mardi 21 novembre 2017

Sans elle - Amélie Antoine - Auto-édition

**** Chronique de Jess ****
 
 
Il était une fois une famille heureuse et unie.
Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau.
Des enfants fusionnelles qui grandissaient ensemble et s'adoraient.
Jusqu’'à un soir de feu d’'artifice où l'’une d'elle se volatilise brutalement.

Il était une fois deux fillettes inséparables.
Jusqu’'à ce qu’'il n’'en reste plus qu'’une.
Il était une fois une histoire qui n’'a rien d’'un conte de fées.
 
 
Quand j'ai vu le projet d'Amélie et Solène j'ai eu hâte de découvrir ce qu'elles nous avaient concocté! Surtout que ce sont deux auteurs que j'affectionne en particulier Amélie (Elle saura pourquoi ;-)).
J'ai donc naturellement commencé par Sans elle. Une histoire qui commence banalement. Une famille, des jumelles (j'adore les romans avec des jumeaux!), une grosse bêtise qui se termine par une punition : Coline n'ira pas au feu d'artifice avec sa jumelle Jessica. Elle devra rester à la maison avec son père et attendre en vain le retour de sa jumelle qu'elle n'a jamais quitté plus de 10 minutes. Car malgré la rancune qu'elle ressent envers sa sœur elle n'aime pas être seule et a hâte que Jessica lui raconte sa soirée.
Mais tout ne va pas se dérouler comme prévu. Jessica voulant aller récupérer un collier lumineux offert gratuitement, échappe à la vigilance de sa mère et disparaît sans laisser de trace.
La descente aux enfers ne fait que commencer pour cette famille qui jusque là vivait sans problème. Et moi j'ai été directement plongé dans cette histoire et j'ai eu du mal à stopper ma lecture tant j'ai voulu savoir ce qui allait se passer.
 
Je pense que la plus grande peur d'une maman est de perdre son enfant. Moi-même étant maman et mon fils m'ayant déjà fait une frayeur je peux vous dire que la description des sentiments suite à la disparition de Jessica sont formidablement décrits.
La boule dans le ventre qui grandit et nous empêche de respirer, les images horribles qui nous viennent à l'esprit car forcément on pense toujours au pire dans ces cas là. La culpabilité, la peur, le doute, tous ces sentiments qui nous plongent dans l'angoisse absolu. Les "si" qu'on ne peut s'empêcher de penser. Si j'avais été avec elle chercher le collier, si je n'avais pas puni sa sœur, si on y était tous allé en famille rien ne serait jamais arrivé. Le jugement des autres qui culpabilise encore plus.
Mais en plus des sentiments de Patricia, Amélie décrit particulièrement bien ce que peux ressentir Coline, la jumelle restante. Car contrairement à une fratrie ordinaire, il y a un lien particulier entre des jumeaux. Et la perte de l'autre peut avoir des conséquences qu'on imagine même pas.
Nous allons donc suivre le quotidien de cette famille pendant plus de 10 ans en ayant nous-même l'espoir de revoir Jessica. De connaître la vérité, de savoir ce qu'il s'est passé cette fameuse nuit du 14 juillet 2004.

Comment survivre à la perte d'un enfant? Surtout en ne sachant pas ce qui lui est arrivé. Comment ne pas sombrer dans la folie et devoir continuer à vivre pour l'enfant qui reste? Coline va se retrouver démuni face à cette perte, face à sa mère qui va la délaisser petit à petit, face à la destruction de ses parents.
Amélie est vraiment excellente pour décrire le psychologique des personnages. Elle a su brillamment nous faire vivre l'enfer au travers des différents protagonistes de l'histoire. Comment chacun a vécu le doute, l'angoisse, l'attente tout au long de ses années de recherche. Comment certains ont mis leurs vies entre parenthèses (Coline et Patricia) et comment d'autre ont préféré fuir pour se reconstruire et éviter de sombrer (Thierry).

Un roman bouleversant où un simple petit incident peut avoir des conséquences qu'on ne peut imaginer. Ce livre m'a fait passer par tout un tas d'émotions au point de me bouleverser plusieurs fois. Je me suis sentie démunie face à la disparition de cette enfant, je me suis mise à la place de la mère a essayer d'imaginer comment j'aurai réagi face à ce drame horrible. Et la fin est totalement inimaginable! Il n'y a qu'Amélie pour nous scotché jusqu'à la dernière ligne.
Un livre qui restera longtemps gravé dans ma mémoire. Encore un pari réussi pour Amélie, et en ce qui me concerne c'est encore une fois un coup de cœur.
Je m'empresse de commencer celui de Solène car je suis curieuse de voir comment l'histoire ce serait déroulée sans la disparition de Jessica.

Ma chronique sur Avec elle ici


*****
 
L'avis d'Aurélie :

Je remercie Babelio pour sa masse critique.
C'est le premier ouvrage d'Amélie Antoine que je lis et je peux vous dire que ce fut une belle surprise.

Tout démarre par un défi entre les jumelles : Jessica et Coline. "Et si on ajoutait du parfum à maman dans le bain ?" La bouteille qui échappe des mains savonneuses glissantes de Coline. La punition tombe irrémédiablement sans possibilité de négocier. Coline sera privée de feu d'artifice et sera gardée par son père tandis que Jessica et sa mère s'y rendront. Mais n'oublions pas que nous sommes dans une fiction et que rien ne se passe jamais comme cela devrait. En voulant récupérer un bracelet fluorescent, Jessica lâche la main de sa mère et disparaît... Commence alors une longue descente aux enfers pour Patricia (la maman), Thierry (le papa) et Coline.

"Sans elle" est un roman psychologique très réussi où les sentiments, les émotions exacerbées des personnages sont l'essence même de ce livre. Chacun s'exprimera et affrontera à sa manière la disparition brutale et inattendue de Jessica. Patricia aura des sentiments forts et ne nous épargnera pas. Entre colère, abattement, acharnement, culpabilité, remords, elle nous absorbera dans sa spirale infernale. Avec Patricia, vous ressortez de là, complétement essoré. Mais Patricia n'est pas seule à souffrir, Coline aussi... La perte de sa jumelle est ingérable pour elle, surtout à 6 ans où l'on ne comprend pas forcément tous les tenants et aboutissants. Toutes les deux vivront dans une douleur incontrôlable et permanente. Seul Thierry aura un sursaut de survie...
Comment affronter cette situation ? Comment se reconstruire ? Comment continuer à vivre ? Est-ce possible d'éprouver à nouveau le sentiment du bonheur ?

Amélie nous plonge dans son monde avec une facilité déconcertante, entêtante. On ne peut pas rester de marbre face à l'histoire que l'auteure déroule. Elle installe une atmosphère étouffante alliée d'une tension palpable. Chaque en-tête de chapitre est immortalisé par un verbe fort dont il est le thème principal. En voici quelques exemples parmi les 18 chapitres : basculer, soupçonner, détruire, se déchirer et surmonter. Elle nous fait part de différentes visions qu'elle décortique dans le moindre détail. Ce don d'écriture, ce don de soi, Amélie nous l'offre au travers de son écriture fine et appliquée, sans aucune muselière. Elle nous soumets à une avalanche de sentiments puissants, un torrent d'émotions envahissantes. L'auteure sait chahuter son lecteur.

Une fin avec une chute vertigineuse qui ne m'a pas laissé indemne et qui m'a complétement scotchée. Une fin en apothéose, digne d'un bouquet final d'un feu d'artifice. L'auteure vous assène un uppercut dévastateur au moment où vous vous y attendez le moins. Tout simplement, Magistral ! Bravo Amélie ! :)

Forcément, je n'ai pas pu m'empêcher de me mettre à la place de Patricia, étant moi-même maman depuis un peu plus de 20 mois. On ne peut imaginer qu'une telle situation puisse nous arriver. Et si j'avais fait ça ou ça ? Tant d'interrogations et de suppositions, mais n'oublions pas qu'avec des "si", on peut tout réécrire à l'infini.

En bref, ce roman est bouleversant, percutant et vous mène à une addiction certaine. C'est un chef d'œuvre sur le plan psychologique. Un livre qui vous laisse à vif, à fleur de peau.

Amélie Antoine est une auteure talentueuse à suivre et qui nous promet de belles surprises. Je vais m'empresser de lire ses autres livres dont le tout dernier qui me parle intimement.

# By Aurélie :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire