mercredi 3 janvier 2018

Journal d'un notaire de campagne d'Alain Lebrun - Editions Marivole

4ème de couverture
1960, à Saint-Fly-en-Bray, commune rurale de 1 500 habitants. Fraîchement installé, maître Louis découvre un monde en pleine métamorphose. Arrivée du franc lourd, mécanisation, démantèlement des fermes… le jeune notaire assiste à l’expansion et à la prospérité croissante qui vont marquer cette décennie. Confident des uns, partageant leurs secrets les plus intimes, et conseiller des autres, il est confronté à de nombreuses affaires souvent cocasses et insolites, qui l’entraînent dans des aventures rocambolesques et le placent dans des positions parfois inconfortables. Assurément, le quotidien d’un notaire de campagne n’est pas de tout repos !


Mon avis
Je remercie les éditions Marivole pour cette lecture des années Sixties.

Je dois avouer que la 4ème de couverture a attisé ma curiosité. Et pourtant, cela n'était pas gagné d'avance car sincèrement je ne pense pas que j'aurais accordé un regard a cet ouvrage si je l'avais vu dans le commerce. Ne vous fiez donc pas aux apparences, ce livre est très plaisant à lire. Pour ma part, je l'ai lu en deux jours tellement j'étais avide de toutes ces histoires.

En 1960, Maître Louis, notaire, arrive sur Saint Fly, petit village d'un peu plus de 1000 habitants. Fraîchement débarqué, il devient vite la personne qu'on vient voir pour demander un conseil, un service ou tout simplement parler. Maître Louis va être au cœur des histoires afin de trouver une solution aux différents litiges ou aménager des arrangements. Il sera le témoin de beaux actes, mais aussi de décès...

Avec le "Journal d'un notaire de campagne", nous partons dans les années 60 avec les tracas et joies des gens du village. Nous ferons la connaissance de Marie, et des trois Jean (Jean-Jacques, Jean-Pierre et Jean-Paul) d'où tout commencera. J'ai particulièrement aimé la première anecdote avec "La bonne à Boniface" et sa suite avec "Dans le cochon tout est bon". Des anecdotes salvatrices avec une belle morale.

Nous ferons également la connaissance d'autres personnages tels que Gaston, Annie, Françoise,... toutes ces anecdotes se succèdent telles des nouvelles. Nous croiserons à nouveau des personnages des histoires précédentes, quoi de plus normal pour un si petit village où tout le monde se connaît et sait tout les uns sur les autres. L'attachement des gens pour leurs animaux ou leurs terres est inépuisable surtout dans "La vente aux enchères".

Je suis passé tour à tour par tous les sentiments : le rire, la dérision, la pitié, l'énervement, la satisfaction, la joie... L'émotion est présente quoi qu'il arrive. Un livre qui vit littéralement à travers ses personnages.

Alain Lebrun décrit l'atmosphère des années 60 avec ses difficultés, ses nouveautés,... toutes ces petites choses mais toujours avec une touche d'humour et de dérision. J'ai vraiment apprécié cette lecture où chaque histoire est unique.

Un beau moment de lecture avec toutes ses histoires qu'on est pressé de découvrir.

 By Aurélie :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire