vendredi 31 janvier 2020

La ferme des Pitaval de Michel Verrier - Editions De Borée

**** Chronique de Jess ****


C'est la Grande Guerre. Louis Pitaval quitte la ferme familiale pour les tranchées. Comme bien d'autres femmes en cette époque tourmentée, Marie, son épouse, se retrouve seule pour assurer le travail quotidien. Marco, fuyant la police de son pays, trouve refuge dans le village. Bûcheron, costaud et courageux, il prête main-forte à Marie. Cependant, la présence de ce gaillard aux côtés d'une femme seule, jeune et belle, alimente les commérages, puis la haine des villageois... Marie fixait un regard dur sur le cadavre de la vache. Ses mâchoires tendues vibraient sous sa peau claire. Elle avait des larmes dans les yeux. Soudain, elle explosa : Ils ont recommencé, les bandits. Comme il y a vingt ans... Marco ne comprit pas clairement ce qu'elle disait, mais le ton de sa voix, les traits durcis de son visage et le mot bandits qu'il avait cru saisir lui firent craindre le pire.

Petite pause polar avec un auteur que j'affectionne particulièrement à chaque lecture (retrouvez mes autres avis en fin d'article). 

Chez les Pitaval la vie pendant la Grande guerre n'est pas très joyeuse depuis que Louis, l'époux de Marie est parti dans les tranchées. Les courriers arrivent aux comptes gouttes et l'avenir est incertain. Marie vit dans la ferme avec ses beaux-parents, Ernestine et Gustave qui assistent du mieux qu'ils peuvent leur belle-fille pour les travaux de la ferme, mais un accident a handicapé gravement Gustave. Le maire du village pour alléger leur labeur, leur propose l'aide d'un Suisse qui a fui son pays, Marco Stassner. Mais l'arrivée de cet étranger déplaît fortement à certaines personnes du village qui commence à colporter des rumeurs sur la ferme. Marco est un homme bon, qui parle très mal le français mais qui fait tout pour aider les Pitaval pendant cette période bien noire. Il redonne aussi le moral aux enfants de Marie qui l'ont vite adopté. 
Mais quand tout semble rouler à peu près, Marco retrouve une vache empoisonnée dans le champ. D'autres malversations vont bientôt atteindre la ferme. Mais Marco compte bien régler toutes ses affaires et aider cette famille qui l'a si généreusement accueillie. Et puis l'attirance qu'il ressent pour Marie n'est pas non plus étrangère à sa façon d'être. 
Marie quant à elle attend avec impatience des nouvelles de son mari parti au front. Malheureusement il lui arrive d'attendre plusieurs mois des lettres. Déjà deux ans que son époux est parti et elle ressent un manque. Elle aussi va avoir une attirance pour Marco, mais elle s'interdit la moindre tendresse, du moins au début. 

Michel Verrier nous offre un très beau roman. J'avais un peu peur que la partie concernant la guerre soit indigeste car j'avoue que je ne suis pas fan des romans qui se déroulent pendant la Première guerre mondiale mais cette partie s'imbrique très bien avec la vie à la ferme. L'auteur a fait un travail admirable sur le côté historique de cette terrible guerre. Je connaissais certaines batailles mais pas du tout le côté prisonnier de guerre lorsque nos soldats étaint fait captifs côté ennemis. 
J'ai énormément aimé le personnage de Marco, un homme travailleur, intègre et tendre avec les enfants de Marie. 

L'auteur nous parle des difficultés rencontrées pendant la guerre, les privations, le dur labeur des femmes pendant que les hommes étaient au front et les jalousies qui peuvent entacher la vie de certains. Il dénonce aussi le mal que peut faire la rumeur dans certaines campagnes. 
A travers Marie, il nous conte aussi le manque d'affection, l'absence de l'autre, la peur de recevoir une mauvaise nouvelle, la mort qui rôde dans les campagnes avec l'arrivée du maire ou des gendarmes. Malgré l'amour qu'elle porte à son mari elle va quand même s'attacher à Marco et apprendre à aimer l'avoir près d'elle et de ses enfants. 

Une fois de plus j'ai passé un excellent moment de lecture. Les romans des Editions De Borée sont toujours de délicieuses pauses polar dont je me régale à chaque fois :-)

Autres chroniques :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire