lundi 26 mars 2018

Je serais le dernier homme.... de David Coulon - Editions Lajouanie

**** Chronique de Jess ****

Un chemin dans la campagne normande, trois heures du matin. Un homme passablement éméché, rentrant de chez sa maîtresse, regagne son domicile en essayant d'éviter les contrôles de police. Fenêtre ouverte pour tenter de se dégriser, il entend un coup de feu. S'arrête, descend, tend l'oreille. Fait le tour de sa voiture. Une silhouette apparaît, se précipite au volant et tente de démarrer... Courte échauffourée, il éjecte l'intruse de son véhicule, la tête de la malheureuse heurte une pierre. Le fêtard, dont nous ne connaîtrons jamais le nom, se retrouve avec le cadavre à demi-dénudé d'une jeune fille. Pourquoi dépose-t-il le corps dans son coffre, pourquoi le garde-t-il tentant tant bien que mal de masquer les odeurs putrides qui s'en dégagent ? Pourquoi cette fille était-elle seule dans ce champ de blé ? Et pourquoi agit-il de manière aussi incohérente ? Notre héros serait-il le dernier homme à pouvoir répondre à ses interrogations ?
 
 
Je referme ce livre en étant totalement déroutée par ma lecture. Je vois sur la toile des avis dithyrambiques et en général quand il y a que des bons avis moi j'ai tendance à avoir un avis totalement inverse.
Que dire de ce livre? Premier livre que je lis de David Coulon. La couverture est plus que magnifique, encore une fois Caroline a fait très fort. Elle représente très bien le livre et l'atmosphère qu'il s'en dégage.
 
Commençons par le commencement c'est à dire l'histoire. Histoire qui dès le départ m'a mise mal à l'aise. Je ne sais même pas pourquoi. Peut-être la situation dans laquelle le personnage principal met les pieds. Il (nous ne connaissons pas son prénom) rentre de chez sa maîtresse dans la nuit un peu bourré. Et à un moment il entend des coups de feu ou quelque chose ressemblant à des coups de feu. Il s'arrête en pleine cambrousse et sort de sa voiture. Et là il tombe sur une jeune femme totalement débraillée et ensanglantée qui va essayer de lui voler sa voiture. Ne réfléchissant pas il sort la demoiselle un peu violemment de sa voiture. Elle tombe et se fracasse le crâne sur une pierre. Morte sur le coup.
Que feriez-vous à sa place? Appelleriez-vous la police? Au risque de vous faire arrêter pour meurtre? Car au vue des blessures de la jeune femme on se doute qu'elle s'est échappée d'un endroit malsain où elle était captive. Notre personnage décide donc de mettre le corps dans le coffre de sa voiture. Je pense que c'est là que le malaise à commencé. Flippette comme je suis je pense que j'aurais appelé la police.
S'ensuit pour notre homme une descente aux enfers ni plus ni moins. Il va essayer de retrouver l'auteur du kidnapping qui apparemment n'en est pas à son premier coup d'essai et compte balancer le cadavre de la jeune femme chez lui afin de le faire accuser. Car oui il va garder le cadavre avec lui...
 
Notre personnage est un peu monsieur tout le monde. Il est marié, père d'une petite fille de 4 ans. Il vient de perdre son boulot dans l'usine où il travaillait. Cherche du boulot mais n'en trouve pas. En gros l'auteur nous démontre que ça peut arriver à n'importe qui. Vous, moi, votre père, votre mari, votre voisin.
Le style est très particulier. Des phrases très courtes, des retours à la ligne après seulement une petite phrase, ou seulement un mot. Style qui nous montre l'état d'esprit de notre personnage. Car comment ne pas sombrer dans la folie après ce qu'il lui est arrivé! Et la suite de l'histoire ne va pas arranger les choses!
Le malaise n'a fait que s'amplifier au fil des pages et des chapitres. Curieusement j'ai eu beaucoup de mal à poser ce livre et je souhaitais absolument connaître la fin. Savoir comment toute cette histoire allait se terminer. Et si elle allait bien se terminer ou pas. Mais dans le noir, point de lumière. Je ne m'attendais pas au rebondissement que l'auteur nous offre à la fin.
 
Je serais incapable de vous dire si j'ai aimé ou pas en fait. Je dois être passée à côté ou alors le côté atypique n'est pas fait pour moi. Je pense que vous devez vous faire votre propre opinion et le lire. David Coulon a fait plus noir et plus horrible que les livres de Karine Giebel (et c'est un compliment !).
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire