuyler.
À l'automne 1966, l'intrépide Pepper Schuyler est dans les ennuis jusqu'au cou : non seulement la belle est enceinte de son ex-patron, politicien influent qui la pourchasse à travers le pays, mais elle se retrouve seule et sans ressources. Son unique bien : une Mercedes de collection, qu'elle vient de vendre pour une coquette somme à une mystérieuse acquéreuse, Annabelle Dommerich.
Il faut dire que cette célèbre violoncelliste française attache une valeur sentimentale particulière à ce véhicule. Elle seule connaît l'histoire de cette voiture, de sa course éperdue à travers l'Allemagne nazie jusqu'à son arrivée en Amérique. Et le destin des deux amants en fuite qu'elle abritait...
Alors qu'Annabelle décide de prendre Pepper sous son aile et lui offre un refuge sur une plage déserte de Floride, les deux femmes se livrent peu à peu leurs secrets.
Ensemble, parviendront-elles à affronter les zones d'ombre de leur passé ?

Comme il me tardait de lire le dernier tome de la trilogie des sœurs Schuyler! L'attente n'aura pas été trop longue entre ma dernière lecture et celui-ci (voir les liens vers mes autres chroniques en fin d'article).
L'histoire commence là où nous nous étions arrêté dans le précédent roman. Nous avions rencontré Pepper dans Les lumières de Cape Code, qui avait un rôle secondaire mais qui restait bien présente dans l'histoire.
Nous apprenons donc à connaître un peu plus Pepper. Enceinte de plusieurs mois de son patron, un homme politique très influent, elle fuit en Floride. N'ayant rien dit à ses parents de sa situation, elle se morfond dans un hôtel en attendant la vente de la Mercedes qu'elle a retapé à Cape Cod l'été précédent. Mais une femme, Annabelle Dommerich, lui achète la voiture pour trois cents mille dollars. Grâce à cet argent, Pepper a de quoi voir venir. Mais Annabelle souhaite faire plus ample connaissance avec la jeune femme et surtout comprendre comment elle a pu retrouver la voiture qui lui appartenait dans les années 30.
Encore une fois, et c'est la touche de Beatriz Williams, l'histoire va alterner passé et présent.
Nous allons vivre au travers du récit d'Annabelle son histoire à partir de 1933.
Cet été là, elle va faire la connaissance de Stefan dans de fâcheuses circonstances. Ce dernier s'est fait tirer dessus et elle va l'aider en attendant le médecin. Elle va devenir sa garde-malade le temps de quelques jours et va finir par tomber amoureuse.
Mais la vie ne va pas être simple avec eux et va tout faire pour les séparer.
Dans les prémices de la seconde guerre mondiale, au tout début du nazisme et de ses lois abjectes, la vie de Stefan va être sur la sellette.
Pepper va quant à elle se réveiller dans la maison d'Annabelle le second jour pour trouver la maison vide. Où est passée Annabelle? Son fils débarque un soir, inquiet de ne pas avoir de nouvelle de sa mère. Pepper ne s'en inquiète pas plus que cela mais va profiter que le père de son bébé la retrouve pour mettre les voiles avec le fils d'Annabelle. 

Finalement, c'est plus la vie d'Annabelle que celle de Pepper que nous conte Beatriz Williams. J'ai été totalement embarquée dans la vie d'Annabelle. Les sentiments dégagés dans ce roman sont époustouflants ! On vit l'histoire d'amour d'Annabelle, on a envie qu'elle vive enfin avec l'homme qu'elle aime. J'ai regretté certain de ses choix. Les personnages et l'époque choisit sont merveilleusement bien dépeints. Nous sommes emportés dans le temps pour vivre dans les années 30 de l'avant-guerre.
J'aime les histoires d'amour impossible, j'aime les histoires qui se passe à une autre époque (surtout à cette époque) et ce livre m'a donné tout ce que j'aime. C'est un énorme coup de cœur que ce dernier tome. Je suis triste de quitter les personnages. J'aurai finalement aimé en savoir plus sur le devenir de Pepper. J'espère que Beatriz Williams remettra en scène cette dernière dans un nouveau roman.
Je verrais très bien cette histoire adaptée au cinéma. J'ai retrouvé dans cette saga un peu du style de Nicholas Sparks que j'adore. Donc si vous aimez cet auteur, lisez les livres de Beatriz Williams.

Un roman à lire cet été ou à un autre moment d'ailleurs.
  
Mes autres chroniques :

La vie secrète de Violet Grant
Les lumières de Cape Cod

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire