mercredi 12 juin 2019

Broyé de Cédric Cham - Editions Jigal

**** Chronique de Jess ****



Christo porte dans sa chair les stigmates d’une enfance extrêmement violente. Christo lutte pour contenir cette rage qui bouillonne en lui… Jusqu'au jour où son regard croise celui de Salomé, une jeune femme qui va l’accompagner au-delà des cicatrices. Christo va faire ce qu’il pensait impossible jusqu’alors. Lâcher prise ! Au risque de ne plus rien maîtriser... Mathias, enfant, fugue pour éviter les coups, espérant un monde meilleur. Mathias se réveille enfermé dans une cage. Abandonné, désespéré, la peur au ventre, seul ! Jusqu'à ce que son geôlier se dévoile, un homme qui lui annonce qu'il va le dresser. Pour survivre, pour vivre, Mathias va faire ce qu'il pensait impossible jusqu’alors ! Au risque de se perdre à tout jamais. Deux êtres. Deux vies. Peut-être pas si éloignées…


Chaque nouvelle parution de Cédric Cham est à chaque fois une magnifique découverte.
C'est un auteur qui m'a conquise dès le premier livre que j'ai lu. Cédric Cham écrit du noir et il le fait bien. Je ne suis pourtant pas super fan de roman noir, mais ses romans sont tellement bien écrit qu'on ne peut que les aimer.

Il nous raconte l'histoire de Christo et de Mathias. Le premier vit dans une casse, avec son chien, et ses livres pour combler sa solitude. Le second s'est fait kidnapper et se retrouve dans une cage. Nous allons suivre toute sa captivité depuis le jour 0 jusqu'au final. Pourquoi est-il enfermé? Que veut son ravisseur? Vous allez vous poser ces questions mais si vous voulez savoir pourquoi il faudra lire ce livre.

Cédric Cham ne va pas nous laisser de répit. La psychologie des personnages est à son paroxysme. Nous allons prendre cher autant que Mathias dans sa cage. Et nous essayerons de comprendre Christo.

Comme le dit la couverture, ce récit est "glaçant", dur, sans pitié, sans espoir. Le style est percutant, les chapitres sont courts, les phrases encore plus. Elles sont tranchantes comme l'histoire. J'ai parfois eu l'impression de lire du Sandrine Collette, mais avec un style qui me plait beaucoup plus. Ou du Karine Giebel, dans la noirceur de l'âme humaine. 
Et il dégage de ce bouquin une ambiance très particulière, glauque, froide, sale. En bref, je ne sais pas où l'auteur trouve des idées de romans pareils mais qu'il continue dans sa lancée car ça lui va à merveille.

Un roman très noir qui se lit malgré tout d'une seule traite. Cédric Cham n'a plus rien à prouver, il fait partie pour moi des grands !

Autres chroniques :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire